Naruto Gaiden

Jeux de Rôle Rp sur l'univers Naruto
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Byakugan de Taki.

Aller en bas 
AuteurMessage
Sendo Futago
Mort
avatar

Nombre de messages : 336
Age : 34
Date d'inscription : 04/01/2008

Feuille de personnage
PV:
200/200  (200/200)
PC:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Le Byakugan de Taki.   Jeu 21 Fév - 12:51

Quel beau pays que Taki...son relief verdoyant, ses cascades, ses mecs à dessouder. La scène dans laquelle se trouve Sendo est la suivante: son bras droit enserre la gorge du renégat Hyûga, le soulevant d'une vingtaine de centimètres. Son bras gauche tiens une cigarette, sur laquelle il tire lentement de temps à autre. Et pendant ce temps, il réfléchit. Mort ou vif ? Qui donnera la plus grosse prime ?

D'ailleurs, il s'étonne un peu de n'avoir croisé personne des autres villages. Suna s'en fout, Iwa a autre chose à faire, Kiri laisse sa politique extérieure de côté, Kumo reconstruit...mais que fait Konoha ? Laisser un abruti se balader avec un des secrets les plus protégés du village, ça ne leur ressemblait pas. Le Hyûga avait quand même activé son Byakugan sur la place du marché...ça passe pas inaperçu.

Le revers de la main de Sendo s'enfonce dans la joue du pauvre type, lui mettant une baffe majestueuse qui envoie balader sa tête de part et d'autre. En plus, il ne lui avait fallu que quelques secondes pour le battre. Les Hyûga entrainés en dehors de Konoha ne valait décidement pas grand chose. La petit bicoque en bois de plein pied dans laquelle il se trouvait résonnait des coups qu'assénait le Nukekage.


"Qu'est-ce que je vais faire de toi, crétin ? Tes yeux valent quelques Ryos...mais je me demande si ce qu'il y'a autour intéresserait quelqu'un..."

Devant la maison, dans le jardin planté d'innombrables cerisiers, quelqu'un s'amenait. Peut-être avait-il une femme ou des gosses...pas grave, pas de témoins aujourd'hui, il n'avait pas le temps de faire dans la discrétion. Il explosa la porte avec fracas d'un coup de pied, trainant derrière lui, par le col, l'homme convoité pour ses yeux. Mais...personne ne semblait être là. A part peut-être au fond, caché derrière un arbre...ou alors sur le toit...ça devenait intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Setsuko Hyûga
Hokage
Hokage
avatar

Nombre de messages : 405
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2007

Feuille de personnage
PV:
150/150  (150/150)
PC:
1020/1020  (1020/1020)

MessageSujet: Re: Le Byakugan de Taki.   Jeu 21 Fév - 13:05

Arf... Setsuko ne regrettait pas d'avoir été chargée de cette mission plutôt qu'un imbécile de jounin du clan. Remarque, personne ne connaissait vraiment le niveau de la "cible", et tout le monde avait assez de bon sens pour se douter que si les espions de Konoha avaient remarqué ce type, les espions des autres villages l'auraient vu aussi. Et, sans vouloir passer pour paranoïaque, Setsuko avait craint pour le byakûgan de ce pauvre type. S'il venait à passer aux mains de l'ennemi... Non, il ne fallait même pas y penser. La jeune femme s'était cependant dépêchée d'arriver à Taki, un bien joli pays, d'ailleurs, dommage qu'elle ait si peu de temps pour admirer le paysage.

Se laissant guider par ses yeux et quelques renseignements arrachés aux pecnos du coin, la Sannin n'avait eu aucun mal à retrouver la maison du type qu'elle recherchait. L'ennui, c'est qu'il y avait déjà quelqu'un à l'intérieur, et que ce quelqu'un n'avait pas franchement l'air innofensif. Intérieurement, Setsuko maudit les informateurs de Konoha : toujours à la traîne... Son byakûgan activé, elle surveillait la scène, assistant en direct au dilemne de celui qui était arrivé avant elle. Un commerce de byakûgan ? Et pis quoi encore ? C'était à elle, c'était son clan, c'était SA technique, les autres n'avaient aucun droit dessus... Mais le chakra du type était impressionnant, il ne fallait pas se jeter dessus à la légère, sans réfléchir un peu.

Et voilà qu'il sortait, il avait dû l'entendre arriver... Le coup de pied qui explosa la porte ne présageait rien de bon. Ce n'était pas un ninjutsuiste frêle et sensible, apparemment. Setsuko resta sur le toît, bloquant sa respiration quelques secondes. Qu'est-ce qu'elle allait faire, maintenant ? Attaquer le type ? Envoyer un kunaï dans les yeux du Hyûga ? C'était une bonne idée, remarque... Oui mais non. Ouais, si. Euuh... Non. Enfin si... Elle allait l'envoyer sur l'attaquant, ça serait un bon moyen de tester sa vitesse de réaction. Ils parlementeraient après.

Un kunaï fusa donc en direction de Sendo Fuutago.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sendo Futago
Mort
avatar

Nombre de messages : 336
Age : 34
Date d'inscription : 04/01/2008

Feuille de personnage
PV:
200/200  (200/200)
PC:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Le Byakugan de Taki.   Jeu 21 Fév - 13:55

*Un kunaï...quelle drôle d'idée...mais ! Putain ! Il arrive vite ! C'est pas un jounin ni même un anbu qu'ils ont envoyés.*

L’esquive fut rapide et efficace, la tête de Sendo bascula sur un côté à une telle vitesse qu’un humain normal en aurait eu le cou brisé. Le kunaï se planta dans le mur derrière lui, mais il s’en était fallu de peu…très peu. Une mèche de cheveux du déserteur tomba a ses pieds, tranchée nette par l’objet de mort, et le Nukekage tira sur sa clope. En même temps, son adversaire avait donné sa position, ce qui lui donnait des indications. Premièrement, il n’était pas adepte du ninjutsu, puisque tenir sa distance ne semblait pas être sa priorité. Deuxièmement, il devait avoir de sacrés gros bras pour lancer aussi fort…il tourna alors la tête vers le toit, voulant savoir à quoi ressemblait sa future victime, faisant briller son bandeau rayé d’Iwa.

* De plus en plus intéressant… *

A sa grande surprise, alors qu’il attendait un colosse d’Oi-nin complètement frapadingue, son regard se posa sur une jeune femme…très jeune…beaucoup trop jeune. Ses yeux accrochèrent les pupilles blanches pour ne plus en sortir. Une jeune Hyûga arborant fièrement les couleurs de Konoha, pas de doute, il s’agissait du chef du clan en personne. Elle était reconnue pour être la relève du village de la feuille, mais aussi pour son attachement à son clan…dur dur de traiter avec les dignitaires. Mais après tout, lui aussi était reconnu à présent.

" Setsuko Hyûga-Sama… "

Au nom de la jeune femme, le pauvre type commença à se débattre comme un beau diable. Sendo ne savait pas s’il la craignait ou s’il était heureux qu’elle vienne le délivrer de son emprise, mais un coup de genou assomma le Hyûga avant qu’il ne puisse faire quelque chose de mal. Le déserteur lâcha sa proie, et tira sur sa cigarette, ses yeux toujours en contact avec ceux de Setsuko.

" Il semblerait que j’ai quelque chose qui vous appartient. Cela ne me dérange pas de vous le remettre…le tout est de savoir combien pouvez-vous aligner. "

Il savait bien qu’elle ne plaisanterait pas avec son clan. D’ailleurs, il paraît qu’elle ne plaisantait avec rien. En même temps, elle savait à qui elle avait à faire si elle révisait un minimum son bingo book et un combat n’était pas vraiment le bienvenue dans les circonstances actuelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Setsuko Hyûga
Hokage
Hokage
avatar

Nombre de messages : 405
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2007

Feuille de personnage
PV:
150/150  (150/150)
PC:
1020/1020  (1020/1020)

MessageSujet: Re: Le Byakugan de Taki.   Jeu 21 Fév - 16:03

Les descriptions n'avaient pas exagéré quant à la vitesse de Sendo Futago. Il esquiva le kunaï à une vitesse extraordinaire : la jeune femme était loin d'être aussi rapide naturellement. Les yeux du leader des déserteurs se posèrent sur les siens, et elle sentit que, très clairement, il était préférable qu'aucun combat n'ait lieu.

" Setsuko Hyûga-Sama… "

Reconnue... Remarque, ce n'était pas difficile. Les Yeux-Blancs, ça ne courait pas les rues, normalement, en dehors de Konoha. En parlant d'oeil blanc, le pauvre crétin s'agita comme un fou, à la mention du nom de Setsuko. Il n'était pas compliqué de le comprendre, il devait probablement être un membre de la Bunke que ses parents avaient souhaité "sauver de l'asservissement". Il devait bien savoir que la vie qui viendrait à partir de maintenant ne serait joyeuse ni pour lui, ni pour ses enfants, s'il en avait. Un rapide coup d'oeil dans la maison indiqua qu'il en avait au moins un, et qu'il devait avoir entre trois et cinq ans, à en juger par les affaires qui attendaient, soigneusement pliées sur une table, dans une chambre d'enfant. Mais avant que la jeune femme ait pu en savoir plus, Sendo avait assomé le pauvre type. Tant pis...

" Il semblerait que j’ai quelque chose qui vous appartient. Cela ne me dérange pas de vous le remettre…le tout est de savoir combien pouvez-vous aligner. "

Encore une histoire de fric... Mais le leader des déserteurs devait bien savoir qu'on pouvait tirer une véritable petite fortune de deux byakûgan, et Setsuko n'était pas disposée à lui verser la moitié de la propriété Hyûga, juste parce qu'il était arrivé cinq minutes avant elle. Mais il n'était pas non plus question de se mettre à taper sur Sendo, elle risquait de perdre la vie, et son clan risquait de perdre un chef, et au lieu de deux byakûgan dans la nature, on en aurait quatre. Que faire, alors ? Tuer l'autre crétin, ça, ça serait sans doute fait. Mais se débarrasser de Sendo ne serait pas facile.

L'odeur de la cigarette du déserteur empestait l'atmosphère, ce n'était pas une très bonne idée de rester là à attendre. Une idée... Une idée... Qu'est-ce qui pourrait bien intéresser un type pareil ? L'aval de Konoha ? La tranquillité de ses Shinobis ? Non, l'enjeu n'était sans doute pas assez important. Ou alors...


- A aligner ? Peut-être y a t'il quelque chose qui vous serait plus... profitable que de l'argent. N'aurions-nous pas un ennemi commun, que ni vous ni moi ne sommes assez puissants pour tuer seuls ? Nous pourrions peut-être nous entendre, Sendo Futago-sama.

Setsuko avait baissé légèrement les yeux, une fraction de seconde, en signe de respect. Une fraction de seconde seulement, car la méfiance était loin d'avoir disparue. Toujours dans la politesse, d'une voix douce et bien maîtrisée, c'était ainsi qu'elle pensait économiser quelques millions, et récupérer son bien avant qu'il ne finisse en rondelles dans un ragoût. La jeune femme prenait soin d'avoir l'air assurée, ce qui n'était pas particulièrement évident, compte tenu de la situation et de la personne qui se tenait en face d'elle. Si sa proposition ne tenait pas... Mieux valait ne pas y penser, mais la Sannin guettait le moindre mouvement suspect, prête à se défendre en cas de besoin. Pas facile d'avoir l'air détendue...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sendo Futago
Mort
avatar

Nombre de messages : 336
Age : 34
Date d'inscription : 04/01/2008

Feuille de personnage
PV:
200/200  (200/200)
PC:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Le Byakugan de Taki.   Jeu 21 Fév - 20:29

- A aligner ? Peut-être y a t'il quelque chose qui vous serait plus... profitable que de l'argent. N'aurions-nous pas un ennemi commun, que ni vous ni moi ne sommes assez puissants pour tuer seuls ? Nous pourrions peut-être nous entendre, Sendo Futago-sama.

*Radine....mais maline !*

Il soutenait toujours le regard de la jeune femme, le déserteur avait à présent une mine sereine et détendue. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne dégageait pas grand chose. Aucune aura ne planait au dessus de lui, aucune pulsion. Cela venait du fait qu'il ne se projetait jamais dans le futur, il n'en avait pas besoin, ses réflexes étaient ses meilleurs alliés. Si son corps était impressionant de rosbustesse, son esprit ne l'était pas du tout, ou plutôt c'est comme si cet être n'avait pas d'esprit, pas d'âme, pas de chakra. Il ressemblait à un bloc de pierre, son coeur était rocailleux comme la terre qui l'avait vu naitre. Les shinobis d'Iwa n'étaient pas connus pour leurs bons sentiments et leur joie de vivre, et il ne dérogeait pas à la règle. Cependant, il avait été un des révlutionnaires du pays de la roche, apportant un nouveau soufle, tentant de laisser penser les gens par eux-même...chose dont lui-même était incapable. Il représentait d'une certaine manière le shinobi ultime de la roche, sans sentimentalisme, sans fioriture...et pourtant, il s'était toujours battu contre ça.

D'un geste brusque, le pauvre homme qui pendait au bout de son bras fut projeté à l'intérieur de la maison pour se retrouver étalé sur un sofa. Sendo termina sa cigarette lentement, et jeta le filtre d'une pichenette. Un détail ne l'avait pas encore frappé, mais ce fut fait, elle était rudement jolie. Ce détail le fit sourire, il avait finit par ne même plus regarder les femmes. Son arrivée à Shike le libérait un peu, mais les barrières se trouvaient dans sa tête. Il s'adressa à elle d'un ton neutre, mais on pouvait sentir une certaine gêne dans sa voix. Surement la gêne de la trouver jolie, et de s'arréter à de si futiles détails face à un si puissant adversaire.


"Entrons...nous ferons face ensemble si quelqu'un d'autre arrive...et il me semble que tu vas attendre l'enfant."

Il pénétra dans la barraque, et commença une longue traque à la bouteille. Lorsqu'elle entra, il garda un oeil constant sur la Hyûga. Il trouva son bonheur dans un des tiroirs de la cuisine, et se radina avec la bouteille de Sake pour entamer les négociations. Sendo s'assit sur le sofa, aux côtés du Hyûga KO et vida la moitié de la bouteille d'un trait. Pas le moins du monde dérangé par le gout ou l'effet de l'alcool, il prit la parole en premier.

"Déja...l'enfant ne m'intéresse pas, j'ai un minimum de savoir-vivre, et il me semble que les gosses n'ont rien à voir avec les shinobis...bon....ta proposition est intéressante. Je te laisse donc le choix: soit tu me donne ta parole que je peux venir frapper à ta porte en tout discrétion et venir te demander d'assassiner quelqu'un, qui ne soit pas de Konoha évidement....soit tu te débrouille pour me livrer les sceaux d'Orochimaru. Autrement, je garde celui-ci avec moi...ou tu devras me le prendre, et ce ne sera pas facile."

Au ton de sa voix, elle su qu'il ne plaisantait pas. Mais la Hyûga pouvait ressentir toute la franchise du Nukekage. Il avait été élevé à la dure, mais le sens de l'honneur et le code moral de cet homme étaient poussés à leurs paroxysmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Setsuko Hyûga
Hokage
Hokage
avatar

Nombre de messages : 405
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2007

Feuille de personnage
PV:
150/150  (150/150)
PC:
1020/1020  (1020/1020)

MessageSujet: Re: Le Byakugan de Taki.   Jeu 21 Fév - 21:02

Setsuko essayait désespérément de lire sur le visage de Sendo ce qu'il pensait ce sa proposition ; sans succès. C'était un cas inédit, d'habitude, les sentiments et les émotions étaient facilement lisibles pour elle, bien qu'elle n'ait pas encore l'expérience des anciens du clan. Mais là, rien. Rien ne passait. Enfin déjà, il ne l'avait pas attaquée, ça devait vouloir dire qu'il ne se sentait pas insulté par une pareille proposition. Mais... pour le reste, aucun moyen de savoir. Et c'était agaçant, frustrant, même. La jeune femme dû faire preuve de beaucoup de maîtrise pour ne pas sursauter lorsque le leader des déserteurs envoya, d'un geste, le pauvre Hyûga dans la maison, où il atterrit au terme d'un vol plané sublime. Un instant plus tard, quelque chose apparut enfin sur le visage de Sendo, et c'était un sourire.

* Arf... On va dire qu'on n'a rien vu... Mais ça pourrait peut-être aider pour... *

Les pensées de la jeune femme s'arrêtèrent aussitôt, d'où sortait cette idée stupide ? Ca n'allait rien aider du tout, et d'ailleurs Sendo ne souriait pas, et même s'il souriait ça lui était égal, complètement égal. Enfin, non, parce que ce n'était pas un sourire ironique, et parce que ça montrait qu'il n'avait pas l'intention de lui taper dessus tout de suite, ce qui était, en soi, une bonne nouvelle.

"Entrons...nous ferons face ensemble si quelqu'un d'autre arrive...et il me semble que tu vas attendre l'enfant."

- Oui, en effet.

Il était inutile de le cacher, elle voulait savoir si le gosse avait un byakûgan. Si c'était le cas, elle pourrait sans doute le faire venir à Konoha. Même si le père refusait de se soumettre, et qu'elle était obligée de le tuer, elle ne reviendrait pas bredouille, comme ça. Tandis que le déserteur fouillait la maison, Setsuko s'installa sur un fauteuil, ses yeux de nacre allant du Hyûga affalé sur le sofa, encore vivant, par une sorte de miracle au Nukekage, qui lui non plus ne semblait pas décidé à l'oublier deux minutes. Il finit par dénicher une bouteille de Sake, et la jeune femme se demanda si elle avait vraiment fait le bon choix en lui proposant son aide, et si les lieux étaient parfaitement sécurisés pour elle, maintenant... Sendo s'affala à son tour sur le sofa, à côté de sa victime, et après avoir bu une quantité d'alcool suffisante pour assommer un gosse, il se décida à répondre à la question que Setsuko se posait depuis un certain temps.

"Déja...l'enfant ne m'intéresse pas, j'ai un minimum de savoir-vivre, et il me semble que les gosses n'ont rien à voir avec les shinobis...bon....ta proposition est intéressante. Je te laisse donc le choix: soit tu me donne ta parole que je peux venir frapper à ta porte en tout discrétion et venir te demander d'assassiner quelqu'un, qui ne soit pas de Konoha évidement....soit tu te débrouille pour me livrer les sceaux d'Orochimaru. Autrement, je garde celui-ci avec moi...ou tu devras me le prendre, et ce ne sera pas facile."

Les sceaux d'Orochimaru ? Setsuko n'était pas certaine d'avoir réellement bien entendu. Mais elle s'en fichait, de toute façon, ce n'était pas ce qui l'intéressait. Une expression de soulagement apparut, malgré elle, sur son visage : son idée ne lui déplaisait pas. Et en plus elle n'aurait pas à négocier pour le gosse. Deux bonnes nouvelles. Elle inclina très légèrement la tête, en signe d'accord, et répondit, lançant de temps à autres un regard sceptique sur la bouteille de sake :

- J'accepte votre marché en ce qui concerne la demande d'assassinat. Vous saurez où me trouver, je suppose ?

Sans parvenir à se débarrasser de la désagréable impression d'être en train de faire un pacte avec le Diable, Setsuko enchaîna, cependant :

- Je répondrai à votre demande, je vous en donne ma parole. Maintenant, j'espère que... le fugitif est encore en état de servir à quelque chose.

Elle disait celà en regardant les marques qui se formaient sur le visage, mais aussi sur les parties du corps visibles du pauvre type qui avait eu la sottise de montrer son don au jour. Une vie gâchée... Etrangement, Setsuko n'en ressentait aucun remord : il avait trahi le clan, il n'avait eu que ce qu'il méritait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sendo Futago
Mort
avatar

Nombre de messages : 336
Age : 34
Date d'inscription : 04/01/2008

Feuille de personnage
PV:
200/200  (200/200)
PC:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Le Byakugan de Taki.   Jeu 21 Fév - 22:35

Un sentiment de satisfaction envahit le Nukekage. Elle essayait de lire en lui, et elle n'y arrivait pas. Comme d'habitude, les regards extérieurs se fracassaient contre lui, explosaient sans trouver de réponse...et dans un sens, c'était bien triste. Mais à présent il avait une carte dans sa manche...un homme à abattre. Le vie des déserteurs est semée d'embuches, et cette carte était un joker à ne sortir qu'en cas d'extrème urgence. Le jounin revenait à lui peu à peu, Sendo avait bien retenu ses coups, il n'était pas trop amoché.

Les yeux noirs du déserteur ne quittaient plus ceux de la Hyûga. Cette femme avait de la poigne, et pourtant elle avait un côté fragile qu'il distinguait sans peine. Autrefois, il aurait dit que c'était une preuve de faiblesse. Mais à présent, il enviait les gens qui étaient capable de se montrer forts et faibles à la fois. Ce qu'on prenait habituellement pour une faiblesse se révélait un trésor de force chez certains combattants. Pour l'instant, il n'avait plus de motivation...il était bien loin de sa terre natale, son frère avait périt, et il se retrouvait sous une bannière qui n'était pas la sienne, du moins pas encore. Il allait apprendre à aimer son village, coûte que coûte.


"Je crois en ta parole...une kunoichi de ton rang ne doit pas traiter avec le dernier des cloportes...."

A l'endroit ou se tenait autrefois la porte, un enfant était pétrifié. Une dizaine d'années tout au plus, des cheveux courts et noirs, les yeux blanc...le gosse avait le Byakugan. Les yeux de Sendo se fermèrent une seconde complète. Compassion ? Tristesse ? Bien plus que ça. Il fit signe à l'enfant, lui indiquant d'entrer d'un geste de la main. Il tituba jusqu'au sofa ou s'étendait Sendo qui passa une main et ébourifa ses cheveux.

"T'inquiètes pas mon grand...ton papa va bien. Il a prit de grands risques et t'as mis en danger, mais ça ne devrait pas se reproduire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Setsuko Hyûga
Hokage
Hokage
avatar

Nombre de messages : 405
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2007

Feuille de personnage
PV:
150/150  (150/150)
PC:
1020/1020  (1020/1020)

MessageSujet: Re: Le Byakugan de Taki.   Ven 22 Fév - 11:58

Le pauvre type revenait lentement à lui, tandis que Sendo vidait la bouteille de sake. Le Hyûga avait l'air terrorisé, ce qui était compréhensible, mais il n'était pas encore en état de bouger ne serait-ce que d'un millimètre. Tant mieux, pas besoin de le remettre hors d'état de nuire tout de suite, et il serait "en forme" pour les deux ou trois petites questions que Setsuko aurait à lui poser.

"Je crois en ta parole...une kunoichi de ton rang ne doit pas traiter avec le dernier des cloportes...."

Avant que Setsuko ait eu le temps de répondre, le gosse était arrivé. Un sourire satisfait se dessina sur les lèvres de la Sannin : il avait le byakûgan. Excellente nouvelle. Ne restait plus qu'à savoir si son père lui avait appris à l'utiliser. Onze ans, c'était peut-être un peu tôt, pour une famille si peu talentueuse que celle ci semblait être. Alors que Sendo débitait quelques paroles réconfortantes, Setsuko se leva, et se mit à la hauteur du gosse, c'est à dire sur les genoux. Elle posa une main sur son épaule, et lui sourit. Son père commençait à s'agiter, et le gosse tourna la tête vers lui, mais la Sannin le força à la regarder dans les yeux. D'une voix très douce, elle lui dit :

- Dis moi, comment tu t'appelles ?
- Hitoshi, madame.
- Alors, Hitoshi, tu aurais envie de venir habiter à Konoha ? Tu pourrais apprendre à te battre, et puis rencontrer des amis de ton âge.

Le gosse ne répondit pas, il tourna à nouveau la tête vers son père, qui venait de se réveiller pour de bon. La jeune femme se releva, gardant une main sur l'épaule du petit. Elle se tourna vers Sendo, qui n'avait plus grand chose à faire ici, à priori. Et elle n'allait pas règler les modalités de l'admission au sein du clan Hyûga en la présence du Nukekage. La Sannin inclina la tête, toujours avec un très léger sourire.

- Je vous remercie pour... votre aide. Auriez-vous encore quelque affaire à règler ici, Sendo-Sama ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sendo Futago
Mort
avatar

Nombre de messages : 336
Age : 34
Date d'inscription : 04/01/2008

Feuille de personnage
PV:
200/200  (200/200)
PC:
800/800  (800/800)

MessageSujet: Re: Le Byakugan de Taki.   Ven 22 Fév - 12:59

Et pourquoi ne pas l'attaquer maintenant ? Un gosse...non, la raison n'était pas suffisante pour déclarer une guerre qui aurait mis en danger le peuple entier de Shike. Pourtant, Sendo hésitait. Ce gamin allait être traité comme un chien, il en était persuadé. Mais il n'aurait jamais faim ou froid, et au fond, ça comptait aussi. Les yeux du déserteur se refermèrent, plus longtemps cette fois. Il les rouvrit alors que la Sanin lui demandait avec courtoisie de prendre congé. Ses yeux se posèrent sur Hitoshi, puis sur elle. Rien n'émanait de lui, pas la moindre petite émotion visible. Il s'inclina.

"Bien entendu...je vous laisse en famille."

Ses pas jusqu'à la porte étaient calmes, silencieux. Arrivé devant celle-ci, il sortit une nouvelle cigarette, la glissa entre ses lèvres et l'alluma. Sendo était à présent sur le palier...il n'avançait plus. Son bras faisait quelques aller-retours jusqu'à sa bouche, il tirait de plus en plus fort sur sa cigarette. Agacé ? Préoccupé ? Enervé ? Toujours insondable, il se retourna et lâcha quelques mots.

"Hitoshi...reste auprès de Setsuko-Sama, tu deviendras fort...très fort. Mais un jour, lorsque l'oiseau voudra sortir de sa cage, souviens toi de moi, Sendo Futago. Être libre...voila la vrai force. Au revoir Setsuko-Sama."

Un petit sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'il se retournait, enfonçant ses mains dans ses poches, la cigarette pendant dans sa bouche. Ce qu'il avait dit au garçon n'était pas forcément pour le faire venir à lui et entrainer sa désertion, de toute façon un Hyûga hors de ses bases n'avait qu'une maigre chance de survie, surtout avec Setsuko à ses trousses. Il voulait simplement qu'il se batte pour être libre, comme chacun devait le faire...tous, sauf Sendo. Il avait disparu, ne laissant derrière lui qu'une vague odeur de clope.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Setsuko Hyûga
Hokage
Hokage
avatar

Nombre de messages : 405
Age : 28
Date d'inscription : 22/11/2007

Feuille de personnage
PV:
150/150  (150/150)
PC:
1020/1020  (1020/1020)

MessageSujet: Re: Le Byakugan de Taki.   Mer 12 Mar - 17:00

L'état d'esprit, ou plutôt la révolte intérieure de Sendo émanait de lui de façon largement visible, et Setsuko jugea bon de faire montre de prudence en attendant qu'il s'en aille. Le petit garçon, lui, était pétrifié, mais sa frayeur n'était rien à côté de celle du l'imbécile qui lui servait de père. Setsuko sentit sa patience diminuer, petit à petit, à mesure que l'ambiance générale se dégradait. Encore de sales affaires. La dernière tirade du leader des déserteurs laissa la jeune femme de marbre : ils savaient tous deux que la liberté était un luxe que ne pouvaient s'offrir les membres du clan Hyûga, et en particulier ceux de la Bunke. Alors pourquoi mettre des idées pareilles dans la tête d'un môme ? Difficile à savoir, mais cela n'avait pas la moindre importance, puisque Sendo avait déjà disparu, ne laissant à la Hyûga que le temps de répondre :

- Au revoir, Sendo-sama.

Seule. Enfin, elle était seule avec les deux personnes dont elle comptait règler le sort au plus vite. Le père, d'abord. Le fils n'aurait aucun choix à faire, il était trop jeune pour s'opposer à quoi que ce soit. Le jeune femme surveillait les deux, byakûgan activé, au cas où Sendo aurait la bonne idée de revenir, ou que quelqu'un d'autre ait l'inspiration soudaine de venir dans la petite maison. La peur donnait à l'atmosphère un petit air de banquise, et Setsuko savait que ce qui allait se produire ne serait agréable pour personne. Mais il fallait que justice se fasse, les traîtres doivent être punis.

La Sannin se mit à genoux, pour être à la hauteur du petit garçon. Un sourire réconfortant se dessinait sur ses lèvres, un peu comme si elle n'était qu'une nouvelle baby sitter un peu maternelle. Seule la situation permettait de déterminer que tout ceci était parfaitement artificiel. La jeune femme posa sa main sur le front d'Hitoshi, puis mima un dessin, une sorte de croix. Elle sourit, à nouveau.

- Hitoshi-kun, écoute moi bien. Je vais faire quelque chose, un joli dessin sur le front, qui te permettra de venir habiter avec moi à Konoha, et d'avoir une vraie place dans le monde des Shinobis, tout en empêchant les gens comme le monsieur qui vient de partir de te faire du mal pour récupérer tes yeux. Par contre, si je fais ça, et qu'un jour tu me désobéis, tu le regretteras beaucoup. Et je le saurai forcément. Mais si tu es sage, et que tu ne fais pas de bêtises, tout se passera bien, je te le garantis. Ton père aura peut-être aussi un dessin, cela dépendra de lui, mais sache que s'il fait quelque chose pour tenter de m'empêcher de te le faire à toi, il mourra et toi aussi. C'est compris ?

Le gamin restait immobile, paralysé par la crainte, mais peut-être aussi par l'expression de son père, et l'état de sa maison, et la dernière tirade de Sendo. Il finit cependant par hocher la tête, sans que la jeune femme soit certaine qu'il ait vraiment compris ce qu'elle venait de lui dire. Un gamin attardé, peut-être... Elle avait vraiment gagné sa journée... De toute façon, elle le refilerait à un instructeur du la Bunke, et il verrait si on pouvait en tirer quelque chose. Quoi qu'il en soit, il serait mieux à Konoha que dans la nature. Setsuko abandonna son sourire pour une expression plus dure.

- C'est bien. Alors ne bouge pas. Ca risque de piquer un peu, mais après tu ne sentiras plus rien.

Un peu comme un médecin qui s'apprête à faire une piquûre à un gosse phobique, Setsuko parlait avec une voix douce et appaisante. Elle exécuta une longue série de signe en murmurant pour elle même quelques paroles incompréhensibles, puis plaqua ses mains sur le front du petit, qui poussa un cri. A onze ans... une chochotte... affligeant... Le père esquissa un mouvement, sa main se posa sur son torse. Un instant après, il était mort, une aiguille de chakra en plein dans le coeur. Il avait préféré le suicide à une vie de servitude, c'était compréhensible, mais avait aussi choisi d'abandonner son fils, ce qui l'était moins. Le gamin avait enfoui son visage d'une pâleur inquiétante dans ses mains. Une nouvelle vie commençait pour lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Byakugan de Taki.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Byakugan de Taki.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TRIAD TOYS - SOUL CALIBUR IV - TAKI
» Byakugan vs Sharingan
» Sharingan, Rinnegan ou Byakugan?
» SoulCalibur IV
» Les pays

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Gaiden :: Hors trois Villages :: Hors des trois Villages cachés principaux :: Taki no Kuni ( Village de la cascade )-
Sauter vers: