Naruto Gaiden

Jeux de Rôle Rp sur l'univers Naruto
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Entrainement] Le saule pleureur isolé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Mar 27 Nov - 21:33

Dans cette zone du nord-est de Kiri poussait seul au milieu d'un marais un saule pleureur dont les branches se fondaient dans la brume. On avait l'impression d'un monstre sortant des marécages, veillant sur l'île de Kiri.

Tout était silencieux dans cette région subissant les embruns du larges, étant donc toujours enfouit dans un brouillard à couper au couteau.

Peut d'animaux vivait dans les environs a part les quelques couples d'oiseaux vivant à l'abri des branches du saule, se nourrissant des insectes vivant dans le marécage.

Toute végétation était anéanti par la pesanteur de cette brume qui ne laissait pas suffisamment passer le soleil à part pour le grand saule. La terre était séchée par l'iode marin qui recouvrait les récifs de la mer proche.

C'est dans ce décor fantomatique qu'Airô et Kawabata avait été convié pour un entraînement spécial par Chinizu. Personne ne viendrait les déranger ici.
En attendant son professeur, il s'échauffa pour ne pas se claquer dans cet air humide pesant et paradoxalement froid. Puis s'entraîna aux quelques techniques qu'il avait appris récemment, le brouillard étant un très bon obstacle pour la coordination utile pour le shishi rendan.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinizu Hake
Disparu(e)
avatar

Nombre de messages : 988
Age : 28
Date d'inscription : 10/11/2006

Feuille de personnage
PV:
300/300  (300/300)
PC:
854/905  (854/905)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Mar 27 Nov - 22:05

Le rendez vous entre la Jounin et son élève avait été fixé pour midi devant ce grand arbre qui surplombais tout le village de la brume. Le saule pleureur était considéré comme le vieil arbre protecteur de la ville. Les légendes disaient même que si la peste s’étendait jusqu’au village de Kiri le saul pleureur se démunirait de ses longuent branche, les jetant dans les eaux du marais pour les purifiers. Chinizu était revenu la veille de son voyage au village de la cascade où elle y avait prit congé pendant quelques mois afin de méditer sur la mort de Ryoko Satoro. Ses meches brunes dans le vent humide de Kiri, elle marchait toujours aussi vite en direction de son tout nouvel élève.

Ce garçon, elle l’avait déjà rencontré quelques mois auparavant. C’était d’ailleur un de ces anciens élèves, un de ceux qu’elle avait formé à leurs débuts et avaient ensuite abandonner pour partir. Mais elle était maintenant opérationnel et avait un gros boulot à fournir pour lui permettre d’atteindre son objectif.

Airo avait été élevé au rang de Chuunin mais ne connaissait pas énormément de techniques de combat. La mission de la jounin était donc de lui en apprendre un maximum et elle comptait bien réussir. Arrivée devant l’arbre, elle constatait alors que son élève était arrivé.


« Très bien, commençons tout de suite mon cher élève. J’ai étudié ton cas toute la nuit et j’ai pu longuement réfléchir sur l’organisation de cet entrainement. Je te préviens, ton entrainement avec moi risque d’être très difficile, tu vas vivre ici les pires expériences de ta vie et je crois que ce que je vais t’apprendre, ca va rentrer ! Même si c’est avec force ! J’ai pu constater il y’a peu de temps que les faibles crèvent toujours. C’est à moi de faire en sorte que tu reste en vie. »

Chinizu attrapait alors deux sembon dans sa pochette. D’un mouvement sec et rapide, elle lancait ses deux aiguilles dans la jambe gauche, touchant avec précisions les deux principales artères de sa jambe. Celui-ci n’avait rien vu arriver, il se retrouvait totalement paralyser de sa jambe gauche à présent.

« Le paralysant que j’ai déposé sur ses sembon va doucement bloquer tout ton corps, en moin de dix minutes, il aura atteint ta moelle épinière et finira par te tuer. Sauf si tu arriver a saisir la seringue que je porte dans cette petite sacoche. »

La sacoche se trouvait sur la hanche droite de Chinizu. Elle tenait grâce à une petite bandoulière qui passait en diagonale sur le corps de la jounin médical.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Mer 28 Nov - 19:05

A la vue de son ancien senseï, Airô se sentit nostalgique de son année passée avec elle, il se revoyait, lui et Kawabata, en train de s’entraîner pour passer genin. La disparition de Chinizu avait laissé un vide en lui, et désormais celui-ci était comblé. La raison du départ de celle-ci lui était inconnue, et finalement cela lui importait peu. L’essentiel était qu’elle soit revenue et que l’élève et le maîtres puissent continuer leurs entraînements comme avant.

Malgré la distance temporelle qui les séparait, Chinizu ne perdit pas de temps en bavardages et retrouvailles inutiles, entrant directement dans le vif du sujet. C’est se caractère simple et prompt à l’action qui plaisait à Airô et celui-ci était heureux de retrouver sa senseï bien que celle-ci semblait quelque peu changé, mais le jeune chuunin, emporté par l’euphorie de la rencontre et l’enthousiasme de recommencer l’entraînement n’y prêta pas plus attention.

L’entraînement qu’avais prévu la jounin pour son élève semblait être rude, mais efficace, à l’image de son concepteur. Chinizu et Kyô s’était apparemment entendu pour durcir l’entraînement d’Airô afin de faire progresser le plus vite possible le jeune chuunin pour que ce grade soit validé officieusement comme il l’était déjà officiellement. Et c’est pour cela que Chinizu commença de suite l’entraînement, proposant un exercice d’évaluation à Airô. La sacoche qu’il devait prendre se trouvait sur la hanche droite de la jounin et serait donc difficile à intercepter. Mais armé de ses nouvelles techniques, il comptait bien montrer les progrès qu’il avait faits durant les six mois d’absence de sa professeur.

« Bien, puisque vous souhaitez commencer dès maintenant, je me donnerais à fond, pour que vous puissiez voir mes nouvelles capacités. »

*Chinizu-senseï, restez sur vos gardes, j’arrive.*

Airô partit sans plus attendre sur sa cible, fonçant droit sur Chinizu, il créa quatre clones qui partirent en direction de la jounin, afin de l’encercler. Pendant ce temps Airô permuta ave une pierre qui se trouvait derrière Chinizu. Etant jeune, il aurait directement tenté de prendre la sacoche, mais désormais avec l’expérience des combats contre sa cousine, il forma un clone qui le propulsa au dessus de Chinizu pendant que les quatre autres clones tentaient de faucher la jounin qui ne pouvait s'échapper dans aucune direction. Bloquée en haut par Airô, derrière et en bas, ainsi que dans toutes les directions par les clones. Tout en se préparant à couper la lanière qui retenait la sacoche à l’épaule de la jounin, Airô siffla Kawabata pour qu’il se prépare à une éventuelle permutation de Chinizu.

*Maintenant cette sacoche et son contenu son à moi !!!*

Il effectua alors un mouvement bref du poignet pour tenter de sectionner la lanière pendant que Kawabata prenait un peu de recul pour observer toute permutation de la part de la jounin.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinizu Hake
Disparu(e)
avatar

Nombre de messages : 988
Age : 28
Date d'inscription : 10/11/2006

Feuille de personnage
PV:
300/300  (300/300)
PC:
854/905  (854/905)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Jeu 29 Nov - 23:52

Airo était parti directement au contact, il croyait pouvoir récupérer la sacoche sans trop de difficulté. Sa stratégie comportait beaucoup de bonne chose, mais il lui manquait tout de même le plus important, et Chinizu ne comptait pas se laisser faire. Airo avait fait en sorte d’entourer Chinizu pour l’attaquer de tout les cotés en même temps, l’empêchant alors de pouvoir se défendre et surtout se sauver. Mais il ignorait alors que la jounin n’avait pas besoin de se déplacer pour se défendre d’une attaque sur plusieurs fronts. Elle enchainait une série de signe avec beaucoup de dextérité. Elle s’était entrainée dure pendant ces quelques mois de voyage et en avait profité pour apprendre quelques Jutsus, dont celui qu’elle allait utiliser maintenant.

« Doton Kekkai »

La terre se remuait tout autour d’elle et venait couper la trajectoire de tous les Airo, créant une prison de glaise tout autour de la jounin. A l’intérieur, la sensei était maintenant en sécurité et pouvait facilement réfléchir à une stratégie. Elle enchainait plusieurs séries de signe, mais le jeune Chuunin ne pouvait pas les percevoir. Son corps commençait à réagir au paralysant, et il ressentait maintenant des fourmis dans les membres supérieurs et inférieurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Ven 30 Nov - 18:17

Airô qui s’apprêtait à donner un coup de kunaï sur la sangle de l’épaule de Chinizu se heurta à un kekkai de terre qu’il n’avait pas eût le temps d’arriver tellement la maîtrise de la jounin était parfaite.
Reculant pour réfléchir et parer une éventuelle attaque, il fût rejoint par le seul clone qu’il lui restait, celui qui se trouvait précédemment derrière Chinizu et avait propulsé Airô au dessus de la jounin. Il était le seul à ne pas s’être fait dissoudre par le kekkai. Les deux Airô rapidement rejoins par Kawabata restaient un peu perplexe devant la supériorité de la jounin. De plus, pour venir gêner le petit groupe, comme s’ils n’avaient pas assez de problèmes, l’original commençait à ressentir les effets du poison. Les jambes du chuunin tremblaient légèrement et ces légers symptômes qui paraissaient bénins pour l’instant risquaient de s’aggraver et l’empêcher d’attraper l’antidote dans la sacoche de Chinizu.

Afin de réglée au plus vite la question, le chuunin mit au point en plan de concert avec son clone, laissant Kawabata en arrière qui ne pourrait être efficace que si le kekkai cédait. C’est d’ailleurs dans cette optique qu’Airô exécuta son plan. Il réalisa un Hari-jizou qui ne le recouvrit pas entièrement, puis demanda au mizu-bunshin de sauter au dessus du kekkai. Il s’élança ensuite à son tour et sauta sur les épaules du clones aqueux se trouvant déjà en l’air. De là, il prît appuis pour sauter encore plus haut, faisant disparaître le dernier clone. Etant à une importante hauteur au dessus de la jounin, il agrandi son hari-jizou qui l’enveloppa totalement, et commença à tomber en tournant, espérant percer le kekkai avec la vitesse et la rotation aidé des cheveux en lame de rasoir. Ce plan comprenait la défense d’Airô qui derrière son hari-jizou était protégé d’attaque frontales de taijutsu et autres.

*J’espère pouvoir percer ce kekkai, car Kawabata pourra peut-être réussir grâce à sa vitesse à attraper la sacoche et l’antidote car si le poison se répand plus je risque de perdre le contrôle de mes membres et finalement resté paralysé. Et ceci est inacceptable.*

Déterminé, Airô s’abattait de tout son poids sur le kekkai, tentant d’augmenter encore sa vitesse de rotation afin d’augmenter ses chances de percer le kekkai de la jounin réalisé à la hâte.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinizu Hake
Disparu(e)
avatar

Nombre de messages : 988
Age : 28
Date d'inscription : 10/11/2006

Feuille de personnage
PV:
300/300  (300/300)
PC:
854/905  (854/905)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Dim 2 Déc - 13:06

Airo réussissait à percer le Kekkai de la Jounin sans trop de difficulté. Celle-ci avait bien fait attention de ne pas trop se défendre, pour tout de même permettre à son adversaire de pouvoir un minimum construire sa stratégie. La force de Chinizu avait grandement augmenté depuis son départ, c’est d’ailleurs dans ce voyage qu’elle avait vécu le plus grand entrainement possible. Mais passons… L’heure n’est pas au passé, mais à l’entrainement des shinobis du village…

Kawabata surgissait sur la Jounin et celle-ci n’avait plus qu’une seule solution, se battre. Elle reculait sa jambe gauche, préparant un coup de pied avec celle-ci. La tigresse arrivait tout juste au contact quand Chinizu l’esquivait et frappait sur son épaule. L’animal s’écroulait, mais n’était pas blessé pour autant. La jounin avait une telle conscience de la médecine, que chacun de ses coups étaient placés pour ne pas blessé l’adversaire mais seulement l’empêcher d’arriver à ses fins.

Chinizu se retournait et frappait dans le mur de derrière. Elle le traversait pour fuir de quelques mètres, puis elle s’arrêtait et se retournait face à Airo.



« Je veux que tu aille un peu plus loin ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Mar 4 Déc - 20:13

Le coup Kawabata reçut avait suivit le mouvement du tigre et ne l’avait donc pas blessé ce qui était essentiel pour Airô, mais il restait malgré tout déçu car il sentait le poison paralysé son flux nerveux, empêcher tout mouvement décider de la par de Airô, il avait de plus en plus de mal à bouger, ces mouvements devenaient lents et maladroits et si dans la minute qui suivait il ne récupérait pas l’antidote qui se trouvait dans cette satanée sacoche, il ne pourrait plus bouger. Il recula donc quelque peu pour parer à une éventuelle attaque qu’il aurait de toute façon du mal à repousser et sortit toutes les armes de jets qu’il possédait.

« Même si je ne peux quasiment plus bouger les jambes, je ne m’avoue pas vaincu pour autant, je continuerais coûte que coûte de me battre ! »

Il lança alors un kunaï à Kawabata qui l’attrapa entre ses crocs et envoya ensuite un grand nombre de shurikens sur la mizukage qui si elle tentai de les éviter, serait aux prises avec Kawabata qui tenterait de couper la lanière de la sacoche en arrivant de côté, couvert par Airô qui continuerai son assaut jusqu’à ce que Chinizu laisse une ouverture pour le tigre qui paraissait plus déterminé que jamais.

« N’en fait pas trop Kawabata, je tenterais de viser au minimum à un mètre de toi pour éviter de te toucher, quitte à perdre, combat, je ne veux pas risquer de te blesser. »

Le tirgre qui ne démordait pas fonça tête première sur la jeune femme tendit que Airô mettait son plan en place malgré le caractère rudimentaire de ce dernier.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinizu Hake
Disparu(e)
avatar

Nombre de messages : 988
Age : 28
Date d'inscription : 10/11/2006

Feuille de personnage
PV:
300/300  (300/300)
PC:
854/905  (854/905)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Mer 5 Déc - 10:01

Le jeune homme semblait perdre peu à peu ses capacités motrices de base. Ses jambes tremblaient tandis que ces bras palissaient peu à peu. On aurait presque dit que son corps allait entrer dans une phase de décomposition. Le moindre de ses mouvements était synonyme de douleur nerveuse. Mais il restait néanmoins conscient, et c’était déjà une preuve de sa combativité. Il rejoignait son tigre qui se trouvait à terre suite aux coups de la Mizukage. Dans son état, il n’aurait pas pût esquiver l’attaque du plus mauvais Genin du village. Mais cette condition ne l’empechait pas de vouloir se battre, et quand on veut, on peut !

[Airo] « Même si je ne peux quasiment plus bouger les jambes, je ne m’avoue pas vaincu pour autant, je continuerais coûte que coûte de me battre ! »

*Hum, aurait-il tant avancé dans son évolution. Il a changé, il est bien plus fort qu’auparavant.*

Airo attrapait un kunai de son sac et le lancait en direction du tigre qui le saisissait de sa gueule. Le jeune homme trouvait encore la force d’attraper le reste de ses Shurikens et de viser la Mizukage. Celle-ci ne bougeait plus. Le tigre se jetait maintenant à toute vitesse sur elle et les Shurikens arrivaient et se plantait dans tout son corps. La jeune femme tombait en arriere et « Pouf » disparaissait dans un nuage.

La terre se mit à trembler devant les pieds de Airo, qui n’eu pas le temps de se reculer. Chinizu sortait de sous terre, le poing en premier, frappant dessous le mentons du jeune tora qui s’écroulait par terre. Elle saisissait son antidote et lui donnait une dose.


« Très bien, tes réactions sont bonnes, même si tu ne te protege pas encore. Ne te fie jamais à ce que tu vois ! »

Le jeune homme n’était pas encore tout a fait remis, il fallait envirron deux minutes à l’antidote pour se diffuser. Chinizu s’approchait de lui commençant alors une phrase…

« Très bien, le temps que tu te remettes je vais t’expliquer ce que nous allons faire. Je vais t’apprendre une technique. Ton affinité est Suiton alors je t’apprendrais le Tenpo Dama. »

Elle concentrait son chakra dans son estomac et crachait alors une boule d’eau géante qui se jetait sur l’arbre juste à coté. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus utilisé cette technique.

« Pour réussir, il faut que tu concentre tout ton chakra dans ton estomac et que tu pense à l’eau pour que ton chakra Suiton en ressorte, ensuite tu évacue ce chakra en formant une boule d’eau… Je te laisse essayer… Mais prend ton temps pour te remettre avant ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Mer 5 Déc - 18:40

Airô vit Chinizu disparaître puis réapparaître juste devant lui, mais le temps qu'il réalise quoi que ce soit, ses muscles n'étant plus capables de faire le moindre geste, il senti le poing de sa sensei s'écraser contre sa mâchoire, projetant le chuunin quelques mètres plus loin. Puis il sentit une petite douleur dans la jambe droite et compris que Chinizu avait pris soin de lui administré un antidote avait qu'il ne s'écrase à terre.

Il regarda Kawabata qui avait un air aussi dépité que lui. Ils avaient échoués et ils le savaient. L'échec total de son combat, perdre face à quelqu'un était inconcevable pour le chuunin. Il n'avait jusqu'à présent jamais échoué dans aucune de ses entreprises. Tout lui avait toujours été possible sans trop de difficulté, selon ce qu'il tentait, mais à présent, il avait échoué car il n'était pas assez fort, et ça il le savait, ils le savaient tous les deux. Le jeune homme et le tigre venaient d'apprendre la douleur de la défaite, ils venaient de comprendre que tout n'était pas à leur portée.

Pendant que les deux compagnons se dévisageaient mutuellement, le regarde vide, comme vidé de toute énergie, leurs esprits contraints aux pensées douloureuses qu'infligeait la défaite. Pendant que les deux jeunes ninjas restaient, à terre, dépités, l'antidote faisait effet, éliminant peu à peu, le poison dans les jambes d'Airô.
Lorsqu'il sentit que ses muscles avaient repris la quasi totalité de leur mobilité, Airô se releva, s'appuyant sur ses cuisses, encore un peu faible sous les derniers effets du poison. En face, Kawabata en faisait de même. La détermination se lisait sur leurs visages, tous les deux sortaient grandis de cette épreuve.
Ayant cogités chacun de leur côté, ils avaient compris qu'un ninja devait parfois se résigner à perdre un combat car il était trop faible, qu'un ninja pouvait perdre sans honte face à un autre, qu'il pouvait perdre avec honneur s'il tentait de s'améliorer, de gagner en puissance, de devenir plus fort pour qu'à la prochaine il puisse écraser son adversaire.

Une rage de vaincre se lisait dans les yeux des deux jeunes ninjas qui, plus déterminés que jamais se répétaient de concert, intérieurement:

*Je dois devenir plus fort chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde que la précédente. Je dois sans cesse m'entraîner, m'améliorer pour que notre rêve se réalise, que nous puissions devenir les ninjas les plus forts du village, que nous devenions les ninjas les plus forts du pays de la brume, que nous devenions les ninjas les plus fort du monde!!!!!!!!!!*

Une vague de puissance parcouru tous ses muscles, touts ses os, toute sa chair. Ils étaient fiers d'être ce qu'ils étaient et feraient tout pour devenir ce qu'ils voulaient être.

Fort de cet engagement mutuel, Airô commença à réaliser un tenpo dama, selon les conseils de sa senseï. Il concentra son chakra du plus profond de son âme, le malaxant au maximum, sentant les deux formes se mélangées pour donner le chakra qui faisait de lui ce ninja du clan Tora. Il sentait que ce chakra aux capacités suiton pouvait le mener au bout de ses rêves.

Son chakra prêt à l'emploi, il tenta de visualiser intérieurement son estomac afin de concentrer son fluide aux affinités aqueuse dans le récipient qui lui permettrait de régurgité l'essence même de son village, ce qui faisait parti de son sang, l'eau du pays de la brume. Il sentait que le chakra se condensait au niveau de sa source. Il mit alors les mains dans le positon du tao de la chèvre et relâcha le chakra condensé qu'il dirigea vers son estomac pour que celui-ci prenne forme et se transforme en eau gorgé de chakra.

Chaque particule de son chakra aux particularités aqueuses commença la transformation, selon la volonté d'Airô qui était désormais rompu aux techniques de manipulation de l'eau.
Il se sentait en phase avec l'élément et pouvait désormais le créer afin de réaliser la technique. Sentant que le chakra se transformait, il entreprit de former une boule afin de l'envoyer sur sa senseï. Il réalisa donc les cinq signes qui permettait matérialiser l'eau et de la faire sortir par la bouche d'Airô en boule avec puissance.
Il avait utilisé une quantité de chakra raisonnable qu'il espérait ni trop juste ni trop importante pour réaliser la technique. Il était déterminé à réaliser cette technique afin de se prouver, de prouver à Kawabata qu'ils pourraient un jour réaliser leurs rêves.

"Tenpo dama no justu"

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinizu Hake
Disparu(e)
avatar

Nombre de messages : 988
Age : 28
Date d'inscription : 10/11/2006

Feuille de personnage
PV:
300/300  (300/300)
PC:
854/905  (854/905)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Mer 5 Déc - 20:44

Airo avait l’air motivé pour apprendre cette technique et cela ne pût que payer. Il concentra son chakra et réussit dés son premier essai sa technique. Une boule d’eau s’écrasait un peu plus loin. Chinizu n’eu pas grand-chose à dire face à cette réussite. Elle enchaina tout de suite sur une autre technique…

« Très bien, je vais t’apprendre autre chose, puisque tout te parait simple j’ai l’impression… Donc voyons » Elle sortait un petit calepin… « le ten’pa c’est fait… kinobori, c’est fait… Hum le Suiton Suikodan »

Elle rentrait dans le marais et marchait dans l’eau. Elle enchainait une série de signe et criait le nom d’une technique inconnue aux oreilles du Chuunin.

« Suiton Suikodan no Jutsu »

Un missile aqueux se créa dans l’eau et parcourra quelques mètres entrainant un petit courant dans le marais. Puis le missile sortit son nez de l’eau et s’écrasa contre la berge d’en face.

« Pour réussir, tu diffuse ton chakra dans l’eau puis tu le modèle en missile, tu utilise les taos que je viens d’utiliser »

[Suiton Tenpo Dama appris]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Jeu 6 Déc - 19:26

Le chuunin sentit la boule d'eau remontée le long de sa gorge, arriver dans sa bouche, prendre la forme finale et partir. Expulsée par le chakra, elle s'écrasa quelques mètres plus loin. Airô comprit que cette technique étai maîtrisé comme le lui précisa Chinizu, mais il savait que ce n'était pas suffisant, il savait qu'il lui faudrait encore s'entrainer de nombreuses fois avant de pouvoir maîtriser totalement cette technique.

Le sentiment de la victoire nourrissait à nouveau son esprit, Airô se sentait un peu plus puissant et il en était fier. Il venait de réussir la technique et cela lui procurait une immense joie, mais celle-ci était modérée par la sagesse qu'il avait acquise à la suite du combat avec son senseï. Il savait désormais que rien n'était jamais acquis mais que tout pouvait s'apprendre avec le temps et de la volonté, et il comptait bien parvenir à ses fins.

Le chuunin vit ensuite Chinizu sortir un petit calepin où elle notait les techniques apprises par celui-ci. De là elle lui demanda d'effectuer sans plus attendre, ou tout du moins essayer de réaliser le suiton suikodan qui était une technique d'un niveau encore supérieur à celui du tenpo dama.
Airô vit alors, après que sa senseï est réaliser les signes nécessaires à la technique, deux missiles se former sous l'eau et se déplacer dans celle-ci à la manière d'un espadon. Lorsque les deux missiles avaient couvert une distance de quelques mètres, ils sortirent de l’eau et partirent s'écraser quelques mètres plus loin sur la terre ferme, créant un impact au niveau du sol.

Cette technique paraissait assez difficile à réaliser et très efficace vu l’impact causé par un si petit missile qui montrait bien la retenue de Chinizu sur cette technique. La senseï d’Airô paraissait vraiment forte, bien plus qu’avant. Il ne serait donc pas facile de la dépasser, mais le jeune chuunin espérait un jour y parvenir et ainsi montrer sa puissance et celle de Kawabata, celle de son clan, celle de son pays au monde entier.

« Votre technique est très impressionnante Chinizu-sama, et j’espère la maîtriser ainsi que toute vos techniques si puissantes pour un jour vous surpasser. Mais en attendant, je ferai mieux de le remettre au boulot, la technique ne va pas s’apprendre toutes seule. »

*Il faut que je me concentre comme pour le mizu-bunshin et ainsi que je transforme l’eau qui se trouve dans les marais, que je la condense avec mon chakra afin de créer un missile d’eau gorgé de chakra que je pourrais diriger comme j’ai dirigé la boule du tenpo dama.*

Airô partit donc sur l’eau des marais sur laquelle se trouvait déjà Chinizu. Il dirigeait ses pas normalement, sans jamais penser outre mesure au chakra qui se concentrait quasi instinctivement dans la plante de ses pieds pour rester à la surface de l’eau. Lorsqu’il arriva prêt de sa sensei, il se concentra sur l’eau qui se trouvait sur sous ses pieds. Ce concentrer su son chakra tout en le malaxant et en le maintenant au niveau de sa voûte était un effort plus difficile qu’il l’avait cru. Et lorsqu’il tenta de manipuler le missile qu’il croyait avoir créé, il se rendit compte que le missile n’existait qu’à moitié, formé que de peu de chakra et ne résistant à aucune manipulation.

Il recommença sans plus atteindre la technique, mais cette fois-ci en prenant le temps de se calmer, de s’habitué à la circulation continue du chakra dans ses pieds. De s’habituer à cette circulation continue comme il s’habituait à sa respiration, aux battements de son cœur jusqu’à ne plus les entendre, jusqu’à en faire abstraction totale. En incorporant cette manipulation du chakra à son subconscient, il laissa son corps gérer cette concentration du chakra, gardant toute la sienne pour réaliser la technique.

Son attention étant maintenant totalement rivée sur a technique, il malaxa son chakra et le concentra dans l’eau qui se trouvait sous ses pieds. Il sentait son fluide vital expulsé de son corps se mêler à l’élément, fusionner avec celui-ci pour se former aux désires du chuunin. Lorsqu’il sentit que chaque molécule, chaque atome qui composait l’élément était régis par son chakra, il tenta de faire bouger le missile en effectuant les cinq taos que lui avait montré Chinizu, puis de le propulser hors de l’eau pour pouvoir réaliser la technique et son impact.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinizu Hake
Disparu(e)
avatar

Nombre de messages : 988
Age : 28
Date d'inscription : 10/11/2006

Feuille de personnage
PV:
300/300  (300/300)
PC:
854/905  (854/905)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Ven 7 Déc - 8:18

Il était vrai que cette technique pourrait paraitre particulièrement terrible, et pourtant il ne s’agissait qu’une des bases du Suiton. Chinizu l’avait apprise très jeune, lorsqu’elle avait huit ans et qu’elle lisait, dans son petit livre d’histoire, les aventures des épéistes du village de Kiri. Parmi ceux-ci se trouvait Kisame, le ninja au chakra infini, dont la fameuse épée avait été volée. Cette technique était la sienne, sa propre création, et Chinizu était la première à avoir réussit à déceler le système pour la réussir. Ce Jutsu demandait une fine maitrise du chakra, il fallait créer à partir de chakra et d’eau, un missile de combat rapide et puissant.

Airo semblait concentré sur le malaxage de son chakra. Pour l’instant, il avait souvent réussit ces techniques suiton, mais qu’allait il faire cette fois-ci ? Avec cette technique un peu plus compliquée. Son chakra semblait prendre le bon chemin, descendre dans ses jambes vers l’eau qui lui remontait sur les genoux. Lorsqu’il pensa être prêt, il enchaina les taos préparant son attaque.


« Suiton Suikodan no Jutsu »

Le missile avait bien été créer et partait doucement vers sa cible, une berge du marais qui se trouvait à une dizaine de mètres de la Mizukage. Durant les trois premiers mètres de course, le missile était invisible à l’œil nu. Pourtant, les deux ninjas pouvaient ressentir sa présence. Airo semblait déjà ravi d’avoir réussit, mais Chinizu savait très bien que sa réussite n’était pas si évidente. Le missile sortait sa tête de l’eau et déviait de sa trajectoire pour se diriger droit sur la Mizukage. La jeune femme le regardait arriver droit sur elle, Airo quant à lui, ne contrôlait plus rien. Le jutsu allait prendre pour cible, par un hasard troublant, la jeune femme qui ne bougait plus. Puis ce fut l’explosion acqueuse qui coupa toute la vue au jeune Chuunin alarmé. L’eau se dissipa et Chinizu avait disparue.

« Je suis ici… »

Airo levait la tête, et voyait apparaitre la jeune femme, debout sur la branche supérieure de l’arbre. Celle-ci ne semblait pas avoir une seule égratinure. Ces vetements n’étaient même pas mouillés, alors que ceux du chuunin était trempé de l’éclaboussement géant créer par son attaque. Comment avait-elle réussit à s’échapper à l’attaque…


« Tu te demande surement comment j’ai réussit non ? »
Elle esquissait un petit sourire en coin… « le Kawarimi no Jutsu est une technique qui offre plein de possibilitées ! Les shinobis l’oubli assez souvent celui-ci… Bon recommence, et contrôle ton missile cette fois-ci, il faut que tu garde du chakra qui puisse le relier à toi. »

Elle redescendait de son arbre pour se poser à l’endroit même où elle se trouvait avant la catastrophe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Ven 7 Déc - 18:04

Lorsqu’Airô vi que son missile était partit sur sa sensei, il tenta tout pour dévier sa trajectoire, mais il se rendit bien vite compte que celui-ci était hors de son contrôle. Heureusement la mizukage avait de la ressource et ne risquait pas de se faire toucher par une simple attaque mal formée d’un jeune chuunin. Il la vit donc réapparaître sur une branche du grand saule, l’interpellant et lui rappelant que la réussite de cette technique consistait autant dans la création que dans la manipulation. Car c’était sur ce point qu’avait failli le chuunin. Maintenant conscient de son erreur, il retenta la technique, espérant cette fois-ci arrivé à un résultat plus que satisfaisant.

*Je pense qu’il faut que je garde un lien de chakra plus important avec mon missile et pour ce faire, il faut que je garde en réserve un peu de chakra afin de maintenir le lien et pouvoir contrôler le missile comme me l’as conseillée Chinizu.*

« Merci sensei, de vos conseils, je crois que j’ai compris le principe de la technique. Et puis, je voudrais m’excuser pour mon erreur, mais de toute façon je me doutais bien que vous parviendriez à éviter ce missile. Ce qui n’est d’ailleurs pas mon cas.»

Tout en prononçant ces paroles, il se grattait comme à son habitude derrière la tête, lorsqu’il était gêné. Puis reprenant un peu de sérieux, il se concentra à nouveau sur son chakra et le malaxa. La quantité de chakra malaxé était plus importante que la fois précédente, le jeune chuunin prévoyant un peu plus, comme le lui avait demandé Chinizu.

Son chakra prêt à l’emploi, il le laissa s’écouler tranquillement sans se précipité dans l’eau qui était sous ses pieds afin de former le missile selon l’image qu’il avait en tête. Il sentait comme la fois précédente, l’eau se condenser, le chakra se mêler à l’eau, donnant peu à peu la forme finale du missile. Mais cette fois-ci, au lieu de repousser son missile ainsi former, il utilisa le chakra qu’il n’avait pas encore relâché pour créer un lien depuis le missile jusqu’à lui pour contrôler l’arme aqueuse.

Il sentait que le missile pouvait obéir au moindre de ses ordres, se mouvant dans l’élément qui le composait par la volonté de Airô elle-même dictée par le lien et le chakra condensant l’eau du missile. Cette fois-ci, il ne repousserait plus sa création, il l’accompagnerait.

Il forma ensuite les cinq taos de la technique pour assurer une bonne cohésion de l’ensemble qui n’était pas terminé à cent pourcents et diriger le missile contre la berge ou se trouvait le saule, aux pieds de sa sensei.

Le missile partait et Airô sentait qu’il l’accompagnait par le biais du lien de chakra et lui dictait sa volonté, dans un ensemble uniforme afin que l’arme aille s’écraser contre la berge.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinizu Hake
Disparu(e)
avatar

Nombre de messages : 988
Age : 28
Date d'inscription : 10/11/2006

Feuille de personnage
PV:
300/300  (300/300)
PC:
854/905  (854/905)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Sam 8 Déc - 14:49

Le missile prenait juste la bonne direction et arrivait sans probleme à la bonne destination, créant une grande explosion aqueuse devant les yeux de Chinizu. La jeune femme applaudissait la réussite de son élève. Celui-ci avait encore une fois prouvé qu’il était capable de réussir ce genre de technique.

« Très bien, c’est finit pour aujourd’hui, tes reserves de chakra sont bientôt épuisée et je veux pas que tu tombe dans les vapes… Rentre chez toi, prend une douche et repose toi… On se rejoint demain matin pour un entrainement un peu différent… »

Chinizu avait à peine finit ses mots qu’elle disparaissait dans un petit nuage de fumée. Airo se retrouvait tout seul dans les marais…

[Suiton Suikodan Appris ; +2 Nin, +1 Int]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Sam 8 Déc - 18:01

Chinizu libérant Airô, et lui donnant rendez-vous le lendemain disparue dans un nuage de fumée. Laissant le jeune chuunin totalement vidé par cet entraînement qui avait duré toute la journée.

Le soleil commençait à sombrer dans la mer de brume qui entourait Kiri. Il était déjà très tard et il fallait qu’Airô rentre au plus vite s'il ne voulait pas marcher dans le noir. Mais il n'avait aucune envie de bouger. Il était bien adossé au saule, observant les derniers rayons de l'astre se noyant dans la brume.
Pendant qu'il regardait, d'un air pensif la brume rose-orangée prendre sa forme nocturne, Kawabata vint le rejoindre, se couchant à côté de lui.

Tous deux, ainsi installé sous le grand arbre étaient emprunt d'une profonde mélancolie, mêlée à la joie d'être dans ce magnifiques pays, aux couleurs chatoyantes des rayons lumineux traversant le prisme que formait la brume, créant les plus beau arcs-en-ciel jamais vu sur terre.
A ce moment là, appuyés l'un sur l'autre, les deux compagnons prirent conscience du bonheur et de la chance qu'ils avaient de vivre dans ce magnifique pays. Rien n'aurait pût les arracher à cette terre, cette terre qui étais la leur, qui les nourrissait, qui les aimait et les protégeait. Les regardant grandir jusqu'à ce que les fruits de son être soient murent et prêt à quitter la branche. Que sa progéniture soit prête à voler de ses propres ailes, sous l'œil bien veillant de leur mère patrie.

Dans ce somptueux décor, les deux amis s'endormirent d'un profond sommeil sous la garde des longues branches du saule, le sourire aux lèvres, partant rejoindre le pays des rêves.

Le lendemain, réveillés par les premières lueurs de l’aube, ils se levèrent raide et courbatus par l'entraînement de la veille. Malgré leurs muscles endoloris, ils se sentaient reposés et en pleine forme, prêt à affronter une nouvelle journée.
Les deux amis partirent aux villages pour s’acheter un petit déjeuner dans une des rares échoppes qui était déjà ouverte à cette heure. Sans passer par chez lui, il retourna près du saule.

La journée semblait bien commencée, aucun nuage à l’horizon, juste la brume omniprésente qui pour un habitant du village de Kiri comme Airô n’était pas un inconvénient, mais plutôt une partie de l’ensemble tant apprécié par le jeune homme.
Dans ce décor surnaturel, où des reflets bleutés ou verdâtres embellissaient la mystérieuse brume, Airô et Kawabata attendait Chinizu. Il leur restait encore un peu de temps devant eux avant que la jeune femme ne revienne, ils commencèrent donc quelques échauffements. Après une demi-heure d’exercices physiques Airô prit conscience qu’il n’avait pas réellement envie aujourd’hui de s’entraîner avec Chinizu ni avec qui que se soit d’autre. Il avait envie de liberté, de grands espaces, de longues courses avec Kawabata qu’il avait souvent négligé ces derniers temps. Il décida donc dans ce qui pouvait paraître un caprice enfantin de partir sur le continent ce promener au lieu de s’entraîner avec sa senseï.

Il repartit donc rapidement acheter quelques provisions au village et se mit en route, il fit un petit détour par le saule pour laisser un mot d’excuse à sn professeur et prit le chemin du port. Lorsqu’il arriva sur la rive de l’île de Kiri qui faisait face au continent, il embarqua sur un bateau et en une heure se retrouva da l’autre côté du bras de mer qui séparait l’île du continent.

Il arriva dans la grande ville portuaire qui faisait face à l’île de Kiri et se mit en route depuis là, courant avec Kawabata à un rythme qu’ils espéraient tenir le plus longtemps possible. Ils étaient heureux d’être ensemble, partageant leurs joies, leurs douleurs, se motivant mutuellement, se lançant des défis. Le bonheur qu’il partageait était la joie la plus aine, celle de l’amitié qu’il partageait totalement l’un avec l’autre. Car pour eux, l’amitié c’était de toujours pouvoir compter l’un sur l’autre, de vivre tous leurs joies et toutes leurs peines ensembles, se voué un amour sans limite.

C’est ainsi que durant tout leur longue escapade, ils vécurent en parfaite harmonie, traversant des paysages toujours plus somptueux, prenant plaisirs aux simples joies de la chasse, de l’effort et de leur pays. Tous leurs paraissait magnifique tant qu’ils restaient ensemble.

Ils chassèrent ensemble des cervidés à l’affût dans les épaisses forêts du continent, partageant le fruit de leurs repas. Ils coururent le long des falaises de la côte, sous les embruns des puissants rouleaux de la mer du pays de la brume. Ils coururent dans des marais ou tous deux étaient à l’aise comme sur la terre ferme. Ils grimpèrent des rochers surplombant des grandes plaines ou paissaient des troupeaux sauvages de chevaux. Ils nagèrent au milieu des graminées des basses terres, laissant la trace de leurs passages dans la mer herbeuse de leur pays.

Le soir ils s’endormirent l’un contre l’autre à quelques kilomètres de leur ville de départ. Rompus par les efforts qu’ils avaient fournit toute la journée, ils sombrèrent dans les gras de Morphée.

Le lendemain à l’aube, ils partirent en hâte prendre le premier bateau qui les mènerait au village de Kiri d’où ils pourraient rejoindre le lieu de rendez-vous où leur sensei devait surement les attendre.

Ils arrivèrent donc autour des huit heures sous le saule pleureur, espérant que leur sensei ne leur en voudrait pas trop pour cette absence impromptue.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinizu Hake
Disparu(e)
avatar

Nombre de messages : 988
Age : 28
Date d'inscription : 10/11/2006

Feuille de personnage
PV:
300/300  (300/300)
PC:
854/905  (854/905)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Sam 8 Déc - 21:18

Chinizu arrivait le lendemain, et personne… Elle attendais quelques minutes et repartait, si les élèves étaient en retard, tant pis pour eux… Elle revenait le lendemain pour prendre des indices, il lui semblait que Airo avait disparus et n’avais pas participé à son cours de la journée d’avant. Et cette fois-ci le jeune homme était près à l’entrainement… Il s’excusait…

« Hum, très bien, je ne dirais rien cette fois-ci mais que cela ne se reproduise pas… On aurait peut-être eu besoin de toi à l’académie ! Aujourd’hui ton entrainement vas être difficile et surtout très physique. Tu vas commencer par trois tours du marais central… »

Chinizu désignait le grand bassin qu’on appelait marais central. Un tour de celui-ci faisait environ trois kilomètres. Et Airo en avait trois à faire, ce qui lui faisait neuf kilomètres en courant.

« Je veux que tu augmente ta vitesse à chaque tour et que tu tienne le coups ! Donne le maximum ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Sam 8 Déc - 21:58

Lorsque Airô vit sa sensei arrivée, il remarqua que celle-ci n'était pas vraiment de très bonne humeur, surement à cause de l'absence de son élève la veille. Elle se contenta de lui donner un avertissement, et cela suffit à passer l'envie au jeune homme de réaliser d'autres escapades de la sorte, connaissant la puissance de sa sensei.

"Je suis vraiment désolé Chinizu-san, je vous avais laissé un mot sur l'arbre, mais il à du s'envoler. De toute façon je ne pense pas que ça change grand chose à mon cas..."

Il souriait à son professeur, riant bêtement tout en se grattant la tête pour détendre la situation.

*Je n'ai pas intérêt à recommencer ça, où je risque de m'en faire passer une belle. Bon maintenant on va se remettre à bosser et il vau mieux pour toi que tu lambine pas en route, parce que déjà qu'elle me fait courir comme un âne, je risque de devoir galoper comme un canasson toute la journée si je me bouge pas l'arrière train.*

Le chuunin se mit au travail sans plus attendre, ne voulant pas risqué les foudres de Chinizu. Au début il courrait tranquillement, comme il avait l'habitude de le faire avec Kawabata en temps normal. Profitant du beau temps, humant la brume qui s'épaississait sur les berges du marais central. Il trottinait accompagné de Kawabata la tête haute jusqu'au moment où il jeta un petit regard en arrière et entraperçu, au détour d'un nuage de brume, le regard que lui jetait Chinizu. Une expression de mécontentement fronçait ses sourcils, et elle l'attendait apparemment au tournant pour le faire accélérer, mais ce ne serais surement de la manière la lus douce qui puisse être.
Cette vision de l'enfer qui l'attendait lui donna des ailes et il accéléra, poursuivant sa course, il passa une première fois devant Chinizu qui paraissait satisfaite. Il accéléra alors à nouveau et commença à payer le prix de la soudaine prise de vitesse qu'il avait réalisé au tour précédent.

Malgré la douleur qui lui tendait les mollets et les cuisses, il continua à accélérer et parvînt à finir le tour revenant devant Chinizu dont il ne voulait pas croiser le regard, espérant ainsi qu'elle ne remarquerait pas sa fatigue.
Il ne lui restait plus qu'un tour à faire mais ces trois kilomètres semblaient bien long, surtout s'il devait fournir des efforts supplémentaires. Il avait les muscles endoloris par la tension et ne souhaitait qu'une seule chose, s'arrêter. Et cette vision pessimiste ne faisait qu'empirer la décadence d'Airô. Il en parvînt même à se demander ce qu'il faisait ici, courir comme un dératé, se tuant à l'ouvrage alors qu'il aurait pu être tranquillement en compagnie de Kawabata, à chassé.

*C'est pas vrai, j'ai vraiment pas choisi la bonne voie, j'aurais du me spécialiser dans le genjutsu, comme ça j'aurais pu rester allonger à regarder les nuages, au lieu de s'arracher la gorge avec ce satané air froid, ou de se déchiré les muscles à accélérer sans cesse.*

Tout lui paraissait de plus en plus noir et tout ce qui pouvait être critiqué l'était. Mai lorsqu'il en vint à se demander pourquoi il était devenu ninja, un déclic eût lieu dans sa tête. Comment pouvait-il remettre en cause sa voie, son nindô et l'honneur de son clan. Il était en train de remettre en cause tout ce qui le faisait pour une simple histoire de volonté. Il ne pouvait ce permettre une telle trahison envers lui-même. Il donnât alors tout ce qui lui restait, faisant la deuxième moitié du tour en sprint totale. Sa vue ne se fixant que sur un seule point. Sur le seul point qu'il devait atteindre te qui le laverait de toutes ses pensées indignes d'un ninja de son rang.

Durant le dernier kilomètre, il distança même Kawabata qui était pourtant très endurant avec avait une capacité d'accélération extraordinaire.
Lorsqu'il vit qu'il ne lu restait plus que 100 mètres, il donna tout ce qui lui restait et arriva, a bout de souffle au niveau de Chinizu.

Les mains poser sur se genoux le buste courbé, il haletait bruyamment et d'un une sorte de grognement sourd qui provenait du fond de sa gorge, il demanda à sa sensei:

"Sensei...de l'eau...s'il vous plaît..."

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinizu Hake
Disparu(e)
avatar

Nombre de messages : 988
Age : 28
Date d'inscription : 10/11/2006

Feuille de personnage
PV:
300/300  (300/300)
PC:
854/905  (854/905)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Sam 8 Déc - 22:08

Chinizu jetait une gourde d’eau froide à l’élève qui avait bien courut. Airo était un très très bon élève, mais il devait l’ignorer le plus longtemps possible. C’est en restant humble qu’on devient un excellent ninja. Il avait encore une fois prouvé qu’il méritait son titre de Chuunin malgré son niveau assez bas dans les différentes matières enseignée à l’académie. Ses pouvoirs n’étaient pas mirobolant, mais il était assez intelligent et assez rigoureux pour que son travail porte bien ses fruits.

« Très bien, maintenant que tu as étiré ton corps en courant, tu vas te muscler… Tu vas grimper à cet arbre avec la seule force de tes bras et jambes… »

Elle lui montrait un grand arbre au loin. Celui-ci était assez particulier car ses feuilles étaient coupantes comme des ciseaux aiguisés. Il n’avait donc pas le droit à l’erreur, chacun de ses mouvements devraient être parfait et effectué avec une extrême attention… De plus, l’arbre était assez haut, il faisait environ quinze mètres de hauteur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Sam 8 Déc - 22:55

Encore essoufflé, Airô partit vers l’arbre que lui avait indiqué Chinizu. Il but quelques gorgées tout en marchant, à grandes enjambées, ponctuées de grandes inspirations et de longues expirations afin de récupérer au mieux en approvisionnant ses muscles en oxygène. De plus cette technique de respiration lui permettait de faire le vide dans sa tête et ainsi de se concentrer sur son épreuve à venir.
Il réfléchissait à la manière de monté sur ce grand arbre qui paraissait déjà assez imposant de loin. Mais lorsqu’il arriva à son pied, il fut stupéfait par la hauteur de l’arbre dont la cime s’élevait au-delà des quinze mètres de hauteur. Il put aussi observer une chose qui ne se voyait pas de loin mais que Chinizu avait surement du remarquée, c’était les bords affutés des feuilles qui paraissaient sortis d’un film de science fiction. La mizukage n’avait pas choisi cet arbre au hasard et Airô commença à douter de l’intégrité de sa sensei.

*Je me demande si ce ne serait pas du sadisme, parce que me faire grimper sur un arbre aussi haut sans l’aide du kinobori avec le risque de me faire lacérer les chaires si jamais je chute. Ca paraît un peu dépasser le simple engagement éducatif.*

Tout en se faisant ces réflexions intérieures, Airô observait la mizukage avec un air étrange, plissant les yeux et avançant un peu la tête dans sa direction, comme pour défier, mai d’une manière tout à fait disgracieuse sa kage.

Kawabata sortit Airô de sa pose affreuse et le rappela à l’ordre, lui désignant du museau le tronc imposant du « feuillu ». Il pencha sa tête en arrière pour mieux observer l’arbre tout en prenant un peu de recul, manquant de peu de trébucher sur une racine qui dépassait. Ainsi placé, il espérait trouver un moyen de grimper le long du tronc pour attendre la première branche qui se situait à environ quatre mètres de haut et ensuite pouvoir se hisser sur les branches au-dessus.

Il remarqua lors de son observation, un petit renfoncement à un mètre de hauteur et ensuite quelques petites branches issus de nouveau bourgeon qui ne supporterait surement pas son poids, mais lui permettrait tout de même d’avoir un appui.

Visionnant son parcours, il s’élança, courant sur les cinq mètres qui le séparaient de l’arbre, il prit appui sur l’écorce épaisse du bas de l’arbre, puis mit son deuxième pied dans le petit renfoncement d’où il se propulsa vers une petite branche où il posa son pied. Mais à peine le pied poser dessus, la branche cassa et le pied ripa sur l’écorce sans que Airô ait le temps de pousser dessus. Il partit alors la tête en avant et se cogna dans un bruit sourd et creux…contre le tronc massif du grand arbre. Il chuta ensuite lourdement au sol et se planta une feuille acérer dans le derrière.

Kawabata vint retirer la feuille de l’arrière train du chuunin pendant que celui-ci, les fesses penché en arrière réfléchissait à une autre stratégie.

*Je crois que je vais monter toute en force cette fois-ci. Je ne possède peut-être pas les griffes de…Aie !! Ouf, quelle poisse ces feuilles !...Enfin bref revenons à nos moutons. Je crois que je vais regarder par où Kawabata monte et ensuite j’emprunterais le même chemin, remplaçant se griffes par mes kunaïs.*

« Kawabata, monte jusqu’à la première branche, comme ça je pourrais m’inspirer de toi. Mais attention, prend pas la grosse tête, parce que sinon tu va voir ce que tu vas prendre quand tu redescendras. »

Le tigre prit un peu d’élan et sauta sur le tronc, se plaquant à l’écorce, plantant ses griffes dans la bois, il grimpa jusqu’à la première branche sans trop d’effort. De là haut il lançât un regard hautain à Airô, le narguant de ses quatre mètres de haut. Touché dans son orgueil, le chuunin s’empressa de monter à l’aide de ses kunaïs, et arriva au niveau de la première branche sans même s’en rendre compte, n’ayant pour objectif que le tigre, oubliant ainsi les tracas qui aurait pu le gêner durant son ascension.

Arriver en haut, il s’apprêta à lace un tenpo dama sur le tigre qui s’était mis en position de combat, mais ayant penché sa tête en arrière pour envoyer avec force la boule d’eau sur le tigre, Airô perdit l’équilibre et bascula en arrière. Son réflexe fut de concentrer son chakra vers la plantes de ses pieds, mais il se rappela qu’il n’avait droit qu’à sa propre force. Pour ne pas tomber au sol, il réalisa, en une fraction de seconde, un salto arrière en prenant ses derniers appuis sur la branche et parvînt ainsi à se rattraper d’une main, à cette branche. Il ne tenait désormais plus que sur cinq doigts. Kawabata accouru pour l’aider, mais il refusait son aide, se tractant de toute ses forces, jusqu’à pouvoir se hisser à califourchon sur cette fameuse branche qui venait de le sauver. Tout en haletant, encore sous le choc de la chute et de l’effort il se mit à réfléchir à une manière d’atteindre la cime.

*Bon alors maintenant, il faut que je choisisse les bonnes branches pour arriver en haut, sans me faire couper par ses horribles feuilles.*

Lorsqu’il eût repris son souffle, il se lança, sautant de branche en branche avec l’agilité d’un tigre, coupant de temps en temps des feuillages le gênant, il arriva en haut, les coudes et les genoux entaillé, mais il était en haut. De là, il appela Chinizu pour lui montré sa réussite.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinizu Hake
Disparu(e)
avatar

Nombre de messages : 988
Age : 28
Date d'inscription : 10/11/2006

Feuille de personnage
PV:
300/300  (300/300)
PC:
854/905  (854/905)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Lun 10 Déc - 11:08

Airo arrivait en haut de l’arbre, et constatait alors que de multiples coupures parcourait ses vêtements et sa peau. Chinizu en bas le regardait avec un grand sourire, prête à agir comme elle l’avait prévu. Elle concentrait son chakra dans son poing et courait à toute vitesse en directement de l’arbre. Airo la regardait avec de grands yeux…

« Attentiooooooooonnnnn…. BOUM »

Elle frappait de toutes ses forces dans l’arbre qui explosait littéralement. Airo tombait dans le vide et allait s’écraser à terre s’il ne faisait rien pour se rattraper…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airô Tora
Chuunin de Kiri
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 287
Age : 26
Localisation : Kiri...kou ?
Date d'inscription : 15/05/2007

Feuille de personnage
PV:
66/66  (66/66)
PC:
150/182  (150/182)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Jeu 13 Déc - 18:10

Encore sous l'euphorie et surtout la fatigue d'être monté en haut de l'arbre, Airô essoufflé, regardait Chinizu. Puis plaçant sa main sur ses yeux plissés pour ne pas être éblouie par la lumière aveuglante du soleil ascendant. Il put alors se rendre compte que sa sensei fonçait droit sur l'arbre, étonné de ce comportement, il regarda plus attentivement et vit que la mizukage s'apprêtait à porter un violent coup de poing contre le grand arbre. Mais il n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit, qu'il sentait un terrible choc dans l'arbre. Celui-ci venait d'exploser à sa base et le jeune chuunin tombait donc avec lui. Il risquait de s'écraser en même temps que le puissant tronc au milieu des feuilles acérées, risquant de se faire lacérer les chaires.

Au départ un peu pris de panique car ne s'attendant pas à un tel coup de la part de son professeur, il reprit rapidement son calme, réfléchissant à la meilleur solution pour ne pas se faire découper comme un simple gigot entre les dents de Kawabata. C'est alors qu'une phrase que Chinizu avait prononcée à la fin du combat revînt à l'esprit d'Airô qui comprit toute l'importance du Kawarimi.

* " Le Kawarimi no Jutsu est une technique qui offre plein de possibilités ! Les shinobis l’oubli assez souvent celui-ci " Je sais maintenant ce que voulais dire Chinizu. Il faut que je pense à toutes les possibilités, plutôt que de tout le temps essayer de me sortir des situations difficiles par la force. Il faut que je travaille plus avec ma tête et moins avec mon corps*

Sentant le sol se rapprocher dangereusement, il réalisa rapidement les signes de la technique et jetant son dévolu sur une branche d'un arbre adjacent à son bourreau, il permuta sur ce hêtre, sur une branche se situant à mi hauteur de la cime de ce dernier.

"Alors sensei, vous croyiez m'avoir avec votre simple force. Il en faut plus que ça pour me déstabiliser et me vaincre. Et ne pensez pas que je vous écoute pas."

Rigolant de sa propre plaisanterie qui n'était pas vraiment drôle, il se gratta l'arrière de la tête, accroupi sur la branche, une main posée sur celle-ci. Il avait une position de singe qu'il était par ses plaisanterie aussi nulle que lourde et il le savait mais peu lui importait car il s'amusait. Kawabata vînt rejoindre le jeune homme sur la branche avec une agilité incroyable et se plaçant à ses côtés, ils rirent de concert, formant le duo le plus déplorable de Kiri.

_________________

Airô Tora, chuunin de kiri
Missions:
D:0
C:0
B:0
A:0
S:0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinizu Hake
Disparu(e)
avatar

Nombre de messages : 988
Age : 28
Date d'inscription : 10/11/2006

Feuille de personnage
PV:
300/300  (300/300)
PC:
854/905  (854/905)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Ven 14 Déc - 8:05

Chinizu analysait la parfaite réaction du Chuunin de Kiri, qui s’était substitué avec beaucoup de talent. Elle écoutait alors ses beaux mots, ceux d’un élève qui taquine son professeur…

"Alors sensei, vous croyiez m'avoir avec votre simple force. Il en faut plus que ça pour me déstabiliser et me vaincre. Et ne pensez pas que je vous écoute pas."

« Je sais bien qu’il faut bien plus que ca ! Du moins je l’espère sinon tu ne serais qu’un élève te pacotille… Mais tu t’es drôlement amélioré Airo… Ton entrainement est finit pour aujourd’hui, j’ai quelques trucs à régler ! Je te contact pour notre prochain entrainement ! »

[+1 For ; +1 Vit]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tensui kiryoku
Jounin de kiri
Jounin de kiri
avatar

Nombre de messages : 484
Date d'inscription : 04/01/2007

Feuille de personnage
PV:
123/135  (123/135)
PC:
108/119  (108/119)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Jeu 10 Jan - 21:51

Comme à son habitude, l’ours courrait. Afin d’entraîner son endurance et d’échauffer ses muscles pour la journée, l’animal courrait cinquante kilomètre chaque matin. C’est lors d’une de ces courses qu’il trouva un lieu insolite. Un saule pleureur isolé de tous. Sans végétation environnante, sans autre arbre autour à moins de cinquante mètre. Bizarrement, il s’identifia à cet arbre solitaire. Le sourire aux lèvres, il s’y arrêta et trouva le lieu approprié à son entraînement. Se préparant mentalement, il allait s’entraîner à communiquer avec l’un des quatre légendaire..

[Entraînement: Taïjutsu ; Ninjutsu ; Genjutsu ; Force ; vitesse ; Intelligence ;[ Kuma no Daï shubi no Youshiki])


L’animal ferma les yeux. Il adopta une posture corporelle confortable et naturelle. Les bras ballants et détendu, les poings serrés ; les jambes légèrement fléchis afin de baisser son centre de gravité. Tensui savait à quoi s’en tenir, il l’avait appelé lorsque son escouade de déserteur dormait, en venant ici. Ce poids incroyable, cette puissance. Physiquement, il fallait qu’il se prépare. Et il avait toute la nuit. Celle-ci, il ne dormira pas. Il devait progresser. L’ours sera chercher, traquer, aucune de ses missions ne seront simple. De plus, son départ au pays du feu a marqué une grande colère et des conflits entre les différents pays. Kiri était maintenant au centre de ces conflits. De sa faute. Il se jura alors, qu’un jour, il mettra tout en œuvre pour réparer ses fautes et pour aider à la stabilisation des mondes.

Les yeux clos, l’air détendu, l’ours respirait profondément. Il s’assura de ses appuis, en profita pour vérifier encore une fois son équilibre. Tout était presque prêt. Maintenant, il allait devoir l’appeler en filtrant le moins possible son énergie. Mais il devait rester prudent, car la personnalité du légendaire ne doit pas apparaître ; ou que très peu. L’ours mortel Tensui, doit rester l’ours mortel Tensui. S’il libère complètement l’esprit légendaire d’un des ours. Alors les dieux seuls savent ce qui adviendra de ce monde. Réglant la cage de l’animal, il ne voulait pas se rater. Par la respiration, et une certaine forme de méditation, il travailla le filtre. L’exercice, si l’ont peu le citer ainsi, était des plus difficiles. Le coeur véritable et des plus dur à trouver. Et après l’invocation, le modeler est du domaine de l’impossible. Il devait réussir du premier coup, et s’exercice à ne pas se manquer.

Il plia les bras, les amena prêt de son visage. Les mains faces à faces, il se stoppa. Un moment d’hésitation, non, oui, il était prêt. Soudainement, il claqua des mains. Lançant un lourd Kiaï, il en appela aux forces de l’ours des vallées de Rekats. Celui-ci, répondit rapidement. Quelle joie de ressentir une liberté conditionnelle. Quel joie d’avoir été sélectionner pour livrer bataille. Le Kiaï de Tensui ne se finissait plus. L’ours légendaire ajouta sa vois à celle du mortel. C’est ainsi, que mortel et immortel joignirent leurs voies. Le hurlement ne finissait plus, grâce à la puissance du grand animal, le shinobi ne s’essoufflait plus.

Pendant ce temps, le corps de l’animal mortel se modifia. On eut crût, qu’il devenait plus grand. Vraiment plus grand. Regagnant quelques centimètres, il ne s’étonnait plus du poids qui se décuplait. Sa peau devint d’abord comme celle d’un reptile. De minuscules petites écailles apparurent sur le corps de l’ours. Ces écailles durcirent, durcirent et devinrent comme une multitude de petites pierres. C’est alors qu’ils apparurent. De fins, et courts petits poils sombre. De la même couleur que la pierre, ceux-ci s’avéraient être bien mieux qu’une grande armure. On sentait, dans ce petit velours fin, une certaine dureté. Qui ose prétendre savoir briser l’un de ces poils, doit avant tout soulever des montagnes. Les cheveux rougeâtres de Tensui s’allongèrent. Devenant plus rêche, plus dur, c’était comme s’ils se transformaient en fer. Ce nouveau casque, lui descendait sur les épaules, lui protégeant le coup. Il descendait aussi au niveau de la nuque et dans le dos. Quelques cheveux, d’un poids impressionnant, vinrent aussi pendre devant son torse, le protégeant partiellement. Les cheveux que Tensui avait sous sa veste n’échappaient pas à la règle. S’allongeant également, ils lui protégèrent tout le dos, puis les côtes.

Hurlant encore et encore, Tensui souffrait. Il sentait son ossature se renforcer, se durcir. Mentalement épuisant, c’était comme si l’être qui l’habitait, lui transformait tout le corps. Les yeux écarquillés, il leva son visage vers les cieux bientôt nocturnes. Ses yeux, habituellement d’un bleu d’azur, devinrent grisâtres, presque noir. Au fond de ce nouveau regard, on pouvait alors remarquer toutes les lueurs que constituait une aurore boréale. La dentition de l’ours mortel se modifia également. Les canines devinrent plus affûtées, plus meurtrières. Plus grosses, les moulèrent ne broyaient plus, elles annihilaient.

Le visage de l’animal avait changé, il était devenu plus épais. Plus robuste, il témoignait à présent de la modification de l’ossature du shinobi. Le visage, eut la même expression que celle qu’aurait pu avoir eut un ours. Incroyablement doux, mais terriblement dangereux. Avec cette même expression, il observa à droite, il observa à gauche ; comme l’aurait fait un véritable animal sauvage. Puis il se recroquevilla, et son visage s’ouvrit pleinement pour lancer un nouveau hurlement. « WAAAAAAAAAAOOOOOOOoooooooooooooo….ooorg »
Etant devenu plus grand, plus robuste, avec une peau moins souple, on aurait pu comparer l’animal à une forteresse. Il comprit alors, le système de protection de l’ours. S’il évoluait, ses cheveux pousseraient encore, et encore. Jusqu’à, peut-être, englober l’ensemble de son corps. En rechange, une confrontation dans cet état, avec ce poids, était des plus difficiles.. Il faudra ainsi, apprendre à faire avec.
Le corps de Tensui s’était déjà enfoncé dans la terre. Une aura grisonnante encerclait son être. Son souffle, devint plus long, plus profond. A chaque respiration, on reconnaissait celle d’un animal robuste et incroyablement puissant. Dans son expression visuelle, on sentait une tout autre présence.


[Entraînement: Taïjutsu ; Ninjutsu ; Genjutsu ; Force ; vitesse ; Intelligence ;[ Kuma no Daï shubi no Youshiki])



Autour de lui, comme une aura s’était matérialisée. Une aura chaude et protectrice. Cette dernière, recouvrait tout le corps de l’animal. Comparable à du chackra, elle véhiculait autour de lui. Mais elle était fine, trop fine. Et les oreilles de Kuma n’apparaissaient même pas. L’exercice précédent qui traiter de filtrer l’énergie de l’ours légendaire était donc un échec. Il fallait recommencer, tout reprendre à zéro. Et c’est ce qu’il fit. Expirant profondément, il prit une très grande inspiration qui emporta l’ours au plus profond de lui. Enfermant l’énergie dans son cœur, il remit le cadenas pour clore la cellule de l’animal.

Très rapidement, Tensui redevint plus petit. Comme autrefois, du moins. Ses cheveux reprirent leurs tailles initiales, ses dents redevinrent normales, tout comme son regard. Sa peau, redevint aussi fine, et aussi souple. Le Tensui Naturel et pourtant toujours primitif réapparut alors. Musculairement, c’était comme s’il s’était envolé. Son poids initial, n’était en fin de compte pas grand-chose à comparer du poids de l’ours légendaire. C’en était la preuve, il lui était poussé des ailes.

Il prit quelques instants pour souffler. Cette puissance, cette colère dans le cœur. L’animal qui rugissait en lui. Ce fut ainsi, un tourbillon d’émotions qui réussit à atteindre le cœur du primitif. De l’émotion et un long frisson qui lui traversa le cœur. Il devait évoluer, encore, encore et encore. Observant la lune, il se satisfaisait de constater combien il avait encore le temps. Il lui fallait se perfectionner, évoluer, et devenir meilleur qu’il l’était au couché du soleil. Tensui se remémora toutes ces sensations. L’entraînement psychologique débutait. Il lui fallait se remémorer ce qui avait ressentis pour les retravailler et enfin trouver la perfection. Au début, lorsque les grilles de son âme s’ouvrent à celle de l’ours, ce fut d’abord une parcelle d’incompréhension. Un ressentis étrange, chaud. Comme si une âme extérieure pénétrait au plus profond de lui. Ce gène respiratoire, ce nœud à l’estomac, il se rappela de ce très bref moment, où l’ours s’emparait progressivement de son corps. Comme un picotement qui lui chatouillait les veines. Puis enfin, une brûlure. Intense, presque insoutenable, qui circulait dans ses méridiens, modifiant le physique de l’animal. Il se souvint également, de cette sensation de transformation. Lorsqu’il se mit à grandir, lorsque ses os changèrent. Il devait résumer tout ceci, et en tirer une brève conclusion.

Au moment où les portes de son être, semble accepter l’union avec l’être céleste, il fallait chercher un ressentis plus profond. Tensui devait progresser dans cette ouverture et régler le filtre de cette puissance plus efficacement. Il devait apporter à ce détail, une importance cruciale. Alors peut-être, que l’évolution de cette technique allait réellement s’accélérer. Beaucoup des entraînements, allaient reposer là-dessus. Il en était certain, et cela vaut tout aussi pour les autres formes. Au sujet de se picotement, il fallait qu’il puisse l’accepter pleinement. Ici, il ne fallait que faire et faire pour que le corps apprenne cette nouvelle douleur. Mais au sujet de cette brûlure, dans chacun de ses méridiens, il y avait une solution. De la même façon, dont il ouvre les portes physiques, il fallait qu’il fasse intensifier le trafic de chackra dans le corps. Ainsi, il fera passer cette brûlure plus vite, et la transformation cellulaire s’effectuera plus vite. Sans plus hésiter, sans plus réfléchir, il se remit au travaille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tensui kiryoku
Jounin de kiri
Jounin de kiri
avatar

Nombre de messages : 484
Date d'inscription : 04/01/2007

Feuille de personnage
PV:
123/135  (123/135)
PC:
108/119  (108/119)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Jeu 10 Jan - 21:52

[Entraînement: Taïjutsu ; Ninjutsu ; Genjutsu ; Force ; vitesse ; Intelligence ;[ Kuma no Daï shubi no Youshiki])


L’animal adopta la même posture que tout à l’heure. Détendu, relaxé. Fermant les yeux, il se concentra de nouveau sur ses chackra. Calmant le trafic énergétique, il s’apprêtait à cette fameuse stimulation future. Le visage légèrement penché vers le ciel, il ajusta son bassin pour se retrouver dans une posture corporelle confortable. Son souffle se calma, son cœur se ralentis, l’animal hivernait. Sentant la moindre particule agir en lui, il sentait les portes de son âme. Elles étaient là, encore closes aux êtres d’exceptions. Il lui fallait agir avec délicatesse pour les ouvrir pleinement. L’action devait être rapide et efficace. Ajustant le filtre qui retiendrait l’animal en lui, il exécuta un véritable travaille de minutie. Ce sentiment d’avoir en soie, une grande vanne de puissance était très étrange. Et régler cette vanne, l’était encore plus. Prévoir la quantité exacte pour faire jaillir l’ours de sa tanière. Saisissant calmement les grilles de son cœur, il ouvrit rapidement à l’ours qui s’introduisait déjà dans ses veines. Cette brûlure émanait de son nombril. Ainsi, il accentua le trafic énergétique. Pile à ce moment où l’animal courait le long de son torse, il stimula ses énergies pour faciliter le déplacement de l’animal. Fronçant les sourcils, se concentrant, il sentait cette puissance l’envahir progressivement et pourtant si rapidement. Les modifications de son corps commençaient déjà, il sentait ces picotements le démanger de toutes parts.

Le long de ses bras, ces chatouillements, difficilement acceptable, émanaient avec puissance. Durcissant l’épiderme, les veines, les muscles et les os, il se sentait durcir pour devenir comparable à un rocher. Ses ongles grossirent, devenant plus coupant. Se transformant de griffe, il se retrouva avec un sabre à chaque doit. La douleur des os qui s’épaississait intervint rapidement. Sur son visage, se dessinait alors la marque de la douleur. Mais que diable un peu de douleur, il fallait apprendre. L’énergie vitale de l’animal était montée tellement puissamment en lui, qu’il peinait à imaginer les conséquences. Ses bras s’épaissirent, s’agrandirent. Puis le long des épaules, du torse de et l’abdomen, arriva ces fourmillements insupportables qu’il devait apprendre à supporter. L’énergie qui le traversait durcissait son corps. Ses épaules devinrent plus importantes, plus solide. Il pouvait à présent, briser la roche avec celles-ci. Puis ses pectoraux s’épaissirent également, enfin vint l’abdomen où se dessina sa puissante musculature. Il sentait progressivement, l’énergie entrer en lui. Enveloppant et travaillait les veines, les tissus humains. Protégeant efficacement les poumons, la fois, l’estomac, la rate, les reins, les intestins, le cœur… Ces fourmillements s’intensifièrent de plus en plus au sujet des organes. Maintenant qu’il y faisait attention, qu’il s’y concentrait, il trouvait cette sensation en lui, complètement insupportable. Le chackra primitif dans le corps de l’humain primitif, faisait pousser des poils d’ours autour de ces organes, afin de les protégés, de les couvrir. Puis enfin arriva la tête. Toujours ces changements osseux, douloureux, insupportables. La peau se durcissant, de plus en plus pour devenir une sorte de cuir impénétrable. Ses yeux, se recouvrant d’une fine pellicule de peau afin de les préservés. Et ces cheveux qui s’allongeaient, s’allongeaient. Cette sensation atroce de fourmillement, lui arriva jusqu’au moindre cheveux, jusqu’au moindre poile sur le corps. A croire qu’il vaudrait mieux s’épiler complètement. Chacun des poils, qui constituaient le corps de l’animal mortel, se durcirent. Une seconde protection recouvrait alors le corps de l’animal. Les poils, fin et petits, étaient comme une armure pour le corps de Tensui. Puis les cheveux, également, avait grandit et s’était épaissit. Cette fois, la masse de cheveux avait recouvert tout le dos, jusqu’en bas. La technique n’était pas loin de la réussite, ainsi. Ses cheveux, devenant un casque, des épaulières, un protège dos et un protège torse, était la troisième couche qui protégeait l’animal mortel. En ce même temps, quasi instantanée, Une fine pellicule de chackra vint envelopper Tensui pour former avec lui, l’image d’un grand ours. Juste au dessus de sa tête, deux grandes oreilles se dessinaient. On reconnu, juste devant les yeux du Kiryoku, les deux grands yeux d’un ours mythique. L’ours des collines de pierre était de nouveau sur terre. Tensui était son porteur et il annoncerait son hurlement prochain. L’ours légendaire était Tensui, Tensui était l’ours légendaire. Ne faisant qu’un, l’un et l’autre, ceux-ci partageaient leurs sentiments, leurs sensations..

En lui, en eux, ils pouvaient communiquer, discuter. La technique était bien réussite, Tensui en était fier et l’ours le félicitait. S’essayant au sol, s’enfonçant dans la terre, il discuta durant un moment, pour affiner ses relations avec l’ours. Le cœur du jounin battait à présent pour deux. Puisement, il alimentait deux âmes dans un même corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tensui kiryoku
Jounin de kiri
Jounin de kiri
avatar

Nombre de messages : 484
Date d'inscription : 04/01/2007

Feuille de personnage
PV:
123/135  (123/135)
PC:
108/119  (108/119)

MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   Jeu 10 Jan - 21:53

[Entraînement: Taïjutsu ; Ninjutsu ; Genjutsu ; Force ; Vitesse ; Intelligence ;[Drunken) ]

Puis après le temps de la diplomatie, revint le temps de la guerre. Tensui, l’animal, se leva rapidement. Son corps était de roche, ses pas de nouveau s’enfonçaient dans le sol. Mais ce poids important, ne devait pas être une gêne pour le combat. Il lui fallait se muscler d’avantage, et devenir plus rapide encore. L’animal devait associer la défense et l’attaque afin d‘être au plus complet. Ses objectifs étaient des plus haut, il ne fallait y avoir de faille. Ainsi, il n’avait déjà que trop traîné. Une fois debout, l’animal commençait à tanger. Depuis combien de lunes, n’avait-il pas imité les mouvements d’un homme ivre. Le bras droit primitif et robuste, tendu droit devant lui, il était la poigne de l’attaque. Le bras, comme un serpent qui cherchait à s’avancée, gigotait avec souplesse. La dureté de la peau, ainsi que cette nouvel solidité osseuse, rendait cet exercice étrangement difficile. C’était comme s’il avait plus d’un bloc de pierre à déplacer. Le second bras, le gauche, était celui la défense. Détendu, il devait être prêt à agir à tout moment. Seulement, ce bloc de pierre devait devenir bien plus souple. Et pour cela, il devait gagner en maîtrise et en rapidité.

Les jambes molles, bien qu’encore trop dur, il avança. Les mouvements d’épaules et de hanches ne donnaient que de mauvaises informations à qui pouvait observer l’ours solitaire. Un fit un pas, plus que maladroit. Cependant, ce pas n’avait fait que trop d’erreur. L’ours devait persévérer. Durant ce pas, toute sa garde avait été modifiée. Alors que le pied gauche se posait devant, la main gauche s’avançait en même temps. La main droite, elle, se recula pour revenir en défense. Cette notion, d’attaque défense, était l’un des secrets du Drunken. Chaque pas, signifiait une garde presque complètement différente. Pied droit devant, poing droit à l’attaque ; Pied gauche devant, poing gauche à l’attaque. Dans ces différentes gardes emboîtés, on trouvait différentes formes. Suivant les épaules et les hanches, l’attaque et la défense variaient. Cependant, dans la panoplie d’attaque possible, aucune n’était logique. Il fallait probablement être aussi fou qu’un ivre pour prévoir une telle tare. Pourtant, ces erreurs étaient travaillaient, et étudiait pour devenir finalement mortelle.

Un autre pas difficile s’enchaîna, puis un autre. Durant ce temps, les épaules oscillaient, une esquive, puis une autre. Trop lentes. Il devait aller plus vite, encore plus vite. Le poing d’attaque partit, trop tard, c’était un leurre. Mais le leurre était trop lent. Le pied de défense passa à l’attaque et voici déjà qui s’envolait vers les cieux. Puis l’autre vint le rejoindre. Pas assez vite, pas assez fort. L’ours trop lourd, partait déjà pour tomber. Tant pis, il fallait se réceptionner. Alors que les épaules touchaient par terre, il plia jambes et hanches pour amortir le choc. Le bloc de pierre tomba tant bien que mal, et il envisageait déjà se retomber sur ses pieds. Repoussant avec le dos et les jambes, il relança tout le poids de son corps vers l’avant et se relança pour retomber sur ses pieds. De nouveau debout, l’animal repartit en avant. Déséquilibré par le poids, il dû presque courir pour rattraper son déséquilibre. Une grosse erreur, la masse était trop grosse.

Il frappa, allant le plus vite possible, mais ce n’était pas suffisant. Pied, genou, coude, poing, il enchaînait dans les airs les séries de coups possibles. Mais il n’allait pas assez vite, et sa lenteur était un handicap. Mais il devait passer outre sa lenteur et accélérer de nouveau. Ses jambes se tordaient comme de vulgaires chewing-gums, et ses bras tentaient de fouetter l’air avec vivacité. La connaissance de la forme de combat pour l’animal s’avançait progressivement. A présent, il se servait de ce surplus de poids pour accentuer les pertes d’équilibre. Il n’était qu’a lui d’œuvrer pour la récupérer rapidement et frapper avec efficacité.

Son bras droit, tendu devant lui était l’attaque. Celui-ci, mimait de tenir un verre et le poignet était en avant. L’autre main, prêt de la bouche semblait également tenir un même verre. Poignet à l’avant, c’était la même frappe que celle de l’attaque. Un doigt jaillit du poing droit, et déjà la seconde attaque, ainsi que la réelle, intervint. Changeant au plus rapidement possible de garde, il fit avec les deux mains, comme un vieux moulin soumis à une bourrasque. Entre fermant les yeux, on sentait toute l’attention du jounin dans chacun de ses mouvements. Avançant pour atteindre la cible potentielle, l’ours donna un violent coup de coude qui remontait vers les cieux. Se cambrant ensuite en arrière, il donna non seulement une grande puissance au coup de coude, mais en plus fit une esquive remarquable. C’était mieux, il semblait progresser.

Puis doucement, très doucement, il monta sur la pointe des pieds. Ceux-ci, s’enfonçaient dans la terre humide. Ajustant habilement son équilibre avec ses hanches, il pu rester à peu prêt debout. Ces mouvements étranges de la hanche, mimaient une multitude de feinte. Mais finalement, se redressant, il commençait à partir en arrière. Un pas, puis deux. Au passage, il redonna un coup de coude circulaire, comme s’il se servait à boire. Puis soudainement, et le plus rapidement que possible, il fléchissait sur les jambes pour fausser sa taille et tromper l’ennemi. Changeant de nouveau de garde, il songea à donner de brèves informations fausses pour interrompre toutes attaques.

C’est alors qu’il bondit. Levant la jambe gauche, lançant le poignet gauche, il modifia encore une fois sa garde en inventant une autre forme. Le pied levé, le gauche, était une arme. Le droit, également, était dangereux, étant trop tentant. La posture imposant le doute, il travaillait la rapidité en réagissant au plus vite. La jambe levée partit en l’air, de quoi briser un crâne. Et durant ce petit saut, l’ours recula de nouveau. Durant le saut, l’animal tendit la main comme pour relancer tout son poids sur l’avant et ne pas tomber en arrière. Et se reposa sur ce même pied, souple bien que trop lourd. Un petit saut, hésitant, rien ne se passa. Pourquoi, qu’allait-il faire ? Pourquoi ne pas profiter de cette opportunité et de ce moment si bien choisi. Trop flagrant, le second saut était déjà partit et deux coups étaient déjà partit. La jambe s’était rapidement dépliée avec le bras. Mécontent de sa performance, l’animal voulut recommencer plus rapidement.

Il sautilla de nouveau pour préparer la frappe rapide, imprévisible. Quand soudainement, tout éclata. La jambe partit rapidement, avec le poing qui allait fracasser sa victime. Le coup partit rapidement. Il n’était rien de sa vitesse d’autre fois, pourtant il fallait la récupérer avec ce poids si impressionnant. Alors qu’il retombait lentement sur son pied, sa jambe se brisa. Métaphoriquement, elle se brisa. Retombant, il se retrouva presque à genoux. Seulement, il n’avait pas encore posé ce genou. Sur un unique pied d’appelle, le gauche, il sautillait de nouveau. N’attendant pas plus que deux secondes, il était partit dans un tourbillon à quelques centimètres du sol. Les jambes, dans la même idée qu’un Konoha sempuu, frappaient dans toutes les directions. Puis se stoppa, mima de reprendre l’équilibre avec les bras avant de se relancer. L’action fluide et si bien mimait, montrait une nouvelle compréhension du Drunken. L’animal poussa alors sur la jambe arrière, la droite, qui fit un demis cercle en partit vers le haut avant de frapper ce qui aurait du être la tête de la victime. Le second pied, la seconde lame, suivait de très prêt. Et cette attaque, pour le moins terrible s’acheva par un puissant coup de talent ascendant. Mais ce n’était pas terminé

Aussitôt il reposa pied à terre, que ce même pied servit d’appuis. Brisant le sol, allant sur un saut lent, il partit pour faire une petite tornade de coup. Tornade haute, puis moyenne, puis haute enfin basse. L’ingéniosité était présente, la véritable vitesse absente. Mais ce n’était pas important, il fallait seulement la travailler. Ses muscles, le tirait. Ceux qui servaient à utiliser les membres dans la rapidité, semblaient souffrir de ce poids supplémentaire. Des perles de sueurs, plus ou moins grosses, coulaient sur son visage primitif. Son cœur qui battait pour deux, semblait lutter pour alimenter le corps puissant. Il haletait déjà, l’exercice était en effet très difficile. Mais ce n’était pas terminé.

Stoppant brutalement sa rotation, il hésita, puis repartit. Le trouble devait s’installer autour de lui. Qu’allait-il faire ? Dans l’une de ses rotations, il ralentis, ralentis, ses épaules tombèrent, ses poings aussi, que faisait-il ? L’animal, s’affala par terre. Sa chute fut étrange. Son dos, arrondis comme le font si bien les félins, lui permis de briser sa chute. Ainsi, utilisant le mouvement de balancier, il se releva pour donner un violent coup de coude. La frappe fut puissante, très puissante. Mais elle était encore trop lente. Profitant de la force mise en avant, l’animal s’élança en avant, tête la première pour rouler. Et si incroyable, cela peut-il être, il roula. Allant se retrouver sur le dos, il posa la main gauche sur le sol qui s’enfonçait et les deux pieds pour éviter de tomber. Avec l’unique main de libre, l’animal frappait violemment. En coup direct, avec le poignet, les doigts, il posa plusieurs sortes d’atémis puissant, mais encore bien trop lent. Il frappait, encore, et encore. Quand soudainement, il lança son poing de telle façon, qu’une roulade était évidente et efficace. S’enroulant le bras autour de lui-même, il pour former une boule, de pierre, et rouler avant de se retrouver debout. Un coup direct était évident, pourtant, au beau milieu de son mouvement, il fit un extension rapide pour envoyer son pied voler.

De la façon dont il bougeait, chacun de ses mouvements étaient aberrant, mais très efficace. Il roula, retomba, esquiva, se redressant, le voici de nouveau en posture. La jambe gauche légèrement fléchis, soutenant toute la masse importante. Le genou déverrouillé, il ne s’endommageait pas et seul les muscles –douloureux- supportaient ce poids important. Le genou droit, haut levé, atteignait presque la ligne de hauteur des épaules. Le pied levé, le droit, pointait en direction du sol, détendu. Les hanches, étaient semble t-il réglé pour la défense, mais les jambes indiquaient l’attaque. Un paradoxe aussi gros, pouvait poser le doute à n’importe qui. Les épaules, elles aussi, étaient un paradoxe. L’épaule droite, en avant, semblait détendue. Indiquant la défense, il n’y avait aucune tension. Le bras droit, lui, indiquait l’attaque. Tendu droit devant, coude déverrouillé, l’index crochu sortait du poing. Menaçant, il contredisait cette ligne d’épaule étrange. L’épaule gauche, en retrait, semblait tendue. Pendant que le bras gauche, restait défensif. Cette notion de défense/attaque, était ici pour causer un profond doute chez l’adversaire. Suffisamment profond pour le rendre incapable de réagir.

C’est alors que Tensui fit l’inimaginable. D’abord, un petit saut pour indiquer une attaque haute. Il s’intercepta sur l’autre jambe qu’il fléchis. La jambe gauche, autrefois en retrait passa derrière le pied d’appuis et frappe violemment. C’est alors qu’un petit tourbillon de coup de coude intervint. Rapide –tant bien que mal- et incroyablement puissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Entrainement] Le saule pleureur isolé   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Entrainement] Le saule pleureur isolé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Saule pleureur
» Sous le saule pleureur...
» Près du saule pleureur
» Saule du samuraï
» Champignolles, avec OVS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Gaiden :: Hors trois Villages :: Hors des trois Villages cachés principaux :: Kiri no Kuni :: Marais-
Sauter vers: