Naruto Gaiden

Jeux de Rôle Rp sur l'univers Naruto
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une bien triste journée [ouvert à tous]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Misame Ukigawa
Chuunin de Suna
Chuunin de Suna
avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 24/11/2007

Feuille de personnage
PV:
51/51  (51/51)
PC:
203/203  (203/203)

MessageSujet: Une bien triste journée [ouvert à tous]   Lun 4 Fév - 0:20

Une fin? Il ne tient qu’à l’ensemble des Sunaiennes et Sunaiens de faire en sorte que ce ne soit qu’un début, il ne tient qu’à tous de faire perdurer les valeurs qu’ils leurs ont inculquées…
Il est midi. Le silence pèse sur Suna, un silence inhabituel, toutes les échoppes sont closes, la cité semble morte. Misame, seul auprès de la future sépulture des défunts fini de s’acquitter de la mission confiée par la nouvelle direction. Son visage aux sourires multiples, d’ordinaire si enclin à s’amuser, bien que serein en apparence est cette fois ci fermé, comme vide de toute envie de s’éclairer. La cigarette, tenue maladroitement entre l’index et le majeur finit de se consumer lentement.
Une journée comme les autres au pays du vent ? Non. Son village caché s’apprête de tous ses atours pour une journée particulière. L’air est plus lourd que jamais, le soleil plus brûlant, ses rayons attaquant vivement les peaux mal protégées. Le vent, très léger, soulève le sable ocre de l’endroit qui part s’engouffrer ici et là dans les demeures suffocantes, fenêtres ouvertes en quête d’un air un peu plus respirable. Un signe ? La mort est un fardeau qui ne peut être balayé que par un souffle commun. Bientôt la foule de shinobi s’amassera, nombreuse il l’espère, pour honorer ses trois combattants, ces trois hommes qui jusqu’au bout se seront battus pour des idées qu’ils espéraient fondatrices. Rin, Kazekage…Kotaro, Kazekage secondaire…Ichiga, Jounin respecté du clan Toghihiwa…trois figures emblématiques tombés au combat, presque en même temps, sans jamais courber l’échine, pour défendre ce en quoi ils croyaient…l’esprit du vent…celui là même qu’ils ont légués aux générations futures…Rin, Kotaro, Ichiga...vous méritez notre respect.
Une fois les dépouilles des trois shinobis ramenées au village, on avait donc chargé Misame des préparatifs de la cérémonie funéraire. Trois emplacements avaient été décidés pour déposer les cercueils contenant les trois corps que l’on placerait côtes à côtes, dans trois trous derrière lesquels sélevait une plaque indiquant la date et les conditions de leur décès ainsi que cette phrase si souvent entendue...pour Suna jusqu'au bout. Abritées sous une toile thermique, plusieurs gourdes d’eau fraîche étaient installées sur trois grandes tables en bois, prêtes à désaltérer la foule pendant le temps que durerait la cérémonie ; ainsi, toute la file de ninjas, que l’Ukigawa rejoindrait bientôt, pourrait se recueillir en toute quiétude.
Essuyant d’un revers de main la sueur perlant sur son front, Misame se releva et se dirigea vers la table, se positionnant à l’angle pour distribuer les gourdes au cortège funèbre qui n’allait pas tarder à se pointer, déambulant actuellement dans les ruelles avant que les trois ne soient mis en terre. Des bruits de pas se rapprochaient…ça y est, ils arrivaient, prêts à rendre un dernier hommage à ceux dont l’image resterait gravée dans la mémoire collective.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryomô Sonsaku
Genin de Suna
Genin de Suna
avatar

Nombre de messages : 75
Age : 33
Date d'inscription : 25/01/2008

Feuille de personnage
PV:
15/15  (15/15)
PC:
74/74  (74/74)

MessageSujet: Re: Une bien triste journée [ouvert à tous]   Lun 4 Fév - 9:26

Ce jour était particulier : J'avais reçu une invitation dans ma modeste boîte au lettre, adressé à chaque ninja de Suna, qu'ils soient étudiants ou ambu, concernant la mort de trois shinobis haut gradés et visiblement respectés de tous...Ou presque. Je ne sais pas pourquoi j'y avais répondu. C'est vrai, je ne les connaissais pas du tout, sauf de renommé. Je ressentais cependant de la peine et un étrange mélange de sentiments, car peut-être aurais-je pu faire quelque chose pour éviter cette catastrophe nationale. Aussi décidais-je d'honorer cette invitation, et ce quoi qu'en dise mes voix...

*Qu'est ce que t'en a à fiche? Va plutôt t'entrainer, ce sera plus utile pour ton avenir que de trainer!*

Quel manque de respect et de sensibilité! Et dire qu'elle me contamine de son poison tous les jours...
Je sortais de ma modeste maison, après avoir avalée vite fait un bon petit-déjeuné. Les rues étaient tristement vide en ce jour de deuil. Quoi que je traversais, tout était vide. De quoi s'interroger sur la banalité de la vie! Mais je vous épargerai cette vision pessimiste de la chose, je vous ai tellement bassiné avec ça pendant mes cinq ans d'errance dans le désert arride du pays du vent...Finalement, j'arrivais devant un amoncèlement de ninjas. J'était en effet arrivé dans le cimetierre, où une bâche avait été installé pour protéger les participants des rayons assassins du soleil. Je regardais autour de moi : Beaucoup avaient le visage incliné vers le bas, ne cherchant à dévoiler aucuns des sentiments qui les hantaient aujourd'hui. Quand au mien, il était comme à son habitude impassible et inanimé, et ne laissait rien transparaître, sauf peut-être de froideur. Mais j'étais présente pour rendre hommage à des shinobis fidèles à leurs nindôs et réputés à travers tout le pays. Même dans mon pauvre village, j'en avais eu vent, c'est dire!

Rendre hommage, oui, mais à ma manière! Je m'approchais des corps, soufflais deux ou trois fois, puis je me lançais.
Je saisissais une poignée de sable et la jetait sur l'homme en disant :


"Puisse tout le pays entier t'accompagner dans ton voyage dans l'autre monde!"

Puis, depuis ma gourde personnelle, je versais de l'eau dans ma paume, et jetais le liquide sur l'homme en disant :

"Puisse ce breuvage salvateur t'aider dans ce voyage!"

Je craquais une allumette, puis la jetais sur l'homme en disant :

"Puisse ce feu éclairer ton chemin!"

Et enfin, je m'accroupis. Les plis de mon kimono s'animaient à chacuns de mes mouvements, exécutés avec calme, sérénité et maîtrise. Je soufflais.

"Puisse cette brise légère t'amener sans encombre au royaume d'Izanagi!"

Je me relevais tranquillement, et je refaisais cette courte cérémonie aux deux autres shinobis. Une fois fini, sans aucun regard adressé aux vivants, je m'éloignais de manière à suivre l'hommage de loin. Ca peut parraître paradoxale pour moi, descendante d'une lignée de ninja-soigneur et moi-même future médecin, mais j'ai une relation privilégiée avec les morts, plus qu'avec les vivants. Qui peut savoir d'où peut venir un tel comportement! Les bras croisés, j'attendais de suivre le cortège funèbre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitie Togihiwa
Genin de Suna
Genin de Suna
avatar

Nombre de messages : 197
Age : 23
Localisation : En route pour Konoha...
Date d'inscription : 05/04/2007

Feuille de personnage
PV:
27/27  (27/27)
PC:
89/89  (89/89)

MessageSujet: Re: Une bien triste journée [ouvert à tous]   Lun 4 Fév - 14:41

Comme dans un merveilleux et sombre tableau, ou l’on pouvait presque sentir la pluie froide ruisseler sur notre visage, le malheur s’abattit sur le village et dans le cœur de ses habitants. Mais quand était il de celui de la pauvre Kitie ? Ichiga représentait tout pour elle, le meilleur ami, le frère qu’elle n’avait jamais eu. Un être pour qui elle se serait sacrifiée un million de fois. Pouvons nous parler d’amour ? Je crois que c’est encore au dessus de tout ça…
Comme un tambour lent et lourd, le cœur de la demoiselle battait. Comme un éclair, une lame vint percer le cœur de la jeune aveugle. Comme un puissant vent, une profonde tristesse d’abattit sur le clan Togihiwa.
Comment avait il put laissé sa cousine…pourquoi en ce jour la vie de Kitie s’était elle assombris pour l’éternité ? Le devoir et l’honneur…chose qui servent à nous faire oublier nos proches, et notre amour que nous nous portons. Etait il égoïste de penser ceux-ci ? Son sacrifice avait sûrement sauvé nombres de vies, mais il acheva celle de Kitie.
Un grand et long hurlement vint déchirée le silence de mort de la cérémonie…




« Naaaaaaaannnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn… »

La jeune Togihiwa avait été prévenue du drame… Kitie effondré par la nouvelle, à la limite de sombrer dans la folie, se rua sur la dépouille de son défunt cousin. Frappant de ses mains fragiles sur le cercueil, et les yeux ruisselant de larmes et parlait tant bien que mal...

« Comment tu as pus me faire ça ! J..je..je n’avais que toi au monde…pourquoi...pourquoi Ichiga tu me laisses dans le noir… »

Sa tête se posa contre le morceau de bois, sa bouche coulait, ses larmes ruisselaient…Elle s’en moquait, elle n’avait envie que de rejoindre son cousin dans la tombe.
Le pleure de la jeune femme déchirait l’air, une partie de son âme et de son cœur s’était éteinte ce jour là.
Malgré tout, elle restait inconsolable… elle n’arrivait pas à se contrôler, la douleur était trop forte et la blessure était trop profonde…
Ses cheveux d’habitude si beaux, cachaient à présent son visage défiguré par la tristesse. Elle restait là en sanglot, ne voulant pas quittez son cousin, répétant sans cesse les même mots…


« Pourquoi tu me laisse dans le noir… »

*Je t’aime Ichiga…*

« Pourquoi tu me laisse dans le noir… »

Une fleur fane, et une autre repousse. Tel est le destin, tel est la vie que nous connaissons…
Ce jour noire restera encré dans l’histoire du village, comme l’un des plus sombres. Trois personnes de qualités ont donnés leurs vies pour sauvés la cause qui leurs semblait juste, nous leurs devons tous une reconnaissance infinis…



[Hrp: Vous m'excuserez du post à Suna, mais je ne pouvais pas être absente en ce jour si triste...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fitz Kosama
Genin de Suna
Genin de Suna
avatar

Nombre de messages : 1280
Localisation : regarde les étoiles allongé sur un toit de Suna...
Date d'inscription : 04/06/2007

Feuille de personnage
PV:
30/33  (30/33)
PC:
105/129  (105/129)

MessageSujet: Re: Une bien triste journée [ouvert à tous]   Lun 4 Fév - 16:41

Fitz avait, comme tout habitant du village de Suna, appris une nouvelle plus que malheureseuse. Aujourd'hui serait surement un des jours les plus tristes de l'histoire de Suna. L'enterrement de trois grands du vent : La Kazekage Rin, son Suppléant Kotaro, et le Jounin Ichiga Togihiwa, tout trois avaient rejoint les esprits du vent, tombé au combat avant eux. Le petit génin avait bien sur répondu présent au dernier homages qui leurs serait rendue, en compagnie de tous. Même si les choses que lui avait fais subir le Kazekage ne pouvaient pas être qualifié de "gentils" cet homme était la force du village, le plus puissant des ninja du vent, et il venait de terminer sa vie. Kotaro, lui aussi avait était un des mentors de Fitz. Il avait sut être dur avec le génin tout en étant généreux, et Fitz se souviendrait toujours de ces hommes d'exceptions. Le dernier Ichiga, Fitz ne l'avait pas connue, mais le clan Togihiwa était renommé dans tout le village.

*Triste journée...*


Fitz se faufila entre toutes les personnes présentes, toutes tristes, jusqu'aux trois cerceuils, et il s'agenouilla devant ceux-ci. Contre toute attente, il sentit perler une larme au coin de sa joue, qui tombat directement entre les trois prisons de bois. Il ne pensait pas qu'il pleurerait, même s'il était triste, mais peut étre se rendait il compte un peu tard que malgrés les traitements des deux hommes, ceux ci avaient étaient les seuls à s'occuper de lui dans toute sa vie.

* Il étaient le plus se qui se raproche d'un pére... sévèré justa quand il le faut...*

Puis, le jeune homme se redressa, frottant le sable accroché à son costume noir, qu'il avait revétut pour l'occasion. C'est à ce moment qu'une jeune fille, qui Fitz reconnut rapidement, arriva, et tomba en pleure devant le cerceuil du jounin. Kitie Togihiwa, elle était de la famille de jounin. Fitz comprenait se qu'elle ressentait, sans vraiment l'avoir vécu, car il n'avait jamais perdu aucun membres de sa famille. Doucement, il approcha, et s'agenouilla à ses côté, avant de lui parler d'une voie douce, emprunte de sincéritée et de compassion.

"Je suis désolé... Aujourd'hui est un jour de deuil dans tout Suna."

Puis, il haussa un peu la voix, afin que d'autres l'entendent.

" Il sont morts, mais seront toujours présent dans nos coeur. Jamais ils ne tomberont dans l'oublie temps qu'on se souviendra d'eux. Toujours, il nous accompagneront, et seront fiers de nous, de ce que nous accomplirons ensemble, porté par l'esprit du vent, par leur esprit, et celui de tout les shinobis de Suna morts au combat. Rendons leur hommage."

Fitz avait laissé sa passion parler. Il avait dit ce qu'il avait sur le coeur, se en quoi il croiait, se qu'il voulait faire devenir réalité. Le jeune génin resta ainsi, devant les corps des défunts, et regrettés, aux côté de la jeune Togihiwa, et une autre larme roula sur sa joue, qu'il laissa tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kogane
Jounin de Suna
Jounin de Suna
avatar

Nombre de messages : 730
Age : 25
Date d'inscription : 10/08/2006

Feuille de personnage
PV:
57/57  (57/57)
PC:
116/116  (116/116)

MessageSujet: Re: Une bien triste journée [ouvert à tous]   Lun 4 Fév - 18:00

Comment pouvait-on qualifier un tel jour? Triste. Cet adjectif n'était pas assez fort pour décrire le sentiment de vide qui avait gagné la Jounin. Elle avait toujours su que la vie d'un shinobi était risqué, et pouvait vraisemblablement conduire à une bien triste destinée. C'était les durs lois de la vie. Les gens partaient à cause de l'âge, d'accidents, de maladie. Dans ce cas-ci c'était pour le village. Pour Suna. C'était une mort honorable qui ne pouvait que rechauffer le coeur de tout les habitants de Suna. Ce n'était d'ailleurs pas qu'une simple mort, en effet il y avait bien eu trois morts. Trois morts dont la réputation était telle que tout shinobi de Suna se devait de les connaître au moins de nom.

Parmi eux Ichiga, Jounin venant du célèbre clan Togihiwa, elle avait connu certains membres de ce clan et avait déjà vu le jeune homme. Un simple regard. Elle regrettait maintenant de ne pas avoir chercher à le connaître davantage, mais maintenant il était trop tard. Malheureusement trop tard. Elle n'avait également pas eu la chance de connaître Kotaro, Kazekage secondaire, qui était mort lors de leur mission. Il devait être doué, elle ne le savait pas exactement. A vrai dire, le peu qu'elle connaissait de ces derniers, se limitait à leur nom, à leur réputation et à une simple idée général de leur personne. C'était dommage...

Dernier mort et pour le moins celui qu'elle connaissait le plus: Rin, le Kazekage. Elle avait eu la chance de l'avoir comme sensei, c'était en parti grâce à lui qu'elle en était arrivé là et n'avait jamais eu l'occasion de le remercier pour tout ce qu'il lui avait fait. A vrai dire, elle avait eu tendance à le traiter comme un gros pervers voire comme un bon à rien. Du moins en apparence. Désormais, elle regrettait de ne pas avoir attacher tant d'importance à son sensei, ne pas l'avoir traiter comme elle l'aurait dû, de ne pas avoir dit les mots justes...Elle avait toujours tenu à lui dans un sens, peu importe ce qu'il avait pu faire...De par son rôle de Kazekage, de sensei et peut-être même d'ami...

A vrai dire lorsqu'elle avait appris leurs morts respectifs, elle avait eu du mal à y croire. C'est bizzare, lorsqu'il s'agit de personne que l'on connait, la mort parait tout de suite invraisemblable. Etrange. Pourtant c'était la triste vérité, ils avaient quittés ce monde. Enfin...Pas exactement. Ils avaient chacun leur place dans son coeur. Kogane savait fort bien qu'elle ne les oublirait pas. Des personnes aussi renommés et attachés à leur village ne devait de toujours exister dans un sens.

Pour en revenir à la situation même et l'état actuel des choses, on pouvait dire que l'ambiance était étrange. Normal. C'était un moment de deuil...Pour sa part, Kogane se sentait réellement mal, elle n'avait d'ailleurs pas chercher à cacher ses sentiments. Elle avait envie de pleurer. Bien qu'un shinobi se devait de retenir ses larmes, il était humain d'avoir envie de libèrer ses émotions. D'ailleurs, les larmes ne tardèrent pas à couler. Tout d'abord lentement, puis peu à peu à flot. Elle cherchait pas à les sècher. Non. Trois grands hommes étaient morts, comment pouvait-elle être encore maître de ses émotions?

Elle ne faisait guère attention aux autres personnes présentes en ces lieux. Peu lui importait de voir des personnes qu'elle connaissait ou pas. Seule sa souffrance avait sa place, pour le moment. Elle la dévorait. Lui faisait un mal fou. Lui donner le sentiment d'être dans un monde injuste qui prenait les personnes chères à son coeur, l'une après l'autre. Pourquoi les choses prenaient une tournure aussi négatif? Pourquoi donc était-ce les meilleurs qui partaient les premiers? Pas le temps de se préoccuper des questions absurdes, son esprit n'en avait plus la capacité. Elle ne pouvait rien dire. Des paroles n'auraient rien changer. Elle ne pouvait rien faire: on ne pouvait pas retourner en arrière...Il ne lui restait plus qu'une chose à faire: souffrir en silence, en laissant ses larmes coulaient librement. Et pas seulement.

Ils avaient sacrifiés leur vie pour le village. Bien que leur mort faisait peine voire plus, nous faisez souffrir. Ils étaient l'exemple même d'un ninja accompli...

_________________
Kogane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atria Washiga
Genin de Suna
Genin de Suna
avatar

Nombre de messages : 490
Age : 29
Localisation : Suna no Kuni
Date d'inscription : 20/06/2007

Feuille de personnage
PV:
34/42  (34/42)
PC:
81/83  (81/83)

MessageSujet: Re: Une bien triste journée [ouvert à tous]   Lun 4 Fév - 21:13

Atria n’avait pas dormit de la nuit, faisant encore son cauchemar habituel. Pourtant, cela faisait un moment qu’elle ne le faisait plus, mais certains événements avaient réveillé des souvenirs douloureux. La jeune fille avait à peine les yeux ouverts lorsque sa mère vint lui annoncer l’affreuse nouvelle. Abasourdie elle resta bouche bée, n’arrivant plus à parler, ne sachant quoi dire. Elle avait encore du mal à y croire : trois grandes personnes de Suna. Même avec le respect qu’elle devait à son Kazekage, Rin, c’était surtout la disparition de Kotaro qui l’avait le plus sidéré.
Atria déambula dans les pièces de sa maison en oubliant ce qu’elle venait y faire. Elle était complètement perdue. Finalement elle réussit à se préparer pour une cérémonie des plus triste.
Vêtu d’une grande robe noire à manche courte, ample au niveau du cou, la jeune fille marcha dans les ruelles de Suna pour arriver à l’endroit ou se passé l’enterrement. Elle ne s’était pas pressée pour y arriver, traînant le pas, manquant à mainte reprise de faire marche arrière. Les images de son père qui revenait de plus en plus souvent. Elle pleuré déjà avant même d’être arrivé. Les larmes coulèrent toutes seules le long de ses joues. Mais pourquoi pleurait elle ? Pour ces shinobis, important aux yeux de tout le village, ou pour son père. En faite elle ne le savait pas, c’était surtout un raz de bol général. Marre de voir des personnes mourir pour une cause qui leur semble juste, d’être impuissante face à ce genre de drame, de ne pouvoir faire autre chose que de pleurer leur mort. Elle n’avait même pas de souvenir de l’enterrement de son père, elle ne savait pas si elle avait pleuré, ou si au contraire elle n’avait rien ressentit. Peut être avait elle, justement, peur de retrouver la mémoire dans un moment comme celui –ci. C’était frustrant, pour elle, de ne pouvoir faire quoi que ce soit pour ce souvenir, mais là il fallait qu’elle arrête de penser à ça, car c’était d’autres personnes qu’il s’agissait.
Atria sécha ses larmes d’un revers de sa main, les marques de rougeurs s’estompèrent et elle partit en direction de la cérémonie.

Sur le chemin elle avait pensé à Kitie. En effet le troisième shinobi était une personne de sa famille. Elle avait eu des rapports tendus avec cette dernière, mais dans un moment comme celui-ci, il fallait quand même qu’elle tente de lui parler. Pourtant rien ne lui obligé à le faire, surtout dont la manière qu’elle la traitait, mais Atria n’était pas du genre à tourner le dos à une personne qui est dans la souffrance.
Lorsqu’elle arriva la première chose qu’elle entendu c’était un cri. Elle ne reconnue pas de suite de qui il s’agissait, mais les émotions commencèrent à monter. La gorge nouée, une boule dans le ventre, elle pris une bouffée d’aire avant de reprendre. Quand elle leva la tête, elle ne pouvait que restait là, à regarder la peine des autres personnes et surtout celle de Kitie. Elle la voyait rongé par la douleur. Une douleur qui n’en finissait plus. Et encore ce n’était que le début pour elle, Atria en savait quelque chose. Le plus dur était de vivre avec, en y pensant moins, mais sans jamais oublier et ça, Atria avait encore du mal à le faire. Elle s’approcha pas à pas d’elle, ne voyant aucune autre personne, jusqu’à ce que Fitz vint aussi, pour la soutenir.
La jeune fille arriva à sa hauteur, elle ne savait pas vraiment quoi lui dire, mais sans qu’elle ne s’en aperçoive les mots, les plus sincères, s’enchaînèrent, tout seuls.


« Quoi qu’il arrive, et malgré nos différents, dans un moment pareil tu peux compter sur moi ... Kitie »

Atria regardait Kitie, voyant les traits de son visage, devinant la tristesse dans ses yeux, même avec son bandeau dessus ; elle ne pouvait être insensible à la douleur de la jeune Togihiwa. Elle avait d’ailleurs mis ce qu’elle ressentait pour elle de côté, l’heure n’était pas au règlement de compte, mais au contraire il fallait la soutenir.

_________________
Flood-bannière !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitie Togihiwa
Genin de Suna
Genin de Suna
avatar

Nombre de messages : 197
Age : 23
Localisation : En route pour Konoha...
Date d'inscription : 05/04/2007

Feuille de personnage
PV:
27/27  (27/27)
PC:
89/89  (89/89)

MessageSujet: Re: Une bien triste journée [ouvert à tous]   Mar 5 Fév - 18:14

Tous ce monde, c’était ça l’esprit du village. Nous sommes tous frères, tous camarades et c’est ensemble que nous surmonterons les problèmes. Même si Kitie savait qu’un jour ou l’autre cela devait se produire, elle ne s’y était jamais vraiment préparée. Personne n’est jamais vraiment préparé face à ce genre de choses. Ichiga représentait pour elle bien, bien plus qu’une présence, il était le modèle, l’espoir, et ce qu’il y avait de mieux en Kitie. Tous ses moments de bonheur en sa compagnie, ses rires, ses pleures et cette complicité inexplicable. Pourquoi la vie l’avait il arraché à sa famille, à son village. Il était si jeune…

Kitie était resté là, au coté du compagnon Atria, sans le regarder, sans pouvoir lui parlé. Comme gelée, elle restait figée, restant dans l’impossibilité de faire quoi que se soit. Elle regarda les alentours, cherchant des yeux son grand père, mais elle s’attrista de ne pas le voir. L’avait il abandonné lui aussi ?
D’un geste de main elle retira son bandeau bleu nuit, laissant ses yeux mouillé fermés. Elle le posa délicatement sur le cercueil, donnant ainsi ce qu’elle avait de plus chère à son défunt cousin.
Même si elle ne le savait pas, le deuxième corps, le deuxième cercueil appartenait à son premier senseï. Le premier qu’il l’a pris en main à son entrée à l’académie. Rin Kazekage, un homme que Kitie aurait bien voulus connaître d’avantage.
Dans ses pleures elle vit une silhouette s’approché, une ombre triste et reconnaissable. Atria s’arrêta aux cotés de la jeune Togihiwa et lui prononça ses quelques mots. Des mots bien à elle, qui ne pouvait que réconforté la jeune fille. Toujours en larmes Kitie se leva, les poings serers, elle se posa en face de la jeune Washiga, leva la tête et ouvrit les yeux. Des yeux remplis de larmes et de beautés. Un mélange de désespoir et d’océan.
On pouvait lire dans son cœur à livre ouvert, tout semblait attirer par cette couleur vive. Kitie restait là le poing serrer, et d’un coup, sans crier garde, elle se propulsa sur Atria.
Atria, pour ainsi dire très surprise n’eut pas le temps d’éviter, que Kitie se retrouva à son cou l’enlacent avec force. Elle pleurait sur son épaule, une épaule qui avait déjà servis à apaiser des chagrins, même si les mémoires l’effacent.


« N…ne me laisse pas Tia…je..j..je t’en supplie..ne me laisse pas… »

Rien ne semblait aller, le temps était comme figé. Qu’il était bon de ressentir cette sensation d’amitié. Une sensation si lointaine pourtant. Atria… à tu vraiment tout oublier…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karynn
Kazekage secondaire
Kazekage secondaire
avatar

Nombre de messages : 815
Age : 44
Localisation : dans le désert......
Date d'inscription : 18/09/2006

Feuille de personnage
PV:
150/150  (150/150)
PC:
738/738  (738/738)

MessageSujet: Re: Une bien triste journée [ouvert à tous]   Mar 5 Fév - 18:37

Les préparatifs avaient été conduit avec diligence et efficacité. La cérémonie était à la hauteur des trois hommes à qui ont rendez hommage. Tous le village semblait s'être réunis pour cet hommage. Karynn regardait tout cela de loin. Elle se sentait vide et n'avait pas envie de se mélanger à toutes ses larmes. Des trois hommes, seul Rin était celui dont elle s'était sentit la plus proche. Il avait été son senseï, elle gardait en elle tout les souvenirs des entrainements qui lui aviat fait subir. Elle le revoyait aussi entrain de faire la sieste au lieu de s'occuper des dossiers qui recouvraient son bureau.
Permis tout ces visages, elle ne chercha un et le trouva. Celui de l'assistante du Kazekage, de la femme qu'il avait aimé. Elle seule semblait pouvoir faire entendre raison à cet homme. D'elle seule, il accepté les critiques. Kotaro et Hichiga était des inconnus pour elle, comparé à Rin. Mais ils avaient été des shinobis du village, tous deux étant mort pour lui. Ils étaient des frères mort au combat, leur valeur, leur nom rendait leur disparition tragique.
Mais bon nombre de shinobis de Suna avait connu la mort récement. L'attaque mené sur les forces de Iwa avait eu un coup. Ceux la, ces anonymes avaient tout autant droit à un cérémonie aussi grandiose. Mais le conseil du village en avait décidé autrement et en l'absence de Kage leur parole avait été loie. Karynn serra le mot que Hattori lui avait remit à leur retour, les derniers de Rin. Elle ferait de son mieux pour suivre sa volonté et qu'il continue à être fier d'elle.
Puis sans plus de bruit qu'un battemetn d'aile elle quitta la cérémonie. Ses larmes coulaient sur ses joues, elles étaient de sang. Elle avait un autre rendez vous, d'autres morts à saluer.

_________________


Missions:
25 de rang D, 24 de rang C, 22 de rang B, 17 de rang A et 6 de rang S
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Batanen Fujioka
Genin de Suna
Genin de Suna
avatar

Nombre de messages : 99
Age : 28
Localisation : Dans un trou a suna
Date d'inscription : 28/11/2007

Feuille de personnage
PV:
33/33  (33/33)
PC:
41/41  (41/41)

MessageSujet: Re: Une bien triste journée [ouvert à tous]   Mar 5 Fév - 20:28

Batanen s'avanca silencieusement vers la foule.

Des gens pleuraient... d'autres avaient les levres crispées et les yeux fermés, une femme etait effondrée et criait.
Le monde semblait chaotique, les gens tels des statues endeuillées fermaient les paupieres.

au fur et a mesure de sa progeression dans la foule, une boule commenca a se former dans sa gorge.
Batanen savait pourquoi il etait ici, recamment arrivé a Suna il n'avais pas eu le plaisir de faire connaissance avec l'ancien Kazekage, il se devait donc au moins de lui dire adieu, deja l'emotion des gens aux alentours s'infiltrait en lui, une telle tristesse, regrets et accablement subits par les autres personnes pour les 3 hommes morts au combat semblait comparable a la perte de l'etre le plus cher au monde.
Sa vue commencait a se troubler a cause des larmes, et meme pour lui, il fut dur de les retenir de couler, ce n'est qu'arrivée devant l'autel sur lequel reposait les trois cerceuils, ainsi que leurs trois photo respectives.
Batanen grava dans sa memoire leurs details, et essaya d'imaginer ce qu'ils avaient du etre, leur taille et autres...
Puis, une fois les details physiques etudiés, Batanen ecouta les commentaires a leur adresse, souvent personels, il lui servaient a cerner leur caracteres, leurs esprit.
Et pour finir, batanen s'approcha tout pres et dit a bas mot:

"Merci..."

Puis un sourire attristé, au bord des larmes, il repartit apres un bref dernier regard sur les trois photos ...

Une fois au loin, il se terra dans une ruelle et en profita pour leur dire au revoir dans le calme la serenité et la tristesse, SA tristesse cette fois ci.

Et alors comme derniere parole a leur adresse, il leur assura de tout faire pour qu'ils soient vengés.


Mais la vengeance est un plat qui se mange.... tres froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hattori Hanzo
Jounin de Suna
Jounin de Suna
avatar

Nombre de messages : 675
Age : 31
Localisation : en train de manger du sable
Date d'inscription : 23/09/2006

Feuille de personnage
PV:
99/99  (99/99)
PC:
284/284  (284/284)

MessageSujet: Re: Une bien triste journée [ouvert à tous]   Mar 5 Fév - 22:31

Dissimulé dans la foule de shinobis qui étaient venus rendre un dernier hommage silencieux au x nombreux morts des affrontements contre les forces armées d'Iwa no Kuni; Hattori Hanzo, la tête basse, une main se carressant machinalement la gorge, était vêtu d'une tunique entièrement noir signifiant clairement qu'il portait le deuil, comme tout le village. Ses pensées se portèrent presque uniquement vers le Kazekage, Rin Takaï et sur le jeune Chuunin, Ichiga Togihiwa. Bien sûr, il avait prononcé, une prière discrète et une pensée émue pour les autres disparus mais ces deux personnes lui étant bien plus chère, lui acaparèrent toute son attention et toutes ses pensées.

A l'inverse de tous les shinobis réunis aux pieds de la sphère administrative du village, il avait été la dernière personne à avoir vu et parler au Kazekage. Il avait assisté ce dernier pendant son combat contre l'homme au manteau sombre et c'est lui, simple Jouin qui avait rammené son corps encore chaud et couvert de sang jusqu'au village. Cet homme avait été tout pour lui et il était passé par tous les rôles vis à vis du jeune Hanzo, d'abord Kage, puis professeur, chef d'équipe, sensei attitré et enfin "ami" et désormais le jeune homme le pleurait comme un parent. Rin avait cru en lui et l'avait transporté jusqu'à son rang actuel. Hattori savait qu'il lui devait tout mais il savait aussi qu'il ne pourrait plus lui être reconnaissant. Les derniers mots inscrits sur des bouts de papier revenaient encore faire écho dans sa tête ... rien ne serait pareil, rien ... le sable ne sera plus aussi chaud et doux, le vent ne sera plus aussi mordant et cruel, la vie n'aura plus la même saveur car l'impression d'indifférence, de nonchalance fixée sur le visage de Rin ainsi que l'odeur de son thé au citron n'étaient plus. Il n'était plus! Malgré tout, la voix de son sensei presistait encore en lui comme un souvenir qui ne souhaite pas être oublié, sa voix était toujours présente et elle retentit puissament en remémorant au jeune Jounin des mots que son maître lui avait lancé un jour alors qu'ils discutaient de manoeuvres d'approche lorsqu'ils se déplaçaient en équipe.


"Je vais te dire Hattori-kun, ce que m'avait dit mon père l'une des rares fois où il m'avait parlé non pas comme à un shinobi mais comme à un fils: Suna est la demeure dans laquelle je vis! Le Kazekage est le pilier principal, celui qui se dresse et la protège éternellement! Il receuille sa volonté et sa souveraineté. Chaque année, de nombreux shinobis naissent et sont éduqués dans le village de Suna. Ils vivent, se battent, protègent leur village ... ils vont jusqu'à mourir pour ce qu'ils chérissent. Fils ... même si je ne suis pas uni à chacun d'eux par les liens du sang, ils sont tous pour moi très précieux ... si précieux! Ne l'oublis pas!"

Hattori déglutit faiblement, essayant de refouler silencieusement ses larmes mais renonçant soudain à toute retenue, il inclina un peu plus la tête pour que le sable absorbent les gouttes de d'eau qui couraient le long de ses joues. La voix de Rin était de plus en plus claire et de plus en plus forte.

"Les époques passent et le monde change ... mais le combat reste!"

Le visage désormais crispé par la douleur, Hattori était secoué par les hoquets nerveux. Il se rendit enfin compte, qu'il ne verrait plus le visage souriant, rieur et jovial de son maître. Tout comme celui de son ami et frère Ichiga ... comme une telle chose avait pu se produire. Eux qui étaient si forts, eux qui étaient si invincibles et téméraire face aux adversaires et à la mort. La bouche pâteuse et la gorge sèche, Hattori ne regardait que ses pieds qui devenaient flous. Il avala sa salive avant de se redresser complètement. Il se devait ou plutôt il leur devait un dernier instant de respect. La douleur, la mort, le deuil et les combats faisaient partis de la vie d'un ninja et tous les visages, qui étaient tournés vers les dépouilles qui allaient bientôt subir le rite de la purification par le feu, en étaient conscients. Ils savaient qu'un nouveau dirigeant allait s'élevait parmis eux pour les mener vers d'autres horizons et étant donné qu'il avait lu les deux derniers testaments de Rin, il savait qui était le prochain Kazekage aussi décida-t-il en l'honneur de son maître et de son frère de sang, de tout faire pour la servir encore plus fidèlement qu'il ne l'avait fait pour son défunt sensei.

Lentement, il sortit un kunai de sa sacoche dorsale et le plaçant dans son poing qu'il serra autour de l'arme tranchante, il le tira d'un coup sec pour faire jaillir le sang de sa main droite. Le poing toujours fermé, il le porta à sa bouche et appliquant ses lèvres sur son poing ensanglanté, il murmura entre ses dents.


"Je le jure ... Il ressera un peu plus son poing ... par mon sang."

Et jetant un dernier regard vers les corps qui semblaient déjà lointain, le Jounin se détourna enfin de la masse sombre qui s'était réuni devant eux. Fredonnant une complinte apprise par son ancien maître, il se dirigea vers les portes du village.

"Le sable m'enlace, je ne vois plus que lui
La chaleur m'accable et goûte jusqu'à ma vie
Le vent s'engouffre en moi avec toute sa folie
Mais mon corps et mon esprit restent à Suna no Kuni"

_________________
Hattori Hanzo Jounin de Suna no Kuni
Missions effectuées :
Rang D : 5
Rang C : 4
Rang B : 2
Rang A : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira Akamatsu
Genin de Konoha
Genin de Konoha
avatar

Nombre de messages : 138
Date d'inscription : 12/11/2007

Feuille de personnage
PV:
30/30  (30/30)
PC:
24/24  (24/24)

MessageSujet: Re: Une bien triste journée [ouvert à tous]   Jeu 7 Fév - 10:35

Akira, qui s'était éloigné de la résidence Togihiwa, n'y ayant trouvé personne, commenca à déambuler dans les rues de Suna. C'est bien sa veine cet échange. Il quittait son lieux d'entrainement pour rejoindre une ville fantôme où la moindre personne qu'il croisait, le regardait de travers. Il entreprit alors de retrouver son guide à travers le désert : Ichiga Togihiwa.

Tandis qu'il marche, le soleil redouble d'intensité. Des gouttes de sueurs commencent à ruisseler sur le cou d'Akira. Le vent presque inexistant ajoute à cette atmosphère lourde et pesante. Akira redoube son pas, comme effrayé par un tel phénomène. Chacun de ses pas soulevait une petite quantité de sable, nuages poussièreux qui retournait, après quelques secondes d'apesanteur, au milieux des siens. Puis un sensation, un froid, une humeur glacée dans cette fournaise. Une foule, stoïque, immobile.

Un noir...

Akira s'approche lentement de la foule. Il tend l'oreille.

« Comment tu as pus me faire ça ! J..je..je n’avais que toi au monde…pourquoi...pourquoi Ichiga tu me laisses dans le noir… »

Akira se figea. Etait-il possible qu' Ichiga soit mort ?

« Pourquoi tu me laisse dans le noir… »

« Pourquoi tu me laisse dans le noir… »

Pourtant il devait être là, étendu sur le sol, dans ce cerceuil qui sera son dernier refuge. Akira s'avanca alors dans la foule. On s'étonna autour de lui. Mais il ne pouvait voir le visage de ceux qui pensait que ces morts leur appartennaient. Il s'approcha de la voix qui avait appellé Ichiga et posa son regard aveugle en direction du cerceuil.

Il serra les dents et en laissa glisser quelques mots. Des mots qu'il s'était répété à chaque fois qu'il avait assisté à la mort de quelqu'un qu'il connaissait, même si ca n'avait été que pour quelques instants.

"Mourir...ce seul mot jette un froid..c'est un sujet tabou...pourtant elle est Euthanasie, la dernère infirmière...elle survient à temps pour arrêter ce jeu...près du soldat blessé dans la boue des rizières...chez le vieillard glacé dans la chambre sans feu...La Mort...Le Temps, c'est le tic-tac monstrueux de la montre...La Mort, c'est l'infini dans son éternité...La vie et la mort sont deux droites parallèles mais qui deviennent perpendiculaires en un instant...en fin de compte ce qui nous fait peur c'est qu'advient-il de ceux qui vont à sa rencontre? Comme on gagne sa vie, nous faut-il mériter la Mort ? La mort. La mort..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atria Washiga
Genin de Suna
Genin de Suna
avatar

Nombre de messages : 490
Age : 29
Localisation : Suna no Kuni
Date d'inscription : 20/06/2007

Feuille de personnage
PV:
34/42  (34/42)
PC:
81/83  (81/83)

MessageSujet: Re: Une bien triste journée [ouvert à tous]   Jeu 7 Fév - 17:53

Atria attendait une réaction de la part de Kitie, mais elle pas de cette manière. Elle l’avait fixé, observant sa tristesse, sans éprouver une quelconque joie, au contraire, elle voulait tant la soutenir, une force étrangère qui la poussée à agir de cette façon même si cette dernière n’avait jamais était tendre avec. Sur le moment elle cru qu’elle allait encore l’envoyer balader tellement la douleur était présente sur son visage. Mais tout le contraire ce passa et le début d’une grande incompréhension pour la jeune Washiga s’éclaircit.
Kitie avait retiré son bandeau pour le déposer auprès du corps de son cousin. Lorsqu’elle revint vers elle, levant la tête, Atria ne vit que ses yeux. Certes remplit de larmes, mais ils étaient bleus, comme la nuit. Elle la fixa du regard. Un mélange de peur et d’étonnement pouvait se lire en elle. C’était exactement les mêmes que dans ses cauchemars. La jeune fille ne pouvait plus bouger, elle était pétrifiée par ce qu’elle venait de voir. Comment était-ce possible ? Les paroles de sa mère tournèrent en boucle dans sa tête.

_____

“tu rentrais de chez une amie. A part elle je ne vois personne d’autre, seulement, je ne pourrais pas te dire la couleur de ces yeux. "

"Ah bon ! Et pourquoi ? "

" Parce que cette fille était aveugle ! Elle portait toujours un bandeau sur les yeux. Je ne l’ai jamais vue de près. Mais un truc est sur, c’est que tu étais tout le temps avec et tu adorais sa compagnie. Vous étiez inséparable. "

"Aveugle … "
_____

*Aveugle ... nan c’est pas possible ... Kit !*

« Tie ... »

Sans qu’elle ne puisse dire quoi que se soit Kitie était déjà à son cou, pleurant tout ce qu’elle pouvait. Atria eu envie de partir en courant, mais dans un moment comme celui-ci ça aurait été prit comme un manque de respect pour les défunts.
Atria ne pouvait que la serrer dans ses bras, pour qu’elle ressente le soutienne qu’elle lui donnait, mais elle ne se sentait pas bien. Ses yeux encore et encore dans son esprit, des images, des flashs ; c’était vraiment le fouillis dans sa tête. Jusqu’à ce qu’elle revoie une scène de son enfances, la première après temps d’années passé sans savoir ce qu’elle avait vécu. Elle ne voyait plus personne autour d’elle, n’entendait plus les pleurs et cries ; le regard lointain, Atria était comme déconnecté du monde.

_____

« Tia ... prends moi la main, je vois rien moi. »

« Attend j’arrive. »
_____

Une petite fille aux cheveux bleu foncé et aux yeux de la même couleur. Une petite si jolie, mais aveugle. Une amie avec des valeurs qu’Atria aimait. Même aussi jeune sa force de caractère face à son handicape dépassait celle de n’importe qui. Une volonté de faire plus et de se battre. Toutes ces choses que la petite fille aux cheveux couleur d’or apprit à ses côtés. Pourquoi ne s’en souvenait elle pas ? Pourquoi ce n’est que maintenant que tous ses souvenirs remontaient. L’une était c’est yeux et l’autre sa force. Elle se complétait.

_____

« Tu me promet que tu m’abandonnera jamais ? »

« Jamais, c’est promis »
_____

*Comment j’ai pu oublié tout ça ... comment j’ai pu l’abandonner ... pourquoi je ne suis pas retournée la voir après temps d’année ? Je comprend mieux pourquoi elle m’en voulait.*

Ses yeux étaient au bord de l’inondation, mais elle ne voulait pas pleurer. Si elle n’avait pas était là pour Kitie durant toutes ces années, il fallait qu’elle reste et qu’elle le soit là, maintenant, qu’elle la soutienne durant cette épreuve. Même si elle ne sentait pas au meilleur de sa forme, il fallait faire comme si.
La jeune Washiga ne parla pas et laissa pleuré son amie.

_________________
Flood-bannière !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidekazu Togihiwa
Jounin de Suna
Jounin de Suna
avatar

Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 29/05/2007

Feuille de personnage
PV:
114/114  (114/114)
PC:
445/445  (445/445)

MessageSujet: Re: Une bien triste journée [ouvert à tous]   Mar 12 Fév - 7:34

C’était par une belle soirée d’automne, plus prêt, bien plus prêt de l’été que de l’hiver. Les arbres rougissaient et s’enflammaient. Tous plus sages, plus larges et embellis les uns que les autres, ils jouissaient d’une couleur dorée, chaque année c’était pareil, et c’était toujours là qu’ils étaient les plus beaux. Ils étaient vieux, et en avaient vu des couples venir se dorer la pilule, accompagnés d’un joli panier et de deux cœurs plus éponges l’un que l’autre. Ils s’embrassaient, se soufflaient de douces syllabes, et leurs yeux plongés dans ce décor fantastique, s’inventaient mille et un rêves, que leur esprit logique refoulait avec acharnement. Enfin dans des moments comme cela, peu importe ce que dicte l’esprit, chaque pensée aboutit à un baiser. Qu’elle était belle cette soirée, elle semblait normale, naturelle, logique et traditionnelle. C'est au travers de ces bandeaux opaques que naquit Ichiga Togihiwa, le tonton des concernés s'en souvenait comme si c'était hier... Aujourd'hui, il fait frais, quelques nuages gris parsèment le ciel. Ichiga Togihiwa est mort. Hidekazu ne voit pas le ciel comme tout le monde, aujourd'hui il n'aimerait ne pas le voir.

Iro, disparue. Ichiga, décédé. Kitie... Il lui faut retrouver Kitie. Ils sont l'avenir du clan.

Le passé, s'en allait. Le présent terrifiait. En quittant l'élite, Hidekazu pensait mettre fin à tout ce blabla et ces aurores de déconvenues. Mais au contraire, il ne les admirait que de plus prêt. Tout ces gens, imperceptibles, car ces yeux paralysés par son chakra immobile. Il aurait voulu s'en aller, mais son corps aussi était immobile... Il s'en retourna, sans même rendre hommage à son Kazekage, trop dépité, il viendrait un autre jour lui porter ses fruits. Direction résidence Togihiwa.

_________________
Hidekazu Togihiwa

Toujours armé de son arc, toujours armé de son rang, toujours sage mais combattant : Hidekazu est un Jounin reconnu de Suna, et sûrement l'un des plus grands Togihiwa de tous les temps... Branche rouge de la famille, il est comme bannis. Mais il vit, comme bon lui semble, et cela lui ressemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une bien triste journée [ouvert à tous]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une bien triste journée [ouvert à tous]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chorus One-Winged Angel Casting ouvert à tous
» Triste journée
» ROXANNE (le fil ouvert a tous)
» Une bien triste nouvelle
» Triste journée à Gramat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Gaiden :: Les trois villages principaux :: Suna no Kuni :: Village :: Bureau des Kazekages-
Sauter vers: