Naruto Gaiden

Jeux de Rôle Rp sur l'univers Naruto
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Mar 4 Déc - 19:54

Ketsueki qui était apparue à la porte venait de réaliser un bunshin qu’on pouvait qualifier d’exemplaire pour une étudiante qui n’avait pour l’instant jamais réalisé de telles techniques de genjutsu. Car bien que celle-ci et pu lire de nombreuses explications dans des livres et autre manuels ninjas, le genjutsu était extrêmement difficile à apprendre seul. Et une jeune femme, même de son âge, ne pouvait vraisemblablement pas avoir acquis une maîtrise aussi avancée de la technique. Le doute se renforçait donc dans l’esprit d’Airô, mais laissait pour l’instant ce germe de discorde à l’état de simple réflexion, tentant de rester le plus objectif possible sur la question. Il s’approcha alors de la jeune femme aux longs cheveux bleus qui portait un bandeau sur les yeux. Cette illusion avait d’ailleurs un air assez ressemblant avec Ketsueki, mais Airô mit ce détail sur le compte d’une maîtrise encore imparfaite de la technique. Malgré tout, quelque chose ne passait pas dans ce henge, quelque chose qui au premier abord ne paraissait pas naturel mais si on y regardait de près était finalement extrêmement bien réalisé. C’était le manque apparent de sentiment. Ce manque de caractère était normal pour une première illusion chez un élève dans la moyenne, mais chez cette femme, ce n’était pas un manque de caractère, mais une froideur de regard, de sentiments qui ne pouvait normalement être réalisé avec autant de précision qu’avec beaucoup d’entraînement.
Arrivé au niveau de la jeune femme, il lui souleva le bandage pour pouvoir parler dans les yeux de son interlocutrice et celle-ci relâchât son henge, ce qui paraissait tout à fait normal pour une première utilisation de la technique.

« Bon et bien c’est excellent pour un premier essai, et je vois que tu étais très attentive ce qui est une grande qualité, j’espère que je ne te l’apprends pas. Par rapport à ta technique, tu as de très grande capacité en genjutsu, car malgré ton livre de méthode, je ne pense pas que tu es pu perfectionner toi-même cette technique de façon aussi déroutante. Malgré tout, le manque de caractère de ton henge laisse à penser que la forme est comprise mais qu’il faut maintenant que tu approfondisses le caractère de ton personnage. Pour ce faire, je voudrais que tu prennes ma forme où celle de Hikinara, car les expressions seront plus facile à détecter que sur un visage tel que celui qui tu viens d’adopter. Maintenant que tu à toute les clefs en main, la réussite ne tiens plus qu’à toi. Mais ne t’attends pas à parvenir à réaliser à la perfection dès maintenant, car cette technique demande encore un peu d’entraînement. »

Tout en expliquant la difficulté de la technique à la jeune femme sur un ton un peu narquois, pour la motiver grâce à son orgueil qui paraissait dictée la majeure partie du caractère de la jeune fille. Mais avant de la délaisser totalement, il redemanda son nom de famille afin de pouvoir rencontrer ses parents pour qu’ils prennent conscience des capacités de leur fille. Car pour le jeune chuunin, le retard qu’avait fait prendre les parents de Ketsueki à cette dernière était une perte de temps pour l’utilisation du potentiel de la jeune femme. De plus cette rencontre lui permettrait de vérifier si ses doutes étaient fondés ou non.

Il se dirigea ensuite vers Hikinara qui était très concentré, il mit un peu de temps à démarrer sa technique, prenant son temps pour se concentrer ce qui ne pouvait être que bénéfique pour la réussite de la technique. Malgré cette légère latence, lorsque le jeune étudiant lança sa technique, il créa rapidement un clone à son image, parfaitement formé et qui avait les mêmes expressions faciales que l’original, il lu semblait donc que la technique était réussi, malgré quelques petits défauts qui s’affineraient avec le temps, il avait acquis la technique.
Arriver au niveau de Hikinara, il prit un ton légèrement ironique et lança une petite vanne tout à fait stupide, mais digne d’un idiot comme Airô.

« Maintenant je pense que tu n’as plus besoin de moi, puisque tu peu te faire la discute tout seul. »

Un calme plat régnait après cette note d’humour qui avait totalement cassé le sentiment de fierté du jeune garçon, dépité devant la nullité de son professeur.
Avant de continuer, il se racla la gorge.

« Humhum… Trêve de plaisanterie, je te félicite à nouveau pour cette magnifique réalisation…il faut que j’arrête de féliciter tout le monde… A part ça, j’ai put voir que ton travail sur le bunshin avec Kyô à porté ses fruits on dirait, je t’accorde donc cette technique, malgré cela, comme je te l’ai déjà dit pour les autres, un peu d’entraînement ne te fera pas de mal afin de réussir au mieux l’examen genin. Car désormais, tu es en droit de passer l’examen genin. Je e demanderais donc une dernière vérification de tes capacités, avant de te laisser partir. Je veux que tu me réalise un henge puis un bunshin tout en restant en henge tout en étant accroché au plafond grâce au Kinobori et qu’ensuite tu finisses par un Kawarimi. Si tu réussis cela je te laisserais aller t’entraîner seul avant l’examen genin. »

Il retourna se poser contre le mur pour regarder ses élèves en action, espérant que ceux-ci parviendraient à leurs fins.

[Hrp : Hikinara, Bunshin acquis :
Pour l’entraînement à cette technique avec Kyô et moi :
+2 gen
+1int
Je vais essayer de m’arranger avec Chinizu pour te marquer sur ta feuille tut ce qui te manque, mais je n’ai pas les droits pour modifs les post de Kyô donc je vais voir mais tkt pas ce sera fait]

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jin Kanzaki
étudiant(e) de Kiri
avatar

Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 07/12/2007

Feuille de personnage
PV:
33/33  (33/33)
PC:
66/66  (66/66)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Sam 8 Déc - 12:40

[sous sol, le couloir]

Jin marchait lentement. Elle continuait à se frapper la tête du poing gauche, le bras droit toujours dans l'écharpe. Depuis la grande salle de réception des étudiants, Jin et Jin ne céssait de se chamailler. L'un pour le côté sadique, énergique, la deuxième plus par jeux. Mais ils ne leurs fallaient pas louper la salle de cours.
Alors ils se calmèrent. Ou plutôt l'ambiance du couloir les avait calmé. Mais pas pour les raisons qu'on pourrait croire. Bien au contraire. Jin féminine était émerveillé de voir autant de faune à l'intérieur d'un batiment. Elle regardait fixement les araignés, les rats, les quelques moisissures courant sur les fissures. Elle observé les araigné faisant leurs toiles, les rats se toilettant et leurs façon de courir, de fuir devant le monstre que Jin devait paraitre devant leurs yeux. Mais vu la distance qu'il leurs fallait pour fuir, ils devaient en avoir vu de bien plus effrayant.
Jin masculin, lui, était dans son élément. Il pouvait sentir les torches brulers les toiles d'araignés, il pouvaient observé, quand l'autre Jin observait les araignés, comment un insect pouvait prendre au piège d'autres insectes pour survivre.
Ils étaient calme car tout deux était émerveillé par un spectacle que ce que beaucoup de monde aurait fuis, car ils n'était pas rester coincé à étudier jours et nuits.

Au bout du couloir, une porte. Avec un panneau. Le panneau tombait prèsque par terre. Jin le redressa.
En le redressant, elle entendit des bruits étranges. Sans doute l'entrainement de d'autres étudiants. La jeune fille pensait à d'autres amis en puissance, le jeune homme à d'autres combats à venir. Mais tout deux était d'accord pour dire qu'un profond respect pour le senseï derrière la porte naissait. Soit pour accepter des êtres vivants non humain dans les couloirs, soit pour son choix de décoration.

Mais Jin restait planté devant la porte. Elle se savait en retard, mais ne savait prendre aucunes décision. Son esprit jumeaux, lui, si. Et il ne comprenait pas l'état de stupéfaction de sa soeur devant une porte.
Il lui soufflat à l'oreille


Avance. On est déjà bien en retard... Pousse la porte.
Je...je......ne..peut pas....
Il faut que je te donne un coup de pouce,.... hin,hin,hin....
J'aime pas ce rire. Arrète de suite!!
T'inquiète, c'est pour notre bien...

Elle perdit toute concentration, et le garçon en profitat pour prendre le controle rapide du bras droit pour pousser la porte qui était mal fermé... Sans doute un autre défault de ce sous sol désafecté.


NON MAIS SA VAS PAS !!!!! ARR.....


A peine avait elle commencer à hurler sur elle même, qu'elle offrait une pièce théatrale digne de la comedia del arte aux scpectateurs présent.
Elle se sentit encore plus mal qu'il y a quelques minutes, dans le hall principale. Elle baissa la tête, pour cacher le sang qui lui avait monté à la tête, rosissant les joues qu'elle avait très blanches (résultantes d'années passés enfermé).
Elle finit par prononcer un bredouillement qui pouvait signifié :


Konichiwa Airô-Senseï... Quelqu'un dans la grande salle en haut m'a dit de venir ici.. Enfin je crois que c'est ici...

C'est bien ici qu'il y a des combats ?!

A cette denière phrase, la tête se releva, le teint rosé disparut, les yeux sortèrent de leurs orbites, la voix mue, le bras gauche tomba net. Le jeune homme avait profité de la faiblesse temporaire de sa soeur pour prendre le contrôle.
Il sorti le bras droit de l'écharpe, doucement, comme pour prendre soin de lui, puis pris le bras gauche, délicatement, comme pour prendre soin de sa soeur.
Lui, n'avait pas hésité à montrer la couleur. Deux personnalité dans le même corps. Lui n'hésitait pas. Et malgré son tempérament impulsif, il réfléchissait, et avait dût planifié sa visite il y a un bon moment. Il ne faisait rien au hasard. Lui savait prendre les décision.
Il regardait, scrutait, transperçait l'âme des personnes présente dans la salle. Une seul personne lui semblait digne d'intéret, de par sa puissance. Il savait qu'il n'avait aaucunes chance contre lui, mais il savait aussi qu'il y en a de plus puissants. Ce sera un bon professeur. Il se tourne alors vers Airô Tora.


Qu'est-ce que vous enseigné Airô Sensei?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Sam 8 Déc - 14:37

Airô qui attendait que ses autres élèves effectuent les exercices demandés, appuyé sur le mur, l’air décontracté, les bras croisés, les cheveux longs lui tombant sur le visage tourna la tête vers la porte qui était en train de s'ouvrir. Restant stoïque, comme pour se donner un genre, il regarda le jeune...En fait il ne savait pas si c'était une fille ou un garçon.

Le jeune chuunin abandonna sa supposé position classieuse pour s'approcher de cette personne qui venait de rentrer dans la salle. Elle semblait se parler toute seule. Il s'approcha alors un peu plus et vit que cet intrus venait de le remarquer. Il arrêta alors on monologue et écouta ce qu'il avait à dire. Il bafouillait un peu à la manière d'une fille, le rouge lui montait au joues. Airô déduit donc de ces observations que cette timidité apparente devait surement refléter une personnalité féminine et conclut que cette nouvelle élève devait être une fille.

*Cette jeune fille à vraiment quelque chose de bizarre. Et apparemment c'est ma nouvelle élève. Ils font exprès là haut de me refiler tout les cas les plus bizarre. Déjà qu'avec Ketsueki c'est pas facile, mais là je sens que ca va être encore plus dur. Enfin bon, on va faire avec.*

Sortant de ses pensées il se gratta la tête comme à son habitude quand il était gêné puis s'apprêtant à faire les présentations, la jeune fille releva la tête. Elle semblait avoir totalement changée de visage en quelques secondes. Ses traits étaient plus dur, son regard plus détermine, tous traces de sa timidité avait disparue. Elle avait pris un air masculin.
Airô fût aussi interpellé par le fait que la jeune fille qui avait plutôt l'air d'un garçon maintenant changea son écharpe de bras.

*Quel rituel étrange, on dirait que son bras qui bougeait jusqu'à présent est devenue inerte et à été remplacé par l'autre qui était inerte. C'est vraiment bizarre tout ça. Et puis qu'elle est changée si vite de réaction n'est vraiment pas normal.*

Il fût rapidement interrompu dans ses réflexions par le nouvel élève qui venait de poser, de but en blanc, une simple question qui paraissait un peu brute, mais avait au moins le mérite d'être clair.

"Qu'est-ce que vous enseigné Airô Sensei?"

Le jeune garçon, car maintenant Airô penchait plus pour un garçon que pour une fille semblait analyser la situation et la question qu'il venait de poser révélait un caractère direct et marqué.

"Bon ba je vois que toi au moins tu fait pas dans la dentelle, tu y vas franchement. Mais t'as raison, ça sert à rien de tourner au tour du pot. Par contre ce serait quand même lieux si tu te présentais.
Pour ma part, je vois que tu connais déjà mon nom. Je serais donc ton senseï jusqu'au passage genin et peut-être après, on verra, on y est pas encore."


Il se remit à se frotter le derrière de la tête, comme à son habitude quand il voulait détendre la situation, affichant un faux sourire remarquable.

"Donc le tigre que tu peux voir là bas c'est Kawabata, la jeune femme là c'est Ketsueki et enfin le jeune garçon là bas c'est Hikinara. Maintenant que les présentations sont faites et que tu parais motivé je vais répondre à ta question. Ici je vais t'apprendre les quatre techniques de bases pour devenir genin et te préparé au mieux pour devenir genin. Mais ne t'inquiète pas, je ferais tout mon possible pour que tu réussisses."

Il partit alors chercher un parchemin dans les armoires de fer pour inscrire le nom de son nouvel élève et ses premières observations tout en revenant vers lui.

*Je me demande d'où il vient. Il paraît vraiment très bizarre, il faudra que je fasse des recherches sur lui aussi. Mes soirées vont être meublées.*

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jin Kanzaki
étudiant(e) de Kiri
avatar

Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 07/12/2007

Feuille de personnage
PV:
33/33  (33/33)
PC:
66/66  (66/66)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Sam 8 Déc - 17:13

Jin sentait bien le trouble dans le regard du senseï. Mais peu lui importait. Il avait subit ce regard maintes et maintes fois par le passé. Ca ne changeait plus rien pour lui ou pour son estime.
Et puis le regard de Airô changeat, pour devenir plus sérieux. Avec sa question, Jin avait fait mouche. Il avait touché son enseignant. Il espérait à ce moment qu'il ne lui ferait aucun cadeau. Mais qu'en était il pour sa soeur. Elle ne pourrait pas supporter de mourir. Elle n'était pas comme lui. Alors, l'espace d'une seconde, il a pensé redonner le contrôle du corps à la fillette.
Mais il fût intérroput par la réponse à sa question, celle qui allait changer sa vie

"Bon ba je vois que toi au moins tu fait pas dans la dentelle, tu y vas franchement."

Un léger rictus apparut sur le visage de Jin. Oui, il avait fait mouche. Et puis de toute façon, pourquoi il prendrait des gants ? Après tout, c'est bien la question que tout étudiants digne de ce nom se poserait... Même si sa soeur ne l'aurait jamais posé..

Mais t'as raison, ça sert à rien de tourner au tour du pot. Par contre ce serait quand même mieux si tu te présentais.

Oups. Petite erreur de Jin. Ou pas d'ailleurs. Pas de formalité avec lui. Il aurait toute fois été mieux si il avait laisser sa soeur parler plus longtemps. Mais il n'aurait pas pu prendre l'ascendant aussi facilement. Elle se serait remise de sa timidité.

Pour ma part, je vois que tu connais déjà mon nom. Je serais donc ton senseï jusqu'au passage genin et peut-être après, on verra, on y est pas encore.
Donc le tigre que tu peux voir là bas c'est Kawabata,


Il tourna sa tête vers le tigre. Un magnifique tigre. Un pelage superbe. La Jin féminine aurait surement voulut le caresser, s'extasier et sautiller sur place devant le félin. Mais elle n'avait pas le contrôle du corps, et le Jin masculin, lui, observait ses griffes, ses crocs.


*Une véritable arme.... C'est magnifique... Peut être qu'en me rapprochant, je vait pouvoir savoir si ses griffes sont aussi dangereuses qu'elles en ont l'air*

*Oui, oui, oui, rapproche toi !!!!*

A peine avait il décidé de mettre un pied devant l'autre, qu'il fut interromput par le suite des présentations.

la jeune femme là c'est Ketsueki et enfin le jeune garçon là bas c'est Hikinara.

Il observait les deux étudiants. Le jeune garçon semblait très motivé à ses exercices. Mais il ne semblait pas très fort. En tout cas, pas assez fort pour un combat digne de ce nom, comme le pensait Jin.
La jeune femme, car c'était bien ce qu'elle était, non pas une jeune fille comme sa soeur, était très blanche. Une chevelure blanche. Il semblait à Jin avoir déjà vu ce genre de femme. Mais c'était dans la rue. Les hommes se faisait toujours un torticoli quand elles passait. Ca amusait beaucoup Jin. Mais aucun des deux Jin ne comprenait la réaction de ces hommes.
A vrai dire, beaucoup de chose échappait à Jin. Mais celui qui contrôlait le corps était bien trop orgeuilleux pour l'admettre.

Maintenant que les présentations sont faites et que tu parais motivé je vais répondre à ta question.

*enfin*

Ici je vais t'apprendre les quatre techniques de bases pour devenir genin et te préparé au mieux pour devenir genin. Mais ne t'inquiète pas, je ferais tout mon possible pour que tu réussisses.


*Comme si j'avait besoin d'aide...*

*Ne dit pas n'importe quoi, comment veux tu te battres contre les meilleurs sans connaitres les bases ?!*

Elle n'avait pas tort. Et il le savait. Mais comme n'importe où, il fallait se plier aux règles, pour ne pas se rompre. Avant de répondre, il lui fallut un temps. Un temps pour savoir s'il s'y plairait. Il regarde attentivement la salle. Il ne l'avait pas observer jusque là. Elle ressemblait au couloir par lequel il était passé. Elle était sombre, plein de faune.
Sans aucun doute, les deux s'y plairont. Il pensait à ce moment avoir un coin d'entrainement dans les mêmes ton.
Comme pour saluer le décorateur, il lacha un sifflement


Fiiiifoouuuuufiiooouuuuu
Heu...... Jin Kanzaki, 10 ans chef. Près au combat chef.


Dit il, droit, petit soldat au compte de son senseï. Il signifiait par cette posture, une fidélité sans borne à Airô. Car il ne servait pas ceux qu'il ne connaissait pas, ceux pour qui il n'avait aucun respect.
Mais Airô dégageait quelque chose. Quelque chose qui plaisait aux deux esprits. Quelque chose qui les pousseront surement au delà de leurs imagination, au delà de leurs folie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Dim 9 Déc - 12:19

Après la présentation du jeune garçon qui désormais apparaissait sous un tout nouveau jour. Son esprit un peu rebelle s'était tu et en bon ninja avait accepté l'autorité de son sensei.
Le jeune garçon avait maintenant adopté une posture militaire et attendait les ordres de son sensei qui ne se firent pas attendre.

Airô prit quand à lui une pose un peu plus décontracté.

"Bien, c'est quand même mieux ainsi. Mais tu n’es pas obligé de m'appeler Airô-sensei, tu peux tout simplement m'appeler Airô. Car je ne pense pas que mettre de la distance entre mes élèves te moi ne fasse plus avancée l'entraînement. J'aurais d'ailleurs tendances à penser le contraire."

Perdu dans ses réflexions personnelles, il revînt à la réalité.

"Bref, passons. Tu es très déterminé apparemment. Mais pour t'enseigner tout ce que je sais il va falloir que je te connaisse un peu mieux alors parle moi un peu de toi.
Qu'est-ce que signifie pour toi être un ninja ? Quel est ton nindô? Enfin qu'est-ce qui te pousse à devenir ninja pour ton village quoi?"


Airô attendait les réponses de son élève. Il ne savait pas encore quels étaient les motivations de celui-ci, mais ils le savaient déterminer rien qu'à son regard. Il se rappela alors d'une question qui pourrait peut-être facilité la réponse de son jeune étudiant.

"Ah oui, je voudrais aussi que tu me définisse le chakra, son utilisation etc."

Airô les bras croisé devant son élève, surveillant du coin de l'œil les autres élèves espérait des réponses suffisamment complètes de son élève. Bien qu'il soit là pour apprendre et que les lacunes puissent être comblées

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jin Kanzaki
étudiant(e) de Kiri
avatar

Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 07/12/2007

Feuille de personnage
PV:
33/33  (33/33)
PC:
66/66  (66/66)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Dim 9 Déc - 15:21

En voyant que son senseï changeait de posture, pour en prendre une de plus décontracté, le petit soldat Jin disparut. Il ne restait plus que lui. Le volontaire. Mais son regard ne changeat pas pour autant.

Bien, c'est quand même mieux ainsi. Mais tu n’es pas obligé de m'appeler Airô-sensei, tu peux tout simplement m'appeler Airô.

Pour la première fois depuis longtemps, Jin était perplexe. Etait-ce un piège de la part de l'instructeur ? Etait-ce son réel désire ? Comment un homme, plus agé, plus érudit, plus fort, plus sage que Jin ne lui demandait pas une marque de respect. Tout homme, dans la tête de Jin, voulait la grandeur pour la reconnaissance. Il acceptait volontier que c'était une des grandes erreurs humaines. Mais il ne comprenait pas que quelqu'un puisse refusé une marque d'estime. Même si Jin n'était pas du tout pour ce qui était formalité, il ne pourrait pas supprimé le mot "senseï" du nom "Airô". Si c'était un piège, il l'éviterais. Si ce n'en était pas un, il désobéirait. Et ce ne serait pas la première fois.
Puis Airô s'expliqua:


Car je ne pense pas que mettre de la distance entre mes élèves te moi ne fasse plus avancée l'entraînement. J'aurais d'ailleurs tendances à penser le contraire.


La demoiselle prisonnière de ce corp maudit aurait été d'accord avec sa vision des choses. Mais ce n'était pas le cas du jeune homme qui contrôlait actuellement le corps. Ce n'était pas elle qui insufflerait la vie aux prochain mots que les levres prononceront. Lui seul en était capable pour le moment. Alors il décidat d'oublier cette phrase, de l'occulter et de l'enfouire au plus profond des méandres de son esprit. Il avait besoin de reconnaitre un maitre, un senseï. Il lui fallait matérialisé son respect par ce petit adjectif. Senseï.
Airô n'était visiblement pas pour qu'un tuteur guide une plante dans la droiture. Il devait penser que les plntes, les chemins qu'elles empruntent pour poussé ne les rendras que plus belles. Mais il n'était pas de cet avis. Il pensait sa tige trop peu formé, trop peu rigide pour se passer de tuteur rigide. Il fallait ce bout de bois pour le guider vers la lumière. Senseï. Il rediras ce mot. Il ne le lacherais pas. Il s'attend à recevoir une correction pour désobéissance, mais il en avait vue d'autres. Et des terribles.

Airô, qui semblait sombrer dans son esprit, repris ses questions. Il tiras d'ailleurs Jin de sa torpeur, de sa perplexité.


Bref, passons. Tu es très déterminé apparemment. Mais pour t'enseigner tout ce que je sais il va falloir que je te connaisse un peu mieux alors parle moi un peu de toi.

Il commençait à s'inquiéter. Il allait devoir mentir. Si on lui pose des questions sur sa famille, sur son noir passé, il mentira. C'était courrut d'avance. Il ne voulait pas que la famille le rattrape. Il avait déjà perdu innocence et enfance. Si il racontait tout, chose qu'il n'est pas prêt d'avouer, il risque de retourner dans un affreux dojo, retrouver des décorts blancs à en brûler les yeux, et perdre, non seulement perdre la liberté fraichement acquise au prix de ses pêchers, mais aussi sa raison. Déjà que sur le plan de la raison, il était très fragile. Mais il était fort. Et déterminé. Il inspirat, retint sa respiration, puis relachat ses muscles tétanisé, dans une expiration libératrice.


Qu'est-ce que signifie pour toi être un ninja ? Quel est ton nindô? Enfin qu'est-ce qui te pousse à devenir ninja pour ton village quoi?


Pas de questions sur son passé, sur sa famille. Il n'avait pas mis les pieds sur ce qui auraient pu être un détonnateur. Les questions lui semblait relativement simple. Airô cherchait simplement à voir qui était Jin. Quels sont ses motivations. Jusqu'où pourrait ils aller. Enfin, et là il n'était pas certain de pouvoir exaucer les souhait de l'instituteur, si il n'allait pas entrainer un "psycophate".
Et puis vint la question. Celle qu'il pensait. Celle qui devait piéger la plupart des étudiants.


Ah oui, je voudrais aussi que tu me définisse le chakra, son utilisation etc.

A l'aise comme un poisson dans l'eau, il se déplaçat vers le tableau.

Le chakra.... Vous voulez surement parlez deS chakraS ?!


Question réthorique lui permettant de continuer ses explications


Chakra, c'est le nom commun pour "l'énergie". Il y a deux sortes de chrakras. D'où le pluriel. Le premier est symbolisé par l'énergie corporel. La force du corps. Mr muscle, le férailleur de Kiri en est plein par exemple. Le second est représenté par l'énergie spirituel. Celui qu'on acquière à force de percévérence et de sagesse.

Le chakra est "l'extention" du corps du ninja dans divers armes. C'est ce qui leurs sert à combattre. C'est visible, et invisible. C'est un courant énergétique qui parcours le corps, l'esprit. On est en vie grâce au chakra, entre autre.

Pour pouvoir l'utilisé, il est necéssaire de le malaxé. De mélanger energie corporel et spirituel. Un peu comme si on avait deux esprits différents dans le corps, et qu'il fallait les méanger pour obtenir quelqu'un de nouveau, quelqu'un de meilleur.

Les différents taos, les signes de mains, servent à débloqué le chakra, pour le libérer dans une explosion d'energie.


Pour répondre aux autres questions, et afin que les réponses soient complètent, pour que Airô Senseï puisse entrainer Jin comme il se doit, il faudrait faire quelque chose que Jin n'avait jamais tenté. Il retira le bras gauche de l'écharpe, le plaça le long de son corps. le bras droit le long tu corps, il ferma les yeux, et pensa


*Tu es prète petite soeur ?*

*Oui petit frère. On y va*

Dans un soupir, le visage de Jin marquat une frontière qui passait par son exact centre, le bout des doigt des deux bras se mirent à bouger timidement, puis les yeux s'ouvrirent. L'oeil droit contenait de la folie, le gauche de la douceur. Les traits du visage, à gauche, était doux, inspirait la beauté et la tendresse. L'autre côté était son exact opposé. Dur, inspirait la crainte et la haine. La bouche s'entrouvrit pour sortir un son. Ou deux. Un son grave et aigü. Etrange.


Etre ninja, c'est vivre pour notre village, pour notre honneur, pour les autres. Or je désire combattre pour vivre.

Etre ninja, c'est mourir pour notre village, pour notre honneur, pour les autres. Or je veut mourir au combat.

Epuisé par l'effort, Jin s'éffondra sur le sol, hallettante. La jeune fille en avait profité pour reprendre le contrôle de son corps, subtilisé par une autre partie d'elle même. Elle regarda Airô dans les yeux, comme pour observé sa réaction. Est ce qu'il allait fuir ? Mais surtout, est ce qu'elle avait répondut correctement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Dim 9 Déc - 16:51

Airô regarda le jeune étudiant partir vers le tableau. Celui-ci lui fit une explication qui convenable et amplement suffisante pour un étudiant. Ces explications étaient brèves et concrètes, complétées par des dessins au tableau.

Après ces explications, il prit un drôle de posture, comme s'il faisait un effort au delà de ses limites et releva la tête, une expression singulière sur le visage. Ses sentiments semblaient s'entre-déchirer et cela était visible sur sa figure qui se scindait en deux parties. L'une ayant un œil au regard dur et froid, l'autre ayant un œil reflétant une certaine anxiété, mêler à la douceur. De cette transformation physiologique résultat un mouvement des deux bras du jeune garçon qui avait parut n'avoir qu'un bras mobile quelques minutes plus tôt.

Stupéfait par ses changements incessants et soudains de personnalité, Airô commença à se poser de question dur son élève qui plus il le connaissait, plus celui-ci lui paraissait étrange, pouvant passer d'une timidité et d'une douceur à une brutalité et une froideur exacerbées.

Malgré son incompréhension, Airô gardait une expression faciale neutre, ne voulant pas perturbé davantage son élève qu'il ne l'était déjà. Ainsi, il garda ses réflexions personnelles pour lui et commença l'apprentissage du jeune étudiant.

Mais quelque chose lui semblait tout de même bizarre, la voie du jeune garçon par moment et surtout lorsqu'il avait exprimée son nindô paraissait doublé. Airô avait même crut entendre une divergence sur la fin de la phrase.

*Je ne sais pas ce qu'à cet étudiant, mais il va falloir que je le découvre rapidement. Il semble malade, comme s'il était atteint de schizophrénie. Pour l'instant je vais faire comme si de rien était et l'observé. Et puis à la fin du cours, on verra bien ce qui l'en est.*

"Et bien je vois que tu en connais déjà un rayon et je pense que ses connaissances sont suffisantes pour l'instant et qu'elles s'affineront d'elle-même avec le temps. Nous allons donc sans plus attendre commencer ton entraînement. Le blabla étant une perte de temps. Un essai personnel vaut bien mieux que toutes les explications du monde."

Afin de montrer à son étudiant la technique qu'il allait devoir réaliser, il se plaça au milieu de la salle et forma les quatre taos nécessaires au henge, puis relâchant son chakra, il se transforma, tout en prononçant le nom de la technique.

"Henge no jutsu"

Il disparut dans un nuage de fumée pour reparaître avec les traits de la mizukage.

"Je veux que tu réalise cette technique. Il faut pour cela que tu te concentre sur une image de quelqu'un puis en imprégner ton chakra que tu auras au préalable malaxé e ensuite que tu crée une illusion autour de ton corps avec ce chakra. Pour malaxer le chakra, il faut que tu te concentre sur les deux chakras dont tu m'as parlé ensuite que tu les mélange afin qu'il soit utilisable pour les techniques ninja."

Se reculant pour laisser de la place à son élève, il annula le genjutsu tout en vérifiant ce que Ketsueki et Hikinara étaient en train de faire.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jin Kanzaki
étudiant(e) de Kiri
avatar

Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 07/12/2007

Feuille de personnage
PV:
33/33  (33/33)
PC:
66/66  (66/66)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Dim 9 Déc - 17:30

Elle était fatigué. Epuisé. Tant d'effort pour faire apparaitre les deux faces de sa personnalité, elle n'en avait pas l'habitude. Alors elle posa sa main gauche sur le sol. Ce sol froid, couvert de poussière. Cette couche donnait au sol froid, un touché spécial. Comme si on touchait un nuage. D'ailleurs, après un tel effort, et surtout s'en relevé après, elle était sur un nuage. Elle se releva péniblement, mais elle se releva. Une larme parcourut son visage fin et gracieux, vestige de l'effort passé.
Le senseï semble être satisfait de la réponse. Mais elle, n'était pas satisfaite. Elle a bien observé le visage du professeur, et aucuns sentiment ne vinrent troublé ses grands yeux. Elle pensait qu'elle était finalement tout à fait commune. Elle n'était pas aussi forte que ce que sa famille disait finalement. Mais quelque part, elle était rassuré.

Perdue dans la douleur, la joie, ses propres reflexions, elle n'entendait pas Airô faire de commentaire. Elle voyait sa bouche bouger. En même temps elle se demandait si être forte avait une réelle signification. Connaitre les techniques des ninja. Etait ce indispensable pour elle? Elle en vint à la conclusion que oui, si elle ne voulait pas finir comme n'importe quel sans abri, qui n'avait pas réussit à saisir la chance par les deux mains, ou qu'il l'avait laissé choir comme elle venait de penser. Peut être était ce finalement son frère d'esprit qui lui avait soufflé de ne pas abandonner. Mais nul ne le sauras jamais.

Et puis, son sens, l'ouïe, fut à nouveau sur pied :


Nous allons donc sans plus attendre commencer ton entraînement. La blabla étant une perte de temps. Un essai personnel vaut bien mieux que toutes les explications du monde.

Tiens ?! Une audition sélective ? Peut importait à ce moment précis de la conversation. Elle n'avait pas loupé l'explication. Ni même son préambule. Elle écoutait son profésseur les yeux gros, remplis de désir d'apprentissage. Elle ne loupait plus une sillabe de ce que Airô disait. Elle mangeait tout ses mots. Toutes ses ponctuations, toutes ses respirations. Elle aurait put calculer le débit, le nombre de mots, de phrases à la minutes. Chose complètement inutile, certes, mais elle aurait pu. Un essaie personnel... Comment allait elle y arrivé... C'est la question qu'elle se posait à ce moment. Car si le dojo n'avait pas pu faire apprendre le "henge" à Jin, comment allait elle réussir à le réaliser ? Ou même l'apprendre. Car il ne faut pas l'oublié, Jin ne peut pas faire de taos correctement.

Elle avait appris à écrire, à s'habiller, à grimper à l'aide d'un seul bras. Mais les taos nécessitent deux mains fonctionnels. Elle connaissaient les signes. La chèvre, le singe, le chien, le serpent, le dragon, ... Elle aurait put les utiliser facilement... Et rapidement... Avec deux mains.

Mais avec ce senseï, elle se sentait à l'aise. Elle pourrait peut être réussir. Avec un peu de chance. Elle écouta le reste des explications, observa Airô se transformé en tigre... la classe....

Peut après les explications données, Elle s'assit sur le bureau, en tailleur. Le bras droit dans son écharpe, le bras gauche posé sur son genoux gauche. En qui pourrait elle choisir de se transformer. Pas en Airô, si elle le ratait, il pouvait mal le prendre. Pas en son tigre non plus. Elle leurs devait à tout deux le respect. Il lui fallait quelque chose qui attirait l'oeil.

Ketsueki

Elle attirait sacrément l'oeil. Alors c'était partit.
Elle ferma les yeux, gracieusement, comme si sa paupière se casserait si elle les fermaient trop vite.
Avant de faire les taos, elle se repris. Elle repetat les explications de son frères sur les énergies.


*Nous sommes deux esprits différents. Deux énergies différentes. Il faut se malaxer. Se mélanger. Ainsi seulement, on pourrat arriver à faire un tao*

Le deuxième bras bougeat, difficilement. Le premier perdit de son tonus. Mais il était ecore vivant. Ensemble, les deux esprits fonts les quatres taos.
Concentra son chakra sur l'image que Ketsueki.
Elle sentait le chakra couler dans ses veines. Elle sentait sa présence. Elle ressentait celui des membres de la salle. Mais surtout le sien. Elle se concentra pour ne sentir que le sien. Plus rien d'autre n'existait. Elle n'avait jamais connu ces horreurs. Elle était seul dans ce corps. Elle n'avait même plus de corps. Elle était libéré de toutes contraintes. Chakra malaxé. Taos effectué. Image dans l'esprit. Il ne restait que la formule.


HENGE
NO JUTSU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Dim 9 Déc - 18:40

Jin avait apparemment du mal à réalisé les signes avec sa deuxième main, qui bougeait difficilement. Le premier bras aussi perdit un peu de son tonus, mais le jeune étudiant parvint tout de même à réaliser les signes. Cette difficulté d'utiliser les deux bras interpella Airô qui avait déjà remarqué le changement de bras en écharpe qu'il effectuait régulièrement. Pendant que le chuunin sur le comportement suspect de son élève, ce dernier avait disparu dans un nuage de fumée pour reparaître sous la supposée forme de Ketsueki, car le jeune étudiant, ou la jeune étudiante, il ne savait plus bien, manquait de concentration et n'avait réalisée qu'une esquisse de Ketsueki. La forme principale était là, mais les petits détails manquaient et il fallait donc à Jin se concentrer un peu plus sur l'image de Ketsueki.

"Pour une première utilisation de ton chakra, c'est pas mal, mais comme à tout élève débutant, il te manque une bonne maîtrise du chakra. Pour arriver à réaliser un genjutsu correct, tu dois plus mêler l'image que tu veux créer autour de toi, pour que l'on ne puisse plus reconnaître l'original du de l'illusion.
Mais prend ton temps, on est pas pressé, d'ailleurs je vois que cette première manipulation de ton chakra t'as épuisé, tu peux donc te reposer. Pour réaliser ce jutsu, il faut que tu soit concentré au maximum, donc prends ton temps pour te préparer, va boire si tu veux faire une petite pause."


Il laissa donc son élève reprendre son souffle pendant qu'il allait noter sur son parchemin, ses observations sur le comportement de Jin.

*C'est vraiment très bizarre qu'il soit aussi épuisé après une simple technique comme celle-ci. Peut-être qu'il à utilisé trop de chakra, mais vu la consistance de l'illusion, ça m'étonnerait que ce soit ça. Et puis il y à ce bizarre changement de personnalité, avec cette façon singulière d'utiliser ses bras, comme si les deux avaient du mal à fonctionner en même temps. Il faut que je lui pose une ou deux questions.*


Il retourna au près de Jin, avant que celui-ci parte se rafraîchir et lui posa une question qu'il savait sensible.

"Excuse moi de te poser cette question, je ne t'oblige pas à répondre, mais cela m'aiderais à mieux de te connaître. Est-ce que tu as un problème avec tes bras? Car je te vois changer d'écharpe depuis tout à l'heure et tu à l'air d'avoir du mal à te servir de tes deux membres. Tu n'es pas obligé de répondre et tu n'as rien à craindre au niveau de la discrétion, si c'est personnel, je n'en parlerais à personne, je le jure sur mon honneur."

Airô attendait, le regard fixé sur son élève une éventuelle réponse avant que celui-ci ne se relance dans sa technique.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jin Kanzaki
étudiant(e) de Kiri
avatar

Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 07/12/2007

Feuille de personnage
PV:
33/33  (33/33)
PC:
66/66  (66/66)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Dim 9 Déc - 21:08

Jin était fatigué. Elle avait rarement fait autant d'efforts. Mais elle était contente. Elle avait réussit les taos pour la toute première fois. Alors quant Airô lui avait proposé de faire une pause, elle sauta sur l'occasion. Elle avait la bouche sêche. Le souffle court. Elle ne transpirait pas, mais elle respirait comme si elle avait vainque un champion olympique sur son terrain. Elle pose son bras gauche sur le bureau. Il allait l'aidé à se relever. Un fois debout, elle cerchait un coin pour se regarder, pour voir ses erreurs. La porte avait une vitre. Elle se dirigeat donc par là, pour sortir prendre l'air, faire une pose, et en profiter pour se regarder dans la vitre.
Avant de l'atteindre, elle fut arreter par le professeur.


Excuse moi de te poser cette question, je ne t'oblige pas à répondre, mais cela m'aiderais à mieux de te connaître. Est-ce que tu as un problème avec tes bras? Car je te vois changer d'écharpe depuis tout à l'heure et tu à l'air d'avoir du mal à te servir de tes deux membres. Tu n'es pas obligé de répondre et tu n'as rien à craindre au niveau de la discrétion, si c'est personnel, je n'en parlerais à personne, je le jure sur mon honneur.

Effectivement, cette question semblait indiscrète aux yeux de Jin. Ou plutot délicate. Mais ce n'est pas comme si elle était obligé de son passé. La demoiselle fut alors obligé de marqué une pose pour réfléchir à ce qu'elle allait dire. Elle ne devait pas faire fuir son billet pour la vie, pour la liberté. Mais peut être que cette singularité serait justement un atout de taille pour elle. Et puis c'était le seul moyen pour elle de s'en sortir. Il était peut être compétent. Il allait peut être lui enseigné bien plus que de simples techniques ninja. Il allait peut être lui enseigné le contrôle de ses esprits vagabonds. C'était un pari risqué de tout dévoilé, mais un pari qui en vaut la chandelle.
Elle se changeat en Jin, oubliant Ketsueki.


Je préfèrerait que vous gardiez ce que je vais vous dire pour vous Airô. Pour le bras, je n'en sait rien. Je suis née avec cet handicap. Mon bras était mort de naissance. Mais en grandissant, mon frère est né. Il est dans mon corp. Je suis lui et lui est moi. Et lui seul peut contrôler mon bras droit.

Elle regarde son bras désormais dans l'écharpe, laisse courir une larme le long de sa joue. Cette dernière meurt au coin de ses levres rougit. Elle continua.

Il contrôle ce bras et moi je contrôle l'autre bras. On est différent. Il fait ce que je ne fait pas. Il désire ce que je ne souhaite pas. Il vit ce que je ne vit pas. Et vice et versa. Ce corps est une malédiction. Depuis trop longtemps. Mais je vis avec. En bref, pour résumé la situation, je ne suis rien, mais je suis tout. Tout et son contraire. Un bras pour la vie, un bras pour la mort. C'est à peu près tout. Mais si vous préférez demander son avis à mon frère, il n'y a pas de problème.

Elle sortie avec grace de la salle de cours. lentement. Avant de passer le seuil, on pouvait voir une goutte tomber sur le sol poussiereux, comme pour laisser un souvenir de ses aveux au senseï.

Quelques minutes plus tard, la porte s'entrouvit à nouveau laissant entendre un murmure. Un garçon et une fille se disputait visiblement. C'était à propos d'abscence de surcils ou quelques chose comme ça. Jin apparut sur le seuil de la salle. Il était décidé a réussir cette fois-ci. Il n'avait pas le même regard. Ses traits était plus marqué. Pas une goutte de larme ne s'échappait de ses yeux qui vous fusillait sur place.
Il se mis en tailleur sur un bureau. Un léger rictus s'échappant de ses lèvres. Il sentait qu'il allait réussir.

Deuxième essaie.
Il observait longuement Ketsueki. Chaques traits, chaques détails avaient son importance. Surtout les surcils.
Quand il avait visualisé, non, plutot photographier, chaques courbes de Ketsueki, il libéra le bras gauche qui était cette fois dans l'écharpe.
Ils avaient besoin l'un de l'autre.
Le bout de chaques doigts bougeaient, les uns après les autres. On pouvait deviné qu'il contrôlait tout deux, lui et elle, ce corps.
Il se souvenait ce que Airô avait dit plus tôt :


*Pour arriver à réaliser un genjutsu correct, tu dois plus mêler l'image que tu veux créer autour de toi, pour que l'on ne puisse plus reconnaître l'original du de l'illusion. *

L'image, il l'a en tête.
Les taos sont prêts à êtres effectués. Mais lesquels.


*Le singe pour la vitesse d'exécution.*

*Suivit du chien. La fidélité du chien va peut être nous aidés à fidélisé Ketsueki*
*On doit changer de peau, devenir quelqu'un d'autree. Mué. Le serpent.*
*Il faut scellé le sort. Peut être que le rat, survivant devant l'éternelle.*

Cela semblait bien réfléchit. Ils se mettaient à exécution.


singe chien serpent rat


Le chakra lui semblait maintenant plus maleable.
Il sentait le chakra envahir son corps.
Puis toute l'énergie est descendue vers le ki, centre énergétique du corps.
A ce moment, et seulement à ce moment, Jin décidat de le faire exploser, dans un nuage de fumé, en disant :


HENGE NO JUTSU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Mer 12 Déc - 18:26

La réponse de la jeune fille ne choqua pas Airô outre mesure, s’attendant à un cas de dédoublement de la personnalité. Il resta aussi neutre que possible sur ce que venait de lui dire la jeune fille car désormais il était fixé, c’était une fille. Le jeune chuunin avait put remarquer que Jin avait eût du mal à extériorisée ses problèmes, elles semblaient avoir du mal à se confier à quelqu’un. Bien sur Airô n’était son professeur que depuis peu de temps et sa confiance ne devait pas lui être totalement acquise mais il était tout de même anormal qu’une fille de cet âge là soit aussi méfiante.
Perdu dans ses réflexions personnelles, il laissa partir la jeune fille tout en lui jurant le mutisme :

« Je sais que me faire ces révélations à du être dur pour toi et je te remercie de m’avoir fait confiance. Sache que je ne trahirais pas les enjeux que tu as misés sur moi en tant que ton professeur. Je tenterais de t’aider du mieux que je peux pour parvenir à vaincre tes faiblesses pour qu’elles deviennent des forces. Et je ne parlerais jamais à qui que ce soit de ce secret sans ta permission. »

Il la regardait partir, réfléchissant à un moyen de palier à ce problème de bras sans qu’elle de fasse débordée par sa personnalité masculine brutale et sans gêne.

*Jin à l’air très perturbée, et je ne pense pas que ce ne soit du qu’à cette double personnalité, qu’elle à du développée pour se protéger. Après de qui voulait-elle se protéger, qu’est-ce qui l’a poussée dans ses retranchements jusqu’à la schizophrénie, je ne saurais le dire. Bon, pour l’instant je vais simplement continuer l’entraînement avec elle. Cette épreuve l’a déjà assez secouée comme ça, et je ne voudrais pas perdre sa confiance qu’elle m’a accordée avec tant de méfiance. Malgré tout je dois quand même mettre certaines choses au clair.*

Pendant qu’il vérifiait le travail des autres ninjas, Jin revînt, dans une dispute qui paraissait anodine, ouvrant la porte avec brutalité. Le masculin avait prit m’ascendant sur le féminin. Tout avait changé. La jeune fille fragile s’était transformée en garçon déterminé, l’air naïf et insouciant apparaissait maintenant comme une aberration, laissant place à une froideur et une perversité qui s’affichait dans le visage du nouveau Jin par un rictus soulevant doucement la commissure de ses lèvres.

*Cette personnalité masculine va réellement être difficile à soumettre à la volonté de la vraie Jin. Ce caractère impulsif et brutal est vraiment…terrifiant pour un étudiant de cet âge là. Il va falloir que je le laisse dominer la jeune fille pendant quelques temps, afin de la laisser s’affirmer tout en permettant à la personnalité masculine qui semble très déterminé d’apprendre des techniques qui seront bénéfiques aux deux. De plus je ne peux pas tenter de sceller la deuxième personnalité car Jin perdrait ses facultés de maîtrise du chakra… Quel dilemme…*

Sans un mot, le jeune garçon, d’un œil expert examina la ravissante Ketsueki sous toutes les formes. Il enchaîna ensuite les signes aves les deux bras, s’accordant avec sa sœur puis d’un pacte entre les deux qui semblait venir d’une liaison fraternel, permettant à Airô d’analyser et programmer qu’elle serait les meilleurs méthode pour faciliter la vie de Jin en l’aidant dans la maîtrise de sa double personnalité, ils prononcèrent le nom de la technique d’une voix commune et disparurent dans un nuage de fumée. De ce nuage sortit une jeune femme ravissante, ressemblant trait pour trait à la vraie Ketsueki, gardant tout de même quelques rajouts malencontreux d’ombres qui n’étaient que des détails insignifiant et pouvaient rapidement être corrigés.
Le jeune chuunin prit alors un air sérieux, sentant une sorte de respect militaire mutuel se créer entre lui et le Jin masculin et lui expliqua les défauts de la technique.

« Tu as réellement fait du bon boulot et franchement je suis assez fier. Par contre il te manque une dernière chose que tu n’aurais surement pas pu deviner tout seul, se sont les expressions et sentiments que dégage ton henge. Ton Illusion est parfaite visuellement, mais le ressentie par rapport à l’illusion n’est pas assez ressemblant. Je vois encore au travers de ton enveloppe de chakra les manières et habitudes de Jin. Il faut donc que tu observes les gestes les plus fréquents et les positions de la personne et que tu transmettes à ton illusion ce que tu ressens par rapport à Ketsueki. Je ne te demande pas bien sur, de devenir entièrement Ketsueki ce qui est déjà en temps normal trop difficile pour un étudiant et ce qui l’est encore plus avec un caractère aussi singulier que celui de ta collègue. Je veux donc que tu me refasses un henge en pensant bien à ce que je t’ai dit. »

Airô recula un peu pour laisser son élève se concentré et pendant que celui-ci malaxait son chakra, il réfléchit à la dernière réalisation de son élève et en conclu que la coopération entre les deux personnalités de Jin, suivant si elle était plus ou moins forte et voulu pouvait influer sur la réussite de la technique car chaque personnalité dirigeait un bras, donc la moitié de la technique. Oubliant ses idées pour le moment, il se concentra sur son élève.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jin Kanzaki
étudiant(e) de Kiri
avatar

Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 07/12/2007

Feuille de personnage
PV:
33/33  (33/33)
PC:
66/66  (66/66)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Mer 12 Déc - 23:57

De la fumée. De la fumée partout. Issue de la technique expérimenté par Jin, le « henge ». Il avait réussit à corriger ses erreurs. Bien sur, ce n’était pas parfait. Et ce n’était pas du tout du goût du jeune homme. Il comprendrait, sans aucun doute, qu’il ne peut pas atteindre la perfection dès la première ou la seconde tentative d’une technique dont il ne maîtrisait pas même les prémices. Quelque chose, avant qu’il ne râle, avait attiré son attention. Il était moins fatigué qu’au précédent essaie. Ce qui l’avait fatigué, ou plutôt ce qui avait fatigué sa sœur, c’était de bouger les deux bras en même temps. Mais maintenant, la fatigue était moindre. Différente. Il ouvrit la bouche afin de questionner le senseï sur ce mystère planant dans la salle de cours. La jeune colocataire de son corps lui dit doucement à l’oreille.

*Avant de poser la question. Essaie d’imaginer le ying et le yang*

*le rond noir et blanc là ?! Le machin devant lequel certains prêtre s’extasient ?*
*Oui, ce machin là. Imagine que le truc noir et le truc blanc soient séparé*
*ben c’est plus un rond*
*Oui, ce n’est plus un rond. Essaie de me suivre au lieu de me couper*
*Ouais bon ben ça va..Continue*
*Le truc noir, c’est ton esprit. Le truc blanc, c’est le mien. Imagine qu’ils soient en bois. Essaie de former un rond avec les deux bouts bombé en haut*
*J’peux le faire. Je vais peut être le casser, mais je peux les assemblé comme ça*

*Même si tu peux le faire, tu forceras beaucoup plus. Or si tu les placent correctement, tout ce passe bien. Et sans forcer. Nous nous complétons, et nous avons besoins l’un de l’autre. Un pour survivre, l’autre pour devenir plus fort. Quoi qu’on en dise.

Des révélations pour Jin.
Sa sœur lisait beaucoup. Lui il s’entraînait. Il se rendis compte pour la
première fois qu’il avait vraiment besoin d’elle. C’est à ce moment précis, un moment de reflexion intense qui faisait risquer à tout moment à Jin le claquage du cerveau, que Airô donna ses commentaires de professeur.


Ton Illusion est parfaite visuellement, mais le ressentie par rapport à l’illusion n’est pas assez ressemblant. Je vois encore au travers de ton enveloppe de chakra les manières et habitudes de Jin. Il faut donc que tu observes les gestes les plus fréquents et les positions de la personne et que tu transmettes à ton illusion ce que tu ressens par rapport à Ketsueki.


Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa


Ben oui, il lui fallait bien ça. Mais il s’agissait plus à Jin de râler pour râler.
Extérioriser une frustration, qu’il n’avait d’ailleurs pas, était pour lui un
moyen de montrer qu’il n’était pas content de lui. C’était sa manière à lui
d’avancer, de continuer, de se perfectionner. Et puis il n’avait jamais pensé à ce côté du « henge ». Comment le célèbre ninja Naruto aurait pu
tromper ses ennemies en se transformant en Tsunade avec des manières à lui. Rien que cette petite comparaison, imaginer la scène, arracha un sourire à ce visage qu’il voulait déçut. Il ne pouvait se retenir..


MOUAHAHAHAHA !
(raclement de gorge) Désolé Airô senseï, mais j’imaginait..... heu......pas la peine


Il observa un peu plus Ketsueki. Elle se déplaçait doucement. Elle semblait être portée par les airs. Elle avait ce geste. Celui de se passer la main dans les cheveux qui sont devant son visage pour les remettrent en arrière. Elle avaitaussi l’index qui passait derrière l’oreille, pour montrer son minois de profile. Et puis elle regardait, la tête légèrement penchée, comme un chien qui vous réclame quelques friandises. Il pouvait maintenant la mimer.
Alors il se décida à faire les taos. Il commença par s’assoire. Il hésitât un moment, repensant à la comparaison de sa sœur à propos du machin noir et du truc blanc pour faire une idole.. Il n’avait d’ailleurs pas tout compris encore. Jusqu’à ce moment. Au moment de lever les deux bras.
Il se relevât, pour mieux sentir sa sœur, son bras. Ses bras.
Il réalisa d’une vitesse qu’il n’avait encore jamais égalée, les quatre taos dont il s’était mis d’accord avec sa sœur, quelques minutes plus tôt.
Il sentit des flux d’énergie se former en rond, comme pour montrer aux deux esprits qu’ils avaient pris la bonne décision, qu’ils avaient choisit la bonne comparaison. Le chakra s’amplifiait, se concentrait dans un mouvement de convexion à l’intérieure des veines. Son sang bouillait.
Comme pour libérer un surplus d’énergie, il ouvrit les yeux. Mais ce n’est qu’au moment de crier que le chakra explosa réellement



Henge no justsu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Jeu 13 Déc - 18:42

Le Jin masculin semblait avoir des comportements de plus en plus bizarres et un peu désintéressé, mais quoi de plus à normal à son âge, surtout pour un tel tempérament, de garder un esprit rebelle. De plus le jeune garçon se démarquait simplement des élèves qui en temps normal acceptait tout sans jamais dire un mot, ne faisant que suivre les ordres. Cette personnalité qui était vraiment à l’opposé de la Jin féminine serait en fait, comme venait de le remarquer Airô, un atout important pour la jeune fille qui pourrait se servir de ce caractère bien trempé pour se prendre des décisions importantes quand il le fallait. Car pour être un ninja, bien qu’une obéissance totale ou quasi-totale au mizukage soit requise, avoir la capacité de prendre des décisions par soi-même était important.

Pendant que le chuunin se faisait intérieurement, Jin avait apparemment résolu le problème de mouvement des deux bras puisqu’il avait rapidement enchainé les signes de la technique. Il disparu alors dans un nuage de fumée et au grand étonnement d’Airô qui ne pensait pas que son élève parviendrait à maîtriser la techniques en si peu de temps réapparut sous la forme de Ketsueki, se lissant les cheveux vers l’arrière, dégageant un charme quasi identique à l’original. Bien sur la technique ne pouvait être parfaite au niveau d’étudiant, mais ce résultat était amplement suffisant.

« Bien. Maintenant que tu as résolu ton problème de coordination et corrigé les détails de ton genjutsu, je crois que nous pouvons passer à autre chose. Je sais que tu n’es pas du genre à discuter c’est pourquoi je ne te félicite pas plus. Car il me semble que tu préfère l’entraînement aux discours, bien que tu doives apprendre à te maîtriser et à paraître plus…présentable lors de missions d’infiltrations qui nécessitent une certaine maîtrise de la parole. Mais bon, tout cela, tu l’apprendras avec le temps et je te guiderais. Revenons donc au sujet qui nous intéresse, c'est-à-dire le Bunshin no jutsu, qui te permettras de créer un clone illusoire de ta personne. »

Airô effectua quatre signes de façon suffisamment lente pour que l’étudiant puisse les voir puis créa un clone dans un nuage de fumée. Celui-ci paraissait réel, mais Airô pour bien montrer le principe de la technique passa sa main au travers du clone prouvant ainsi qu’il n’était qu’illusion.
Puis il invita Jin par un geste de la main à faire de même, annulant sa propre technique.

[Henge no jutsu appris
+3 int ]

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0


Dernière édition par le Jeu 13 Déc - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jin Kanzaki
étudiant(e) de Kiri
avatar

Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 07/12/2007

Feuille de personnage
PV:
33/33  (33/33)
PC:
66/66  (66/66)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Jeu 13 Déc - 19:57

Les cheveux long qu'il avait arboré lors de son genjutsu le génait. Comment peut on rester avec cette apparence. Il annula sa technique, oripilé par la capilarité abondante de la jeune étudiante.
Il se demandait s'il avait fini par réussir comme son senseï l'attendait, le henge. C'est à ce moment précis que Airô pris la parole


Bien. Maintenant que tu as résolu ton problème de coordination et corrigé les détails de ton genjutsu, je crois que nous pouvons passer à autre chose.


*YEEEEEEESSSSSSS*


Il avait réussit. Il avait finit par maitrisé un tant soit peut le fameux henge. Et ce n'était pas chose aisé. Un léger sourit éclaircit le visage de jin. Ce fut le premier pas d'un long, très long apprentissage.


Je sais que tu n’es pas du genre à discuter c’est pourquoi je ne te félicite pas plus. Car il me semble que tu préfère l’entraînement aux discours,


Il y eu une réaction de la part de Airô senseï après le genjutsu effectué par jin, qui lui plaisait. Pas de félicitation, pas de bavardages intempestif. L'action, et puis c'est tout. Tout comme il aime. La soeur enfermé n'aurait pas été de son avis. Elle aurais estimé qu'une réponse favorable sans félicitations, c'était comme le gateau sans la cerise. Ce qui interressait plus le jeune homme, c'était la crème du milieu.


bien que tu doives apprendre à te maîtriser et à paraître plus…présentable lors de missions d’infiltrations qui nécessitent une certaine maîtrise de la parole

*HEYYYYY ! Moi, je parle pas pour ne rien dire ! Ca, c'est le truc de ma soeur... A moins qu'il ne veuille parler de ce petit cri que j'ai poussé, peu après la seconde tentative...*

Mais bon, tout cela, tu l’apprendras avec le temps et je te guiderais.

Cette parole le rassuras. Si jin était un simple élève, Airô n'était pas un simple senseï à ses yeux. Et il était plus que ravi que Airô ait encore beaucoup de chose à lui apprendre. Il était surtout content qu'il n'allait pas être "jeter" une fois les techniques apprises.

Revenons donc au sujet qui nous intéresse, c'est-à-dire le Bunshin no jutsu, qui te permettras de créer un clone illusoire de ta personne.


Le bunshin no jutsu. Cette technique lui était complètement inconnue. Il cherchait dans sa mémoire quelqu'un qui l'aurait un jour utilisé. Mais non. décidement non. Alors pendant la démonstration, il observait le moindre geste, la moindre mèche de cheveux volant sur le visage de Airô. Il avait vu les taos, il les avaient retenus.

Il ne s'en foutait pas de cette technique. Loin de là. Mais il était fatigué de créer des illusion. Comme cet entrainement. Illusoire.
Il se tournat vers Airô tora, Qui avait finit sa démonstration.


"Sauf votre respect Airô senseï, le bunshin no jutsu est encore un illusion. Je comprend bien qu'il s'agisse d'une technique de base, mais je suis plus fait pour les combats, le corps à corps. N'y aurait il rien que vous puissiez m'apprendre à ce sujet ?"


Les yeux pleins d'admiration pour son senseï, Jin voulait qu'il lui apprenne le combat. Les illusions, c'était le truc de sa soeur. Lui il voulait de l'action. Une véritable action. Pas seulement bouger les mains pour faire apparaitre quelque chose qui n'existe pas.
C'était une technique de base que Airô lui avait montrer. Peut importe. Il reviendras plus tard là dessus. Jin considérait les illusions comme une force tactique. Sans force, il ne pouvait pas y avoir de combat. Ou du moins, c'était un combat de lache comme il se l'imaginait. Apprendre les Taïjutsu, puis le genjutsu ou le ninjutsu semblait plus logique pour lui.
Mais qu'en penserait Airô ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsueki Aisu
Genin de Kiri
Genin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 71
Localisation : Près d'un charmant kiréen, hm, voyons quelle question
Date d'inscription : 24/11/2007

Feuille de personnage
PV:
15/15  (15/15)
PC:
85/93  (85/93)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Jeu 20 Déc - 20:50

Pas assez d’émotion pensait-elle, en effet, celle qu’elle avait imitée était un glaçon, une glace éternelle de Yuki par excellence. Et puis, il commença à parler de ses parents… Il allait falloir y réfléchir pour feindre cette demande… Elle s’inclina, lui disant qu’elle allait recommencer, lui affichant un magnifique sourire et un petit clin d’œil reprenant son apparence, plutôt que celle de Taikai, son aînée qui ne donnait plus de nouvelles. Elle montra la porte, prévenant qu’elle sortait. Refermant ce meuble de bois, elle commença à imaginer un autre personnage à imiter lorsqu’un bruit la fit tressaillir…

[ ?] : « Ketsuekiiii……. »

Une voix résonnante qui sonnait comme un écho dans sa tête… Une voix grave et basse, mais qui restait en tête d’une façon étrange… Elle se retourna et vit sur le mur, à la verticale, une femme comme une araignée, se tenir là. Elle avait comme un petit air avec elle, ses cheveux bleutés, sa carrure, mais pas sa façon de se tenir et d’agir. Elle sauta au mur et attrapa Ketsueki par la taille…

[ ?] : « Taikai a décidé de nous rayer de la carte ‘Tsu… Moi, mais toi aussi par la suite… Depuis elle a disparu… Ce glaçon ne changera jamaaaaais… »

Sa voix, semblable à celle d’un écho, qui s’allongeait comme les murmures d’un serpent était audible, car elle ne cachait pas ses dires… D’où la réaction de Ketsueki, qui fut de bloquer sa bouche par sa main.

« Chute Okane, nous ne sommes pas seule là… Okane Ai »

Okane lui léchait la paume de la main avec un petit regard qui semblait dépourvu de la sainteté d’esprit que quelqu’un de sensé. Et puis, Ai ? Pourquoi Ai ? Mais le regard de Ketsueki lui fit vite comprendre. La nouvelle protagoniste n’était pas toute à fait en face des trous. La troisième succube du trio était, non pas la plus dangereuse, mais la plus écoeurante, non pas par la beauté, mais par sa façon d’être. Entre autre, elle ne semble presque pas humaine dans sa démarche et sa façon de se tenir, et aime faire disparaître les corps… dans son assiette ! C’est quelqu’un de particulier, mais ça restait la dernière sœur de Ketsueki, puisque Taikai avait signé l’acte de guerre… Okane la poussa accidentellement, et le coude de la jeune Aphrodite appuya sur la poignée et elle tomba en arrière, Okane par-dessus. Les hommes avaient devant eux un bien drôle de spectacle… Ketsueki, a moitié déshabiller par le sol, la poitrine encore plus à vue, les cheveux en désordre, et une autre demoiselle lui ressemblant étrangement, un peu plus âgée, mais de peu, juste au dessus d’elle… Ketsueki elle, fixait Airô sans le lâcher du regard, lui faisant un clin d’œil, malgré sa gêne.

« C’est… Ma sœur aînée, Okane… »

Le fait qu’Okane soit apparu devant tout le monde sans henge la dérangeait, sachant qu’elle, tout comme Taikai, étaient dans le bingo Book, puisqu’elles avaient réussit à fuir la prison de Yuki. Elle était là, devant Airô qui était déjà réticent à certaines choses… Ketsueki poussa sa sœur, pour se relever, laissant entrevoir sa poitrine et ses belles jambes. Elle s’avança vers Airô et posa ses deux mains sur ses épaules, s’approchant de lui.

« Excuse-moi, sa venue n’était pas prévu… On va faire comme si de rien n’était et je vais faire cette technique. »


Elle posa ses lèvres sur sa joue et lui fit un clin, puis repartit dans un coin de la salle, Okane derrière elle. Okane dévorait Airô des yeux, avec un air mêlant perversion, malsaineté et folie.

[Okane] : « Sa chair a l’air appétissante Ketsueki… »

Aphrodite lui mit discrètement un coup de coude dans les hanches et la regarda du coin de l’œil, murmurant…

« Le touche pas, chasse garée… »

Okane grognait, lui répondant qu’il était jeune et que ses os devaient encore être tendre, mais la plus jeune ne voulait rien savoir. Ketsueki s’était mis en place et malaxait son chakra d’une façon débutante, regardant Okane… Se concentrant, elle forma les taos, visualisant sous toutes les coutures sa sœur, dans le caractère et dans la façon d’être, comme pour le physique. Après avoir prononcé « Henge », un petit nuage de fumée parut… On ne distinguait pas Ketsueki, mais, Okane, la regardant du coin de l’œil s’exclama indiscrètement, rabaissant la belle séductrice.

[Okane] : « T’as l’air d’une novice, tu me fais de la peine là… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Lun 24 Déc - 11:43

Jin venait de prouver à Airô qu'il avait du caractère en lui demandant de faire un autre entraînement que celui de base imposé par l'administration et cela plaisait à Airô.

*Ce gamin à du cran, il est indispensable que les deux travails de concert, car l'une semble faite pour la stratégie et l'autre pour l'action. Lorsque les deux auront une parfaite synchronisation, Jin sera quasi imbattable... Je suis heureux d'avoir un élève aussi prometteur.*

Airô s'approcha alors de Jin et le prenant par l'épaule comme un geste d'affection, il s'agrippa à la tunique du jeune garçon, le fit voler au-dessus de lui et le laissa retomber au sol.

"Alors comme ça tu veux apprendre du taijutsu, et bien on va voir ce que tu sais faire. Je vais créer un mizu bunshin car je dois aussi m'occuper de Ketsueki, mais tu dois bien comprendre que ton comportement face à lui doit être le même que si c'était moi. Car bien que mon mizu-bunshin ne fera que riposter au départ, à un certains moment tu devras t'attendre à une riposte et si à ce moment là tu n'es pas prêt, tu risque de souffrir. Donc concentre toi bien et donne tous ce que tu as."

Airô réalisa rapidement les quatre taos de la technique et s'éclipsa derrière le nuage de fumée, en direction de la porte où se trouvait Ketsueki, laissant Jin face au mizu-bunshin qui affichait un petit rictus comme pour mieux motiver le jeune homme.

Pendant ce temps là l'original qui s'apprêtait à ouvrir la porte pour voir le résulta de la technique de Ketsueki vit son élève tomber à ses pieds, la poitrine quasiment nue, faisant montée le rouge aux joues du jeune homme. Mais ce rouge se ternit rapidement lorsqu'il vit la femme qui se trouvait allonger sur Ketsueki.

Elle avait l'air un peu plus âgée que Ketsueki et portait un bandeau sur les yeux, quasiment le même que celui du henge qu'avait réalisé son élève quelques minutes plus tôt.

Lorsque Ketsueki poussa la femme qui se trouvait sur elle, ne prêtant plus aucune attention aux attributs de la jeune femme, il reconnu le visage de celle qui venait d'interrompre son cours. Elle se trouvait sur le bingo book et était décrite comme dangereuse. Airô sortit san plus attendre un kunaï de sa sacoche te se mit en position de garde face à la nouvelle venue.

Il sentait l'adrénaline monté en lui car c'était la première fois qu'il était confronté à un véritable criminel. Mais tous ce courage et cette ardeur au combat s'éclipsa pour laisser place au désarroi quand son élève lui annonça que la jeune femme qui se nommait Okane était sa sœur.

Tout se chamboulait dans sa tête, il voyait le visage de la première succube, il voyait le visage de la deuxième succube et enfin voyait le visage de la troisième succube qui n'était autre que Ketsueki.

Son élève n'était en fait que la troisième succube, une Kunoichi très douées et recherchées, comme ses sœurs.

La jeune femme qui s'apprêtait à embrasser Airô fut repoussée sans aucune vergogne. Airô recula quelque peu et se mit en garde prêt à riposter face à un assaut d'une des deux succubes.

"Alors comme ça tu m'as bien trompé, tu faisais semblant d'apprendre les techniques Ketsueki. Mais est-ce que Ketsueki est ton vrai nom? Je suppose que tu m'as aussi trompé aussi pour l'histoire de tes parents."

Il regarda alors en arrière et vit ses deux autres élèves, il baissa alors le ton, de peur d'éveiller des soupçons chez eux et reprît une position normale, gardant tout de même son kunaï à la main.

Son élève semblait ne pas vouloir semer le désordre et espérait même pouvoir faire comme si rien ne s'était passé. Mais Airô n'était pas de cet avis.

Tout en prenant une position décontractée, il laissa le soin à son élève de s'expliquer après que celle-ci eût réussi avec brio la technique de genjutsu ce qui n'étonnait en rien Airô.

Ses soupçons sur les capacités de Ketsueki furent confirmée par sa soeur qui dans une voix rauque, sous le couvert d'un regard malsain s'insurgeait du comportement de sa soeur.

"Tu me dois des explications, et maintenant ! Où je mettrais tout en œuvre pour vous arrêtez toutes les deux. Car il faut que vous sachiez que le bâtiment regorge de chuunin tous plus doués les uns que les autres et que vous ne vous en sortirez donc pas indemne.
Je ne veux pas faire de vague devant les autres élèves donc je vous laisse une chance, mais sachez que vous n'en aurez pas une deuxième. Vous avez intérêt à me fournir une bonne explication!"


[Henge no jutsu appris pour Ketsueki
+3 int
+2 gen
Et continue de faire du rp comme ça parce que moi je m’éclate^^]

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsueki Aisu
Genin de Kiri
Genin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 71
Localisation : Près d'un charmant kiréen, hm, voyons quelle question
Date d'inscription : 24/11/2007

Feuille de personnage
PV:
15/15  (15/15)
PC:
85/93  (85/93)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Lun 24 Déc - 12:19

Okane regardait de haut le ninja et sourit avec une lueur détraquée. En effet, la nécrophobe n’était pas une bille pour autant, elle était d’ailleurs sûrement plus douée que Airô… Elle s’approcha et posa son doigt sur son front.

[Okane] : « Tu sais que tu es mignon toi ? Attaque-moi, j’ai faim et ta chair semble tendre… »

Ketsueki s’approcha d’Okane et la tira par le col, la plaçant derrière elle. Ketsueki était entre Airô et sa furie de sœur qui n’était pas très douée pour la démocratie. La demoiselle frotta ses mains, et croisa les bras ensuite sous sa poitrine, la lui remontant au passage. Okane voulut s’approcher, mais elle hocha la tête négativement lui coupant l’envie de perdurer. Ketsueki, prit la parole, bien en face de Airô.

« Mon Henge était bon… »

Se fichait-elle complètement de ce qu’avait dis le chunin ? C’était possible, mais dans cette situation, peu envisageable. La Succube fixait Airô dans les yeux, et lui afficha un sourire.

« Et oui, je m’appelle Ketsueki… Si je me souviens, ça signifie sang. »

Okane posa sa patte sur l’épaule de sa petite sœur, qui la lui retira. Elle tourna la tête et ajouta à sa sœur.

« Je parle, ne me coupe pas s’il te plait »

Son aînée grognait, mais, elle lui portait un grand respect, car elle l’écoutait. Ces deux dernières étaient solidement liées puisqu’elles devaient faire face tôt ou tard à l’aînée qui était de base bien plus forte qu’elles deux réunies. Ketsueki voulu s’approcher de Airô, mais elle remarqua qu’il n’était pas du tout à l’aise, et que Okane le travaillait. Dans un soupire, la kunoichi décroisa les bras et claqua des doigts… Un bunshin parut, et vint saisir Okane de façon ferme. Cette dernière grogna, mais compris que Ketsueki avait à faire.

« Dis-moi ce que tu veux savoir, je te le dirais »

Le jeune homme face à elle fit une pause, il se taisait, réfléchissant à sa question… Et au moment où il allait le dire… Il avait ouvert la bouche mais, le temps que le son sorte, Ketsueki lui avait coupé la parole.

« Quelle sera la prochaine technique au faite ? »

Airô semblait bouillir intérieurement, et ça ne laissait pas Ketsueki de marbre. Ca l’amusait mais elle ne riait par pur principe. Le bunshin tenait toujours Okane qui se débattait.

« D’après les ragots, nous sommes trois, mais la troisième qui s’appe… » Elle fut coupée nette par sa sœur

[Okane] : « Tu prononces son nom et je croque le petit bonhomme ! »

Ketsueki se tourna vers Okane les yeux écarquillés. C’était à peine croyable que le simple nom de Taikai la rende ainsi. Elle devenait réellement tout l’inverse de d’habitude, car par exemple, les gens de Yuki jouissent d’un tempérament particulièrement calme, mais là, Okane commençait à s’énervait sur place… L’étudiante fit signe à son clone de la faire sortir, et une fois la porte fermée, innocemment, Ketsueki s’appuya sur la porte de tout son poids plume. Très vite sous la porte on aperçut de la fumée, le clone était bel et bien fini… Mais il n’avait pas le temps de faire le deuil là, Airô aussi s’impatientait.

« Notre aînée, Taikai, a disparu, et ça nous inquiète. Non pas que nous la cherchons, plutôt disons… Elle nous traque. Et ce n’est pas le genre de personne avec qui j’ai envie de faire face. Mais si vous avez vraiment connu les récits de nos épopées, tu connais mon nom… Aisu, tu sais, ce fabuleux clan maître du Hyouton, qui protège et maltraite à la fois les populations. Ce qui m’ont dégoûtée de l’autorité et qui m’ont rendue individualiste, comme ma sœur présente, et l’autre. Ce sont eux les monstres, mais je n’ai pas à me justifier. Néanmoins, rien que par gentillesse, je te demanderais de ne pas menacer Okane. Elle est bien plus forte qu’elle semble être bizarre, alors imagine. »

Soudaine, Ketsueki fut secouée, la porte derrière elle se faisait sérieusement frapper, et c’était Ketsueki qui avait l’honneur de manger les coups. Calme, mais avec un ton autoritaire, elle se mit à crier à l’intention de sa sœur.

« Continue comme ça et je tiens tout un récit sur notre sœur ! »

Dans la salle, tout le monde s’était tu, plus personne ne parlait, on les regardait. Airô en était d’autant plus gêné. Ketsueki haussa les épaules, et ressentit que Okane était redevenue calme. D’ailleurs, sa voix étouffée par l’épaisseur de la porte se fit entendre, mais que des oreilles de Ketsueki.

[Okane] : « Si l’un d’entre eux te touche, je le tue… »

Ketsueki ne releva pas la phrase, puisque seule sa sœur et elle l’avait entendu, elle regarda Airô et ajouta, avec un air souriant.

« Je suis si effrayante ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Mar 25 Déc - 10:54

Airô était en proie au doute le plus complet. D'un côté il y avait le dilemme qui lui déchirait l'esprit. Il ne savait s'il devait tenter d'arrêter son élève et sa sœur, où laisser la sœur partir et couvrir Ketsueki.

*Mon devoir est de tout tenter pour les arrêter. Mais Je dois être réaliste, si Okane à réussi à s'infiltrer dans le village de Kiri sans être repérée par les anbus, et qu'elle figure dans le bingo book comme dangereuse il ne faut pas que je m'attende à un combat facile à gagner. De plus les autres élèves sont dans la classe et je ne peux leur faire courir aucun danger.*

Tout en réfléchissant, Airô avait rangé son kunaï en signe de négociation mais Kawabata était venu le rejoindre. Le chuunin souhaitait négocier ave son élève mais ne voulait pas ébruiter se qui allait se passer entre eux.

Il laissa donc les élèves sous la surveillance du mizu-bunshin et s'approcha doucement de Ketsueki. Dans un mouvement lent et résigné, la tête baissé, les yeux fermés. La douceur de ses mouvements évoquait la résignation de Airô qui s'approcha de Ketsueki jusqu'à la collé contre la porte. Airô s'appuyait progressivement contre le corps de la jeune femme, tout en douceur, la main grande ouverte s'appuyant juste à la droite de la tête de son élève contre la porte. Dans un mouvement souple et doux il releva la tête tout en ouvrant les yeux et approcha sensuellement sa bouche de l'oreille de la jeune femme, appuyant tout son corps sur celui de Ketsueki, il posa ses lèvres à quelques minimètres de l'oreille gauche et lui murmura d'une voix empreinte de douceur, et de délicatesse évoquant la sensualité du jeune homme:

"Je ne trouve pas effrayante..."

Il se recula délicatement, respirant doucement au niveau de l'oreille, le souffle chaud venait caresser le lobe de la jeune femme, les cheveux du jeune homme lui retombait sur le visage. La tête légèrement penchée en avant, il avait le regard fixé sur la porte et il finit sa phrase dans un murmure doux, mais sans aucune émotion, sans aucune intonation:

"...Tu es simplement sans cœur."

Prononçant ces dernières paroles, il venait d'exprimer toutes les émotions qui lui entre-déchiraient l'esprit, il sentait qu'il était redevenu placide face à la jeune femme, son visage n'était marqué d'aucune ride, d'aucune émotion. Il venait de se détacher de la jeune femme et ne pourrait plus jamais lui accorder aucune confiance.

Il fît glisser doucement, suivant les formes de la jeune femme, sa main jusqu'à la poignée de la porte qu'il tournât , tirant la porte vers lui et emmenant de son deuxième bras, tenant la jeune femme par les hanches, il se retrouva face à Okane qui avait apparemment calmée sa colère et repris son regard pervers et malsain que l'on pouvait deviner au travers du bandeau. Mais désormais cela n'intimidait plus Airô qui la regardait avec le même regard froid qu'il avait adressé à Ketsueki.

La porte se referma sur la vision des cheveux blancs de Ketsueki pour les élèves présent dans la salle et Airô, de l'autre côté de la porte en compagnie de Okane et de sa sœur lâcha les hanches de la jeune femme et planta son regard dans celui d'Okane au travers du bandeau et lui annonça d'une voix plate.

"Je veux que tu disparaisses sur le champ, que tu laisse Ketsueki et que tu ne reviennes jamais dans ce village, je ne te poursuivrais pas, je ne signalerais pas ta présence aux anbus, mais tu ne dois jamais revenir dans ce village où je peux t'assurer que la prochaine fois je te tuerais de mes propres mains."

Airô sentait une émotion le prendre au ventre et à la gorge. Ce n'était pas de la peur, ce n'était pas de la tristesse, c'était simplement de la compassion pour ce qu'avait vécu Ketsueki. Il reprit son discours mais cette fois-ci d'une voix inondée par les sentiments qui commençaient à serrer le ventre d'Airô.

"Je m'occuperais de ta sœur, je lui apprendrais tout ce que je sais parce que c'est mon devoir et aussi parce que je ne eux laisser une femme aussi torturée sans rien faire. Car je ne suis pas dupe, j'ai vu que Ketsueki jouait la comédie, qu'elle voulait paraître joyeuse alors qu'elle était en proie au désespoir qu'inflige la vie et je ne la laisserais pas dépérir comme toi et ton autre sœur l'avez fait. Vos n'avez aucune excuse d'avoir laissé votre sœur se faire ronger par l'anéantissement de sa personne vous auriez du vous en occuper, c'est sa le rôle d'une sœur!"

Airô sentait que les larmes lui montait aux yeux, mais il les retînt, regardant Kawabata qui lui apporta le soutient nécessaire pour continuer. Il reprit d'une voix cette fois très froide et due, tout en se retournant vers la porte.

"Part maintenant et ne reviens jamais. Je serais le grand frère que vous auriez du être pour elle."

Airô ouvrit la porte et tira Ketsueki par le bras tout en prononçant les dernières paroles qu'il daignerait adresser au près de la deuxième succube.

"Ketsueki je te laisse faire tes adieux à ta sœur ou partir avec elle, car saches que tu peux partir avec elle où rester, je ne vous dénoncerais dans aucun des deux cas. Tu suivras avec moi un entraînement personnel, j'essaierais de t'apprendre toutes les techniques que je connais. Si tu pars avec elle ne t'avise plus jamais de revenir dans ce village où je vous tuerais toutes les deux. Maintenant tu es libre de tes choix, mais fait le bon car tu n'auras pas de seconde chance."

Il laissa alors les deux sœurs ensemble, referma la porte sur les deux femmes et s'adossa à celle-ci en compagnie de Kawabata, lui caressant la tête tout en regardant le plafond. Il sentait les larmes lui montée aux yeux.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsueki Aisu
Genin de Kiri
Genin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 71
Localisation : Près d'un charmant kiréen, hm, voyons quelle question
Date d'inscription : 24/11/2007

Feuille de personnage
PV:
15/15  (15/15)
PC:
85/93  (85/93)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Mar 25 Déc - 11:35

Okane retrouvant le shinobis si près de Ketsueki lança un air interrogé à sa sœur, qui ne répondit pas. La scène passait de la comédie à la tragédie… Airô ne semblait pas comprendre l’enjeu de tout ce qui se passait là. Okane fit un signe de la tête à sa sœur et sortit, Ketsueki, sans broncher chopa Airô par le col et le fit les rejoindre. La plus âgée des deux femmes, bien qu’ayant des problèmes psychosociaux, n’était pas idiote, elle avait passé un genjutsu dans ce coin, pour qu’on ne lui tombe pas dessus. Elle allait parler, mais Ketsueki la coupa, se mettant bien en face de son professeur…

« Sans cœur, tu sais ce que ça veut dire ? Je sais ce qu’est une émotion, je ne suis pas ignorante. Je hais l’ignorance, pourquoi le serais-je ? C’est l’une des raisons de ma conversion en ce qui a fait l’ère noire de Yuki, mon cœur ! Les Aisu ne sont qu’une famille d’hommes de pierre qui combattent sans broncher pour un prince qui ne fait rien ! Je ne suis pas sans cœur ! T… » Okane s’était mise devant Ketsueki et lui posa sa main sur la bouche.

[Okane] : « Chuuuute… Souviens-toi Tsu, souviens-toi… »

La voix apaisante d’Okane laissa la kunoichi dans un drôle d’état, elle se calla contre un mur et resta là, sans bouger, les yeux fixés sur le sol…

[Okane] : « Tu t’en souviens, n’est-ce pas ? »

Sans ajouter un mot de plus, Ketsueki hocha la tête, comme une enfant traumatisée, elle restait dans son coin sans bouger, figée. Okane prit la parole, regardant sa sœur du coin de l’œil…

[Okane] : « Je suis mauvaise sœur ? Merci… J’ai fuis une prison de Yuki, les ANBU de là-bas me cherchent encore. Je suis allée à Suna pour ne pas attirer d’ennuie à Tsu’, les ANBU de Suna me cherchent, et, étrangement, je suis là ! Recherchée de partout, je viens veiller sur ma sœur, contre mon aînée ! Je protège mon sang de ma chair, tu comprends ?! J’aurais pu laisser Ketsueki, elle se serait faites tuer ! Mais non, j’ai préféré risquer ma minable peau pour elle est son avenir prometteur ! Je mourrais pour elle ! Toi, ne me fais pas croire que tu le ferais ! Que des mots ! Ketsueki est ma seule famille ! Je ne m’en irai pas, appelle tes ANBU si tu le veux. Tant que je saurais ma sœur sauve, je n’aurais aucune crainte. Mais je sais que Taikai fera tout pour l’avoir en premier, si je pars, c’est vouer son destin à la mort, comme tout le monde tu me diras… Mais Ketsueki a assez couru après le bonheur pour avoir le droit d’y toucher. Mets-toi entre moi et elle et tu y passes ! Tu peux être son professeur si tu veux, mais je ne partirais pas, je suis venue sans être vue, j’y resterais. »

Okane n’avait jamais parlé de façon si franche, sans avoir un air psychotique, et jamais, elle n’avait sentit son cœur battre aussi fort. Elle n’était en plus pas en colère, c’était le plus calme des esprits de l’instant. Ketsueki était figé… Mais d’une voix autoritaire, son aînée voulait qu’elle affronte ses peurs.

[Okane] : « Parle Tsu, révèle-tout ! »


Ketsueki écarquilla les yeux, il n’en était pas question. Airô trouvait qu’Okane était bien sévère sur ce coup, mais cette dernière avait ses raisons. La plus jeune se laissa glisser le long du mur, se retrouvant assise, cachant sa tête entre ses bras, tremblant.

[Okane] : « Parle, Aisu ! »

Pour Airô, de telles paroles à sa petite sœur qui ne semblait pas bien étaient choquantes, mais une fois de plus, Okane savait ce qu’elle avait ) faire, et bien plus que le garçon, Ketsueki leva la tête, le regard plein de colère, mais pourtant calme, plein de peur…

« Ne m’appelle pas ainsi. Je ne suis pas une Aisu. Je ne suis pas ça. Je ne suis pas une esclavagiste… Je ne suis pas un soumis. Pourtant, ils sont vivants et moi morte… »

Le chunin ne suivait plus, mais vraiment plus, Ketsueki, fermant les yeux et soupirant, continua.

« Jamais je ne pardonnerai cette famille aveuglée par ce qu’ils ne sont pas et se l’approprient… Jamais je ne serais des leurs… Et… Jamais je ne chercherai plus à toucher l’insaisissable… Taikai tout comme les autres, il n’y a plus mauvais sur cette Terre… Des sans cœur… Moi, j’en ai un… »

Tout commençait à s’expliquer, les paroles d’Airô avaient étaient vraiment marquantes et blessantes pour Ketsueki, et cela se ressentait vraiment… Elle se releva, regardant Airô et Okane, et, désignant sa sœur du doigt, susurra…

« Tu veux qu’elle parte ? Sans cœur… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Mar 25 Déc - 17:12

Airô était revenu avec les deux sœurs et avaient écouté leurs récit qui l'étonnaient de plus en plus. Un sentiment de culpabilité vînt s'instiller dans son esprit, il comprenait à présent toute la complexité de la vie des trois sœurs et plus particulièrement des deux qui se trouvaient en ce moment avec lui. Il observait sans cacher sa compassion face à l'anéantissement de Ketsueki tout en écoutant Okane qui avait totalement laissé son côté malsain pour afficher une mine grave.

Il tentait de comprendre ce qui avait amené une femme aussi forte de caractère à se retrouver dans un tel état. Il savait d'ailleurs que cet état d'abattement ne lui était pas totalement étranger puisque voulant marquer la jeune femme, voulant lui montrant son attachement pour elle, voulant lui montré à quel point elle l'avait blessé, il avait fait bien pire. Il l'avait accablé de tort auquel elle avait été confrontée toute son enfance dans son entourage, il avait fait ressurgir toute son enfance qu'elle essayait d'oublier où en tout cas de laisser derrière elle.

Okane qui avait parue au départ si singulière au jeune chuunin et qu'il avait elle aussi accablé de tous les mots se révélait désormais une sœur attentionné qui donnerait sa vie pour Ketsueki et qui n'avait cure des simples remontrances d'un jeune homme dont la vie paisible et confortable ne l'avait confronté qu'à des problèmes mineurs et dont le seul souci était de mené sa vie sans trop d'accros.

Désormais son ignorance de la réalité de la vie lui apparaissait clairement et celui-ci ne demandait qu'à se repentir de ses fautes il n'avait pas réellement voulu blessé Ketsueki et se rendait désormais compte de son erreur envers Okane. Airô culpabilisait de les avoir blessées l'une comme l'autre.

La tête baissée, la mine dépitée il ne trouvait pas les mots pour exprimer son désarroi. De plus sa culpabilité ne faisait qu'augmenter en voyant la réaction de Ketsueki aux relancements de sa sœur pour leurs passés communs. Airô savait qu’Okane souhaitait que Ketsueki se délivre des démons qui la hantaient mais les méthodes de celle-ci étaient assez choquantes pour le Chuunin.

Peu à peu, le jeune homme se rendait compte du caractère froid et dure de la vie, de la rudesse de la réalité sortit du cocon protecteur. Cet apprentissage, il l'avait fait au dépends de son élève et cela ne devrait plus jamais se reproduire.

Le coup de grâce pour Airô fut l'accusation de Ketsueki qui toucha en plein cœur. Cœur qu'il n'avait peut être pas comme venait de lui faire remarquer la jeune femme.

Le visage contrit par la souffrance de l'échec, ravalant toute sa fierté il releva la tête, regardant Ketsueki qui semblait profondément blessée.

"Je...Je... ne sais quoi dire, je sais que je t'es blessée et j'en suis plus que désolé. Je ne me cherche pas d'excuse à part celle que je dois te faire et saches que je te soutiens totalement. Je ne comprends surement pas tout ce qui t'es arrivé, je n'ai as cet orgueil là et je mérite entièrement tes accusations. Mais il faut que tu comprennes que je ne pourrais vous couvrir tous les deux. Toi Okane je ne pourrais te couvrir, je le ferais pour ta sœur mais pas pour toi alors saches que si je me retrouve en position de difficulté à cause de toi je n'hésiterais pas à me retourner contre toi Okane. Je m'engage par contre à couvrir ta sœur au péril de mon grade et même de ma vie.

Alors si tu peux te débrouiller seule sans mettre en danger ta sœur, je ne te dénoncerais pas au près des anbus."


*Malgré toute ma culpabilité, un doute persiste pour moi. Celui de la comédie qu'aurais pu jouer Ketsueki, permettant ainsi à Okane de s'infiltrer dans le village de Kiri. Mais d'après les brèves explications du bingo book, il me semble que tout colle. Je vais donc leur faire confiance pour le moment mais gardons un œil Kawabata, Rien ne nous assure de leur fidélité. De plus si leur histoire est vrai nous devrons nous attendre à l'arriver de la nuke-nin Taikai Aisu et nous serons alors confronté à un gros problème.*

Son expression faciale était revenu à la normale montrant que pour lui le contrat était établis et qu'il n'y avait d'autres alternative pour eux trois.
Il attendait maintenant la réponse des deux sœurs avec le soutien de Kawabata.

Si la réponse était positive il espérait revenir dans la salle vérifiée le résulta de l'entraînement de ses autres élèves et tenter de faire rentrer Ketsueki dans une certaine normalité, espérant ne pas avoir trop attirée l'attention des deux autres élèves bien qu'il ne soit pas dupe.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsueki Aisu
Genin de Kiri
Genin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 71
Localisation : Près d'un charmant kiréen, hm, voyons quelle question
Date d'inscription : 24/11/2007

Feuille de personnage
PV:
15/15  (15/15)
PC:
85/93  (85/93)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Mar 25 Déc - 18:11

Okane avait fait son temps de savoir vivre, et retrouva peu à peu ses allures inhumaines et ses mimiques étranges, elle le fixait d’un regard presque animal, mêlant la folie et l’incompréhension envers Airô. Elle eut un petit ricanement sinistre suite à ses paroles…

[Okane] : « Je suis venue sans être vuuuue… Crois-tu que j’ai besoin de couverture ?... Et puiiis, tournes-toi contre moi si ça te va… En te tournant contre moi, tu accuses explicitement Ketsuekiii… Donc tu ne l’auras pas protégé comme tu viens d’en faire serment… Et dans ce cas là, je te tueraiii… »

Dans sa démarche inhumaine, elle s’approcha d’Airô, de près, et lui murmura une dernière fois à l’oreille

[Okane] : « Je détiens le rêve de Ketsueki, mais je peux aussi détenir ton pire cauchemaaaaar… »

Elle fit un signe particulier sur sa main droite, et disparut dans une neige fine, dissipant le genjutsu de la pièce. Ses dernières paroles étaient à écouter, car les prédictions de Okane étaient souvent vraies. Ketsueki s’était isolée durant la conversation, et elle releva les yeux vers Airô… Son regard était vide, totalement dévasté, comme si elle était morte, ou totalement ailleurs. Elle n’était plus parmi eux là… Pourtant, sa voix résonna…



« Personne ne me défendra. Si je dois mourir, je mourai seule. Je suis la seule qui puisse réellement me protéger, tu le sais. Okane aussi, mais elle ne veut pas l’avouer… Seule moi peux affronter ma propre mort, et on ne moura pas pour moi, il en est hors de question. Dans l’histoire et la chronologie future… Dans les trois soeurs autrefois si liées, une moura… Moi ou elle, mais Okane ne sera pas dedans, du moins, elle ne donnera pas sa vie pour moi… Cesser de parler pour moi, je suis grande et assez intelligente pour comprendre que l’enjeu de ma vie c’est de résister à la mort… Et si la mort me cueille, c’est que j’aurai échouée. C’est mon défi, pas le votre, laisser moi clore ma vie par mon échec, ou l’embellir de ma victoire. Ne vous appropriez pas mes victoires, et ne partagez pas mes défaites. Je tiens les armes autant que vous voir plus au quotidien, je peux faire front… Cessez de me prendre pour une enfant, j’ai vu bien plus de choses que vous. Cessez de me prendre pour une ignorante, j’ai plus d’expérience dans mes souffrances. Cessez de croire que je suis fragile, la glace éternelle l’est mais pourtant, jamais elle n’a fondu. Je ne suis pas la flamme combattante, ni l’eau tranquille, je suis cette glace, immuable qui ne demande qu’à vous prouver sa solidité. Cessez de me voir comme la neige, pure, qui fond au contact de la moindre présence, cessez de croire que je suis autre chose que celle que je suis… Ca en est trop. Ne me surestimez plus, ne me sous-estimez plus d’avantage pour autant. Voyez moi du même regard, critique ou non, mais ne changez pas ! J’y gagne plus d’honneur, et récolterais les déshonneurs, mais laissez-moi être qui je suis ! Je me connais ! »

Sous ses paroles… Aphrodite soupira, et fermant un moment les yeux, faisait le point sur les faits passés et ses méfaits commis. L’histoire était écrite d’une plume qui n’avait qu’une encre rouge depuis toujours… Ketsueki, signifiant sang, enfin trouvait-elle la signification. Elle avait pour seule histoire de courir après le bonheur et d’éviter les éclaboussures rouges… Elle n’était pas une poupée, ni une peluche, mais une kunoichi. Elle avait fait déjà bien des actes criminelles, pourquoi à présent la protègerait-on ? Elle était grande et avait des connaissances qui n’étaient pas négligeables, elle voulait que ça cesse… Néanmoins, malgré ses reproches, elle avait besoin de Okane, elle n’imaginait pas s’en sortir sans son soutient, même si maladroit. Son aînée n’avait jamais su réconforter de manière douce, mais elle parvenait au même résultat… Ce qui déchirait le plus le cœur de Ketsueki, c’était Taikai. Elle était pour elle un model, et elle était si douce, le nombre de fois où elle aussi elle l’avait protégé. Elle préférait se faire punir à sa place, et subissait les tortures pour la plus jeune. Depuis toujours, Tsu’ était la protégée du monde… Taikai lui en voulait, c’était si douloureux… sa plus grande protectrice, celle qui avait tant endurée pour elle, qui à présent était dans l’autre camp… C’était un tel choc que la première fois, elle n’avait pas voulu le croire…

*Taikai je te retrouverai… Sachant que je ne retrouverais pas celle d’autrefois, il nous faudra sortir les armes… Je ne veux pas te tuer, mais je te connais, tu me pousseras à le faire, pour rendre la fin du combat plus douloureuse encore. Tuer sa sœur, tuer son sang, sa chair, se tuer, pourquoi m’infliges-tu ça, dans tous les points de vue ? Pourquoi veux-tu m’assassiner, et pourquoi me forces-tu à répondre… Taikai, où es-tu passée…*

Taikai avait fait bien des choses horribles, mais elle ne lui en avait jamais voulu pour ça… Mais elle savait qu’elle piocherait dedans pour éveiller la haine de Ketsueki, et ainsi, la forcer à se donner à fond… C’était peut-être le plus douloureux… Savoir que notre sœur remonte toutes les souffrances passées, qu’on tente d’oublier, afin que le combat ait un minimum de challenge… C’était triste…

Ketsueki releva la tête vers Airô et sortit de son isoloir et… elle lui sourit, d’une façon aussi séductrice qu’à son arrivée. Elle s’approcha de lui, un peu, beaucoup, et… Sans doute trop. Elle se colla contre lui et fit frôler ses lèvres des siennes, et se pencha vers son oreille.


« Merci, la sans cœur, tel le phénix, rennaîtra de ses cendres… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Mer 26 Déc - 11:33

Okane partit, Airô relâcha un peu la pression née du sentiment malsain que dégageait la succube et se retourna vers Ketsueki qui lui expliqua d’une voix ferme et catégorique ses ambitions et se sentiments.

Les paroles de Ketsueki étaient profondes et réfléchies. Airô sentait que la jeune femme ne prononçait pas ces mots à la légère et qu'ils étaient l'aboutissement de nombreuses expériences de son passé marqué au fer rouge.

Le protectionnisme qu'évoquait Ketsueki était, il est vrai imposé par Airô et par les sœurs de la jeune femme selon ses dires. Airô avait cette fâcheuse tendance à vouloir trop en faire, à vouloir protéger ce qui n’avait pas en réalité un besoin de protection. Il souhaitait bien faire en imposant une certaine aura protectrice à Ketsueki, la voyant désemparée face à son passé. Cette aura n’était en fait qu’une prison qui empêchait l’épanouissement de la jeune femme.

Plus Airô réfléchissait plus il se sentait idiot. L’autonomie à laquelle il avait toujours aspiré il avait tenté de l’enlever à son élève. Elève qui était largement en âge de faire ses choix seules et cela le jeune chuunin fort de sa position de professeur l’avait oublié. Il s’en mordait une nouvelle fois les doigts. Décidemment que de rebondissement dans la journée d’Airô aujourd’hui. Ces deux femmes venaient de donner une sacrée leçon de vie au jeune homme et il n’était pas près de l’oublié. D’abord la remise en cause de sa naïveté, le ravalement de son orgueil au profit du bien de deux sœurs persécutées par les affres de la vie. Puis la compréhension d’une réalité qui n’était pas faîte ni de noir, ni de blanc mais de gris plus ou moins foncé. Et enfin la prise de conscience du besoin d’autonomie de toute personne y comprit sa propre personne malgré toutes les règles d’obéissance imposée par la vie ninja.
Il tirait partie de cette rencontre autant que les deux sœurs, mais pas de la même manière. Les unes gagnant une couverture et une cachette face à leurs sœurs, l’autre gagnant de la maturité et de la sagesse.

Airô observait Ketsueki qui semblait en proie au doute et à la rancœur face à un fait qu’il ignorait mais dont il devinait les fondements. Il voulu renouveler à la jeune femme sa fidélité au sein de Kiri, pour lui faire comprendre qu’il lui offrirait une couverture au sein du village dans lequel elle ne pourrait vivre sans un appui que lui offrait l’importance de sa famille au sein du village.

Il commençait à ouvrir la bouche quand Ketsueki s’approcha du jeune homme tout en relevant la tête. Ses yeux brillaient d’un nouvel éclat, ses lèvres pulpeuses s’approchaient d’Airô qui était comme envoûté, ne pouvant que regarder la jeune femme qui se rapprochait doucement de ses lèvres. Il sentait le souffle chaud frôlant ses lèvres, son cœur s’accélérait, ses yeux se fermaient doucement, il sentait un sentiment de plénitude l’envahir, les cheveux de l’Aphrodite venant se mêler à aux cheveux blancs d’Airô totalement sous le charme de la jeune femme dont il ne pouvait s’écarter et dont il ne voulait s’écarter. Son cœur battant se rompre se calma tout à coup, sa respiration cessa, sa poitrine se stabilisa. Plus rien d’autres n’existait plus pour lui, ni le passé, ni le future, que le moment présent. C’est alors que les lèvres dans un silence totale vinrent frôler celle d’Airô, créant un frisson qui parcouru l‘échine de l’envoûté écoutant les douces paroles de la jeune femme qui le libérèrent de sa torpeur.

La poignée s’ouvrit sous le poids de Kawabata qui souhaitait écourter ce moment qui le rendait jaloux. L’élève e te le maître, l’une revenue à son état originel, l’autre revenant totalement changé, le regard s’éclaircissant s’accaparant le moment qu’ils venaient de vivre comme un souvenir inoubliable qui diffusait une sensation de bien être dans son corps.

Malgré tout Airô était chuunin et savait donc contrôler ses émotions. Il ne laissa apparaître qu’un petit sourire sur son visage concentrant son regard sur a jeune femme, mais non plus dans une optique érotique mais dans une ambition technique, souhaitant la faire au plus vite passer genin pour l’écarter des soupçons pouvant naître au sein de l’académie.

« Maintenant que tous est clair, nous allons passer au Kawarimi sans plus attendre…hum…hum »

Airô prononçait es paroles tout en s’éclaircissant la voix qui était encore sous le choc.

« Donc je disais qu’on va faire le Kawarimi. Cette technique consiste à se transposer avec un objet grâce au lien de chakra que tu crée avec lui. Il faut donc d’abord que tu crée un lien de chakra avec l’objet avec lequel tu dois te transposer et ensuite que tu échange ta place avec lui. N’espère pas réaliser cette transposition du premier coup car c’est une technique qui demande une certaine maîtrise de son chakra, c’est pourquoi que je te l’apprends en dernier maintenant que tu maîtrise suffisamment ton chakra. »

Suivant ces paroles par les actes, il réalisa un kawarimi avec la chaise qui se trouvait derrière son bureau, Il enchaîna les quatre signes nécessaires et celle-ci retomba juste à côté de Ketsueki.

« L’objet avec lequel tu te transpose dois toujours être quasiment de la même taille que toi. »

Airô retourna au près de Ketsueki, vérifiant se que faisait Jin avec le mizu-bunshin.

*Tout paraît normal, mais est-ce que nous allons réussir à maintenir longtemps ce secret. De plus il est très dangereux et implique de grande responsabilité, je devrais donc toujours rester sur mes gardes. Je pense que je pourrais proposer à Ketsueki de loger chez moi afin de pouvoir garder un œil sur ses agissements et donc ceux de ses sœurs qui la surveille. Mes parents n’étant quasiment jamais là, je leurs donnerais une simple explication sans intêret.*

Airô rédigea donc un mot sur un parchemin l’attention de Ketsueki, ne voulant pas qu’une oreille indiscrète capte quoi que ce soit.

Il était écrit :

Je suppose que tu n’as aucune maison, je te propose donc de loger chez moi. J’ai une grande demeure quasiment vide pour moi et Kawabata, je souhaite donc t’en faire profiter en toute amitié.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsueki Aisu
Genin de Kiri
Genin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 71
Localisation : Près d'un charmant kiréen, hm, voyons quelle question
Date d'inscription : 24/11/2007

Feuille de personnage
PV:
15/15  (15/15)
PC:
85/93  (85/93)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Mer 26 Déc - 12:45

A nouveau dans la salle, Ketsueki était toujours égale à elle-même aux yeux des autres étudiants. Son prochain objectif était le passage genin, et, elle n’en était plus qu’à une technique de l’avoir. Technique acquise, mais qu’elle devait encore une fois mimer, que de challenge ! Elle l’écouta, puis, s’avança vers le bureau ramener le papier qui était posé, et le lu de façon discrète avant de le ranger, et de lui répondre d’un clin d’œil. La réponse était affirmative, mais ce qu’il ne savait pas, c’est Okane ne serait pas loin. C’était l’ange gardien de la kunoichi, qu’elle le veuille ou non… Ketsueki claqua des doigts créant un bunshin, et, s’approcha de Airô.

« Je t’emprunte ça… »

Un peu maso sans doute, et retira le kunai de la sacoche de chunin et le passa à son clone.

« Si je rate, ça sera bien fait pour moi »

Elle se mit bien face au double et regarda au loin le sac de frappe qu’il avait voulu qu’elle tape auparavant, et qu’elle avait refusé. Elle ferma les yeux, et d’une façon enfantine et peu expérimentée, tenta de malaxer son chakra dans son corps, et de créer un lien infime entre elle et cet objet sans vie… Le bunshin se mit en position offensive, le kunai en main, et… Il le lança de toutes ses forces. Ketsueki savait ce qu’elle faisait. Elle forma un tao, et une fumée apparut… Lorsqu’elle se dissipa, il y avait toujours Ketsueki, le kunai dans le bras. Elle avait mis trop peu de chakra pour la technique, volontairement comme d’habitude, et ainsi, avait payé le prix de l’erreur. Elle voulait montrer à Airô ce qu’elle disait avant « Laissez-moi payer mes échecs ». Elle tira violemment sur le kunai, le délogeant de son bras qui saignait à présent sur le kimono blanc. Elle se tourna vers le chunin, le kunai dans la main et haussa les épaules avec un air désolé.

« Je ne suis vraiment pas douée, je recommence, mais je t’emprunte un autre projectile, ça m’apprendra. »

Elle s’approcha furtivement d’Airô et lui vola un shuriken, lança ainsi les deux au bunshin qui les rattrapa et se remit en position. Maintenant, l’étudiante allait montrer ce qu’elle savait faire d’habitude, et cela allait donc se passer vite… Elle ne ferma pas les yeux, à peine remise en place, que le clone avait déjà lancé les projectiles… Kesteuki était touché… Ou était-ce le sac ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Mer 26 Déc - 13:13

Airô laissa Ketsueki prendre tous ce qu'elle voulait dans sa sacoche, restant les bras croisés en attente de la réalisation de son élève.

Le bunshin lui avait lancé le kunaï en plein bras, montrant au chuunin la détermination de son élève, et les résolutions qu'elle avait prise. Désormais tout ce qui venait de Ketsueki ne pouvait plus choquer Airô qui n'avait plus aucune appréhension envers la jeune femme après tout ce qu'elle venait de lui révéler. Il la laissa donc faire comme bon lui semblait, celle-ci revendiquant sa maturité assumait totalement ses choix et Airô n'avait donc pas à intervenir.

La deuxième tentative ne fut pas couronné de succès et un des deux shurikens était prêt à percuté la tête de Ketsueki. Airô restant stoïque face au danger que courait la jeune femme pensant qu'elle allait s'écarter, la laissant assumer les responsabilités de ses actes observaient les réactions de celle-ci. Mais il vit que mimant la concentration, elle ne voyait pas arriver la kunaï.

Il décroisa alors ses bras pour parer le shuriken qui arrivait droit dans la tête de la jeune femme puis se rappela au dernier moment les paroles de Ketsueki. Il décéléra alors prenant à son tour le rôle d'acteur, il n'arriva pas à temps pour dévier le shuriken et laissa faire la jeune femme, espérant qu'elle réagirait assez vite pour réaliser un nouveau kawarimi ou même une simple esquive. Car un kunaï dans un bras il pourrait le soigner avec des pansements, mais un shuriken dans le temps, ça il ne le pourrait pas.

Plaçant toute sa confiance en elle, sachant qu'il avait maintenant décélérer et qu'il ne pouvait plus atteindre le shuriken, il laissa faire la jeune femme qui ne pouvait utiliser que le kawarimi où une quelconque esquive pour ce sortir de cette impasse qui la menait droit vers la mort. Car si elle voulait grader sa couverture, il ne fallait en aucun cas qu'elle dévoile une technique qu'elle aurait apprise durant ses années d'entraînement douloureux.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ketsueki Aisu
Genin de Kiri
Genin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 71
Localisation : Près d'un charmant kiréen, hm, voyons quelle question
Date d'inscription : 24/11/2007

Feuille de personnage
PV:
15/15  (15/15)
PC:
85/93  (85/93)

MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   Mer 26 Déc - 13:29

Le shuriken approchait trop vite, bien trop… Airô voulu s’approcher, mais, quelque chose le figea finalement sur l’endroit où il était. Malheureusement, peut-être aurait-il du agir… Le bunshin paraissait inquiet lui aussi, Ketsueki ne réagissait pas, elle l’avait vu ce projectile ? Non… Elle ne l’avait pas vu, et il se logea juste entre ses deux yeux. Juste après, elle reçu le kunai dans la poitrine… Elle chut sur le sol… Le bunshin disparut dans une fumée blanche… Il n’avait plus de source de chakra pour prospérer …. Airô était là, figé… Lorsqu’il s’approcha, il n’était pas très bien… Le visage d’Okane lui trottait en tête tout comme les paroles de Ketsueki. Il s’approcha de la personne sans vie sur le sol. Il avait intérêt à courir vite si il ne voulait pas que l’aînée l’attrape, au pire Taikai le défendrait rien que pour sa bonne action. Il avait tué la troisième Succube, il n’avait qu’a dénoncé Okane, et il serait le meilleur ami de Taikai… Il ferma les yeux et soupira… Lorsqu’il remarqua l’absence flagrante de sang… Une fumée, un petit bruit, et plus rien… Enfin si, une chose amorphe trouée devant Airô… Le sac de frappe laisser le sable sortir, déchirée comme il l’était… Kesteuki était contre un mur un peu plus loin, le sourire jusqu’aux lèvres…

« Tu as retenu la leçon on dirait »

Elle sourit et regarda airô qui cherchait à comprendre pourquoi le clone avait disparu soudainement, comme si son élève avait vraiment perdue la vie. Ketsueki qui voyait qu’il cherchait à comprendre lui montra un coin du mur, où il pouvait voir son shuriken… Elle lui en avait prit deux, et non un. Elle lui fit un charmant clin d’œil…

« Tu nous laisserais mourir, je suis choquée »

Elle lui sourit et s’approcha à nouveau de la scène, sortant le shuriken sur mur, et ramassant les armes de Airô pour les lui rendre… Elle les lui tendit, et, ajouta…

« Mais je peux recommencer, ce n’est peut-être qu’un coup de chance… »

Elle vint s’asseoir sur le bureau en souriant comme si de rien était, alors qu’Airô était encore choqué…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le sous-sol miteux (Salle de classe de Airô)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Gaiden :: Hors trois Villages :: Hors des trois Villages cachés principaux :: Kiri no Kuni :: Académie-
Sauter vers: