Naruto Gaiden

Jeux de Rôle Rp sur l'univers Naruto
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Chambre n° 35] Equipe de Kusa n°1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Koto
Déserteur avide de vengeance
Déserteur avide de vengeance
avatar

Nombre de messages : 507
Date d'inscription : 25/10/2006

Feuille de personnage
PV:
72/72  (72/72)
PC:
258/258  (258/258)

MessageSujet: [Chambre n° 35] Equipe de Kusa n°1   Ven 11 Jan - 15:18

Les quatre shinobis de la première équipe de Kusa avaient prit possession de la chambre qui leur avait été allouée. On pouvait dire que Suna faisait les chose correctement. L'homme qui avait accompagné les trois genins avait terminé de ranger les divers affaires, laissant à ses camarades le temps de se préparer pour l'examen. Il avait fait preuve d'une certaine rigueur, s'assurant que tout était bien à sa place.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mari
Désertrice en papier
avatar

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
PV:
15/15  (15/15)
PC:
93/93  (93/93)

MessageSujet: Re: [Chambre n° 35] Equipe de Kusa n°1   Sam 12 Jan - 19:39

Revenant expressément du magasin de calligraphie où elle acquit son nécessaire basique d’écriture, Mari entrant à toute berzingue dans la chambre marquée au nom de « Shinobis de Kusa ».

Une fois de plus, ce léger détail arracha un gloussement amusé à la tête aux atours bleus qui gonfla la poitrine pour ne pas éclater de rire non plus. Ce serait franchement mal vu et grillerait toute leur couverture. La pièce semblait déserte, tant mieux car elle avait besoin de calme pour pratiquer.
Un rapide coup d’œil à l’horloge lui permit de constater le temps qu’il lui restait avant l’heure fatidique où son Rendez-vous aurait lieu. Elle espérait que le garçon ni voit la aucune menace sinon son plan tomberait à l’eau, un de moins n’était pas suffisant, il fallait qu’ils soient tous hors-jeu.

A l’abri des regards indiscrets, et assurée d’une certaine tranquillité, du moins l’espérait-elle car n’ayant pas fait tout le tour de la chambre, Mari ôta le long manteau noir ornés de multiples nuages rouges que sa mère génétique avait porté en son temps. Soigneusement plié, il reposait sur le lit de la jeune femme qui en profita pour apprécier une fraicheur somme toute relative par rapport à la chaleur du pays du vent cumulé à l’épaisseur de cet immense cocon protecteur.
Rarement Mari avait dévoilé ce qui se cachait sous l’immense tunique sombre, mémoire des moments les plus importants en son temps du monde des ninjas. Un simple débardeur noir et une petite culotte de la même couleur. Rien de plus ou de moins, sûrement pour cela qu’elle appréciait à cet moment l’isolation de la chambre.

Une fois à l’aise, Mari déballa tranquillement son nécessaire de calligraphie alors que déjà, une feuille, suivie d’une deuxième puis d’une troisième s’échappait du manteau propre à l’akatsuki pour se poser à ses côtés. Chaque feuille de papier se scinda alors en trois parties égales avec une précision ahurissante de manière à obtenir neuf morceaux dont les dimensions étaient plus ou moins les mêmes.

Le travail pouvait enfin commencer.


Hop !

A genou, l’arrière train reposant sur les talons, la jeune femme s’empara lentement de la plume après avoir ouvert l’encrier d’où s’échappa l’odeur du liquide indélébile qu’elle affectionnait tant. Un noir profond, autant que son manteau, ce qui n’était pas pour lui déplaire car Mari ne se permettrait jamais de compter les taches d’encre qui pouvaient reposer sur le tissu, mais grâce à Dieu, elle restait invisibles.

La langue pincée entre les dents, le dos arqué pour s’approcher le plus possible du sol ou reposaient les papiers, une quatrième feuille vint se poser à ses côtés. Un exemple, voila à quoi elle allait servir. Elle s’entrainerait d’abord dessus en s’assurant que chaque caractère était correctement écrit avant de s’appliquer à la tache finale.

Des notes explosives mineures, elle savait en faire, mais rien ne valait une petite reprise en main. Comme à l’école ou l’on travaille toujours sur brouillon avant de recopier au propre.


Il faut écrire et y insérer une quantité énergétique de chakra pour produire l’explosion.
Tout d’abord, le caractère principal où l’on stock le chakra.


Mari s’appliqua à écrire le caractère correspondant aux notes explosives, n’oubliant pas le moindre détail. Une sorte de Y renversé auquel sont rattachés plusieurs lignes formant des sortes de cases de part et d’autre de la barre principal du Y. Un peu plus haut se trouve une ligne séparant le motif en deux, au dessus de laquelle se trouve un rectangle barré sur la longueur.
Tout au long de l’écriture, le chakra affluait au travers de sa main, baignant la plume, suivant le flux continuel d’énergie jusqu’au papier et à l’encre pour être scellé comme il le fallait dans le caractère. Mari n’y incorpora qu’une petite quantité de chakra pour que l’explosion ne soit pas trop forte. Celui-ci n’était qu’un test après tout, et tout le monde sait qu’en matière de notes explosives la calligraphie ne change pas, seul la quantité de chakra influe sur la puissance de l’explosion.
Cela fait, la jeune femme s’appliqua aux autres caractères, dix au total.
Ces caractères ressemblent à des lignes ondulées qui servent à la propagation de l’énergie commune à beaucoup de sceau mais ici associé à ce caractère principal particulier provoque une explosion. Les lignes formaient une jolie aura autour du caractère centrale, chacune trouvant sa base au centre de la feuille et se dirigeant vers les extrémités.

Une bonne dizaine de minutes étaient passées à préparer convenablement cette note test durant lesquelles Mari étaient si concentrée que le monde aurait pu s’écrouler autour d’elle qu’elle n’y aurait rien vu. Une concentration qui aurait pu être ennuyeuse vu la tenue dans laquelle elle se trouvait et la position devenue de façon totalement fortuite aguicheuse pour un homme qui passerait dans le coin. Mais il était prêt, prêt au test que Mari allait effectuer.

Elle ouvrit la fenêtre, scella un tantinet plus de chakra dans la note pour l’activer avant que la feuille ne parte d’elle-même vers le ciel. Un tao et puis… boom.

La jeune femme était satisfaite d’elle-même. Elle avait les connaissances et rien perdu de celles-ci. Bien sûr l’explosion était si faible que personne ne l’entendrait à moins d’y prêter vraiment attention mais le résultat était là, Mari pouvait s’adonner à son travail maintenant qu’elle était sûre d’elle.

Ainsi, sans s’occuper du reste, la jeune femme passa le reste de l’après-midi et une bonne partie de la soirée à confectionner ses neufs notes explosives en vue de la prochaine épreuve. Certes elle n’y participerait pas, mais ces notes n’étaient pas pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mari
Désertrice en papier
avatar

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
PV:
15/15  (15/15)
PC:
93/93  (93/93)

MessageSujet: Re: [Chambre n° 35] Equipe de Kusa n°1   Mar 15 Jan - 22:30

C’était fait.

La jeune femme était toute excitée par ce qui venait de se passer. La première fois qu’elle tuait quelqu’un. De nombreux ouvrages décrivaient cet instant. Témoignages d’assassins en tous genre, aux expériences différentes, aux vies partagées, aux rancœurs dissimulées, tout un tas de choses qui les distinguaient des uns des autres et faisaient d’eux des êtres uniques.
Mais il était une chose, juste une qui les rapprochaient tous, ce même plaisir à ôter la vie à un autre être humain.
Ce plaisir qu’elle venait de connaitre, enivrant, passionnant, fascinant même, et pourtant à la fois si monstrueux. Une contradiction au plus profond d’elle-même qui ne la laissait pas indifférente, loin de là.
Chacun de ses membres semblait comme s’être embrasé suite au contrecoup de ce crime, ses poumons se gonflaient et se vidaient à un rythme endiablé, ses joues rougies lui donnaient une mine de gamine goinfrée et épanouie à coups de barbe à papa, mais quelque chose clochait malgré tout.

La porte s’ouvrit sans grande difficulté, la sécurité de la chambre qui leur avait été allouée, mais ce n’était pas pour autant que la jeune femme se sente mieux. A peine refermée, Mari se tint toute droite contre le battant sur gonds qui servait d’unique issue à la pièce. Cette dernière semblait aussi vide qu’à son départ, mais un profond sentiment d’être épiée lui tambourinait le crâne.
Elle avait besoin de quelque chose. Mais quoi ?
De l’air, oui de l’air.

En quelques secondes son manteau s’était retrouvé sur le lit, abandonnant l’adolescente à sa tenue la plus simple. Elle respirait, enfin. Elle se sentait mieux.


La lumière de la salle d’eau lui brûla en premier les rétines, toute une foule de sources lumineuses qui lui semblait être les flash de l’appareil photo qui lui prendrait le profil et la face avant d’être enfermée à jamais dans un trou où des dizaines et des dizaines d’autres personnes étaient enfermées comme elle.

Ce sentiment lui donna un peu plus le vertige, un monde qui tournoyait sur lui-même, une enfant perdue au milieu du carrousel de l’horreur qui ne la laisserait jamais partir. Cette musique de foire imaginaire qui ne faisait qu’accentuer le mal-être dans lequel elle s’était plongée.

Je suis sale, sale, sale, SALE !

Le sang perla le long de son front, effleurant ses paupières, s’adonnant à une étreinte charnelle avec le fard de ces dernières, laissant quelques coulées, bleues mélangées au rouge écarlate de son flux incessant. L’hémoglobine heurta le sol, elle se regarda dans la glace pour contempler les dégâts, mais elle se sentait belle, plus belle que jamais. Resplendissante d’horreur et de fierté, le sentiment du devoir accompli.

L’eau coula finalement, ses vêtements gisant à même le sol terreux de la pièce, et elle s’allongea, de tout son long, dans l’eau brûlante du bain qui devint son berceau. Sa renaissance, sa fleure de vie.

Les vapeurs s’échappaient, inondant la pièce d’eau évaporée, elle transpirait, ses cheveux étaient devenus humides et encore plus sales qu’à son arrivée. Il fallait qu’elle se lave, qu’elle se sente mieux.
Le silence.
L’eau s’immisça dans chaque recoin de son visage, son nez, ses oreilles, ses yeux, sa bouche, tout était baigné par la chaleur de l’eau purificatrice. Le silence de la mort, une ironie à laquelle elle ne s’attendait pas, elle s’y sentait tellement bien que la jeune femme aurait pu s’y laisser agoniser.

Mais son corps la sortit de sa torpeur, une douleur abdominale atroce, un élan du plus profond de ses entrailles qui la tira de l’eau.

Mouillée et dans le plus simple appareil, la jeune s’endormit, un bras au dessus des toilettes, la tête reposant sur le membre frigorifié, ignorant la pestilence de ce qui se trouvait quelques minutes plus tôt dans son estomac.

Elle s’endormit, mais elle ne rêvera pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mari
Désertrice en papier
avatar

Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 06/01/2007

Feuille de personnage
PV:
15/15  (15/15)
PC:
93/93  (93/93)

MessageSujet: Re: [Chambre n° 35] Equipe de Kusa n°1   Mer 16 Jan - 23:32

Le lendemain matin, Mari se réveilla dans la même position qu’elle ne s’était endormie la veille. Un étrange bourdonnement résonnait des oreilles jusqu’à son crâne, le bruit d’un réfrigérateur que l’on aurait laissé ouvert et qui tourne à plein régime.
Sa mâchoire décrivit quelques lettres, des O, des A, des E dans l’espoir incertain de déboucher les deux orifices qui lui faisaient office de conduits auditifs, mais rien n’y faisait, aujourd’hui serait une sale journée.

L’eau froide perlait sur son corps, un dur réveil auquel elle n’enviait rien mais qu’elle se devait d’endurer, un séchage rapide, des cheveux en épouventails, et une peau sans autre artifice que son teint naturel. Elle devait partir maintenant, quelle heure était-il ?

Dix heures.

La deuxième épreuve avait déjà commencé, bon point. Les shinobis de toutes les terres cachées devaient maintenant être concentrés sur une chose, ou deux. L’épreuve et le maintien de l’ordre.

La chambre de l’équipe une de Kusa avait demeuré vide, ce qui permit à de nombreuses interrogations de s’immiscer dans la tête de l’adolescente. Où étaient les autres ? Que pouvaient-ils bien faire ? Etaient-ils déjà rentrés à Shike ?

Etrange, même les « gradés » ne s’étaient pas réellement montrés. Quelque chose clochait, certes ce n’était pas pour déplaire à la belle, mais cela l’intriguait vraiment au plus haut point.
Un rapide coup d’œil dans la pièce, et son sac de voyage se retrouva sur son lit, dont elle n’eût même pas le temps d’apprécier le confort. Vraiment un voyage de merde. Mais soit, la vie d’un shinobi est composée de hauts et de bas, et c’était le labeur de chacun que de s’en accommoder.

Quelques minutes plus tard, Mari enfila des escarpins de couleur bleue, de longs bas à rayures blanches et toutes aussi azures qui s’alliaient parfaitement à ses chaussures, une petite jupe façon tutu de la même couleur, et une légère chemise un peu plus clair pour adopter la chaleur de Suna.
La fleure de ses cheveux fut remplacer par une paire de lunettes noires qui maintenait sa frange en place, un coup de mascara et la voila prête à rentrer à la maison.
Autant dire qu’elle n’avait plus rien à voir avec le look qui fut le sien jusqu’à présent.

Sans prendre le temps de vérifier si les affaires des autres étaient toujours là, la jeune femme partit, abandonnant les déserteurs solitaires à leur sort, en fait, elle s’en fichait bien de ce qu’ils pouvaient faire de leur temps. Mais elle restait toujours aussi intriguée, tracassée plutôt.



Bonjour, je viens signaler que je prends congé. Ayant échoué à l’examen, je retourne dans mon pays. Mes équipiers et nos professeurs ne devraient pas tarder, mais j’ai envie de faire les boutiques. Alors vous n’aurez qu’à dire que Chichi les attends à la gare. Bye bye !

Sans attendre de réponse, Mari s’éclipsa de l’internat et prit la route de Shike.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Chambre n° 35] Equipe de Kusa n°1   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Chambre n° 35] Equipe de Kusa n°1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nedjema : Equipe nationale
» [Chandernagor, Françoise] La chambre
» Mon equipe de Blood Bowl
» Walt Disney World - Hôtels - Chambre 5 personnes
» ma chambre entierement relookee

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Gaiden :: Les trois villages principaux :: Suna no Kuni :: Village :: Internat-
Sauter vers: