Naruto Gaiden

Jeux de Rôle Rp sur l'univers Naruto
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'appel des chutes et de l'ombre

Aller en bas 
AuteurMessage
Akimichi Kuma
Chuunin d'Iwa
Chuunin d'Iwa
avatar

Nombre de messages : 323
Age : 80
Localisation : Au palais impérial du chocolat
Date d'inscription : 31/03/2007

Feuille de personnage
PV:
96/96  (96/96)
PC:
116/116  (116/116)

MessageSujet: L'appel des chutes et de l'ombre   Dim 24 Fév - 19:57

Les portes>>>

Chapitre 1: La première piste



"17 juin. Un agriculteur affirme avoir vu passer deux shinobis, dont un avec les cheveux rouges et un tatouage au cou, passer près de la frontière entre le pays de la neige et celui des cascades."

"24 juin. Présence d’un gararçon aux cheveux rouges et au regard sinistre signalée par un chasseur dans une forêt à une quinzaine de kilomètre au Sud du village caché des cascades. Les soupçons quant aux notes des 12 et 17 juin sont ainsi confirmés."


Plus Kuma lisait les notes du verso de la dix-septième page du bingo-book qu’il avait emporté avec lui, plus il se demandait comment son père avait-il put trouver le temps de faire toutes ces recherches. Il était rentré tard ces derniers temps; d’après ses dires, c’était parce que sa pharmacie était remplie de clients et qu’il devait lutter pour les faire sortir à l’heure de fermeture. Mais le dernier passage de Kuma dans la boutique de son paternel semblait démentir cette information: il n’y avait absolument personne à part eux deux.
Quand bien même, il fallait être sacrément doué pour mener une telle enquête, d’autant plus que son espace de recherche était limité par les frontières du pays de la roche. Sans doutes tirait-il ses renseignements des shinobis qui rentraient des missions de reconaissance, et qui avaient fait la recontre de tel chasseur ou tel agriculteur, auquel cas sa patience devait être infiniement élevée... S’aventurer dans le pays des cascades, allié de Konoha, aurait été imprudent de sa part sans l'autorisation du Tsuchikage. D’ailleurs, Kuma se sentait de plus en plus en danger.

Ca faisait bientôt une demi-heure qu’il était assit sur une bûche, au milieu d’un bois, et que Hirachu dormait paisiblement sur ses genoux. La pause toilette du chien s’était peu à peu métamorphosée en séance de lecture du bingo-book. Le crépuscule était passé, les étoiles perçaient le ciel. La lune n’allait pas tarder à se pointer. Le chuunin avait pénétré de manière suffisamment profonde dans le pays des chutes pour commencer à s’interroger sur sa direction, à préciser sa destination. Il se serait déjà égaré depuis bien longtemps s’il n’avait prit soin d’emmener dans son sac un atlas de poche ainsi qu’une petite boussole.

Ainsi, il se faisait sombre, et par consÈquent, il se faisait faim. N’ayant toutefois que des réserves de nourriture limitées, Kuma s’était déjà fait à l’idée qu’il aurait à modérer sa consommation au cours du voyage. Il fouilla dans son sac à dos, et en sortit une croquette de pommes de terre façon Okiwa, plus deux raviolis aux crevettes. Usant d’un chakra incandescent qu’il fit parvenir jusqu’à ses paumes, il réchauffa les bouchées aux crevettes simplement en les serrant entre ses mains.


-Ondanka te.

Mêler l’entraînement à la cuisine. Il eut un sourire amer en repensant à ce concept: la dernière fois qu’il avait voulu faire ainsi, c’était pour faire une omelette, alors qu’au moment même où il la préparait, son père se battait comme un diable contre la zankatsuki. Depuis quelques temps, Kuma ressentait en silence l’effroyable impression de se jeter dans la gueule du loup à force de fuir de la sorte. Cette sinistre assemblée de démons, qui lui voulait du mal était l’une des choses qui l’avaient poussées à fuir; et à présent, c’était ce qui l’incitait à rentrer.

Pas très rassuré, il fourra un ravioli aux crevettes dans sa bouche, quand tout à coup il entendit un craquement derrière lui. Il se retourna.
Rien. Sans doutes une bestiole insignifiante qui était repartie aussi vite qu’elle était venue. Mais alors que la tête de l'obèse se replaçait dans l’axe de sa colonne et que son rythme cardiaque revenait à la normale, il crut apercevoir à sa droite deux points jaunes. Il tourna alors sa tête droit vers ces billes qui ressemblaient à des yeux qui le fixaient froidement. Mais alors, il se remit à trembler: c’était bel et bien des yeux qui le fixaient. Pourtant, il n’eut pas le temps de dégainer son kunai que le regard de foudre avait disparu. Puis quelques craquements supplémentaires s'étaient faits entendre. C'était finalement une bestiole: probablement un renard, ou quelque chose comme ça. A moitié rassuré, Kuma soupira.

Il donna une petite tape sur la tette d’Hirachu. Celui-ci, réveillé, comprit de suite ce à quoi il avait à faire, se fiant à l’odeur du ravioli chaud qu’il avait sous le nez. Il ouvrit une large gueule et avala son apéro, puis ne tarda pas à se rendormir.

Kuma passa à la suite de son repas. La croquette était plus large que le ravioli, elle allait être plus dure à réchauffer. Kuma dut fermer les yeux, pour se concentrer, afin de maximiser le rendement de chakra. Il savait cette technique peu exigeante en énergie, mais plus vite il en aurait finit avec ça, et plus vite il pourrait se mettre é la recherche d’un endroit plus confortable pour dormir.
Le courant de chakra se répandit sur ses deux mains, et la chaleur fut ainsi transférée sur la croquette. Kuma renouvelait sans cesse la production du flux de katon, mais cela fut la cause des quelques gouttes de sueur sur son front. A côté de l'omelette de la dernière fois, c'était une performance assez ridicule.
Deux minutes plus tard, la croquette de pomme de terre était fumante. Kuma la mordit avec appétit, profitant du plaisir de manger quelque chose de chaud, même sans micro-onde sous la main.

A la fin de son dîner improvisé, il replaça son bingo-book déguisé à l’intérieur de son havre-sac, reposa délicatement son chien à l’intérieur, hissa ses affaires sur son dos, et repartit. Hambô dans la main droite et boussole dans la main gauche, il n’avait pas le ventre calé, mais ça pouvait aller.

Désormais, ce n’était plus un fugitif, mais un pisteur.

_________________

Flood-bannière qui date un peu...

Akimichi Kuma, Chuunin affamé en fuite
~
Missions:
A:0 l B:0 l C:1 l D:2


Dernière édition par Akimichi Kuma le Mar 26 Fév - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Akimichi Kuma
Chuunin d'Iwa
Chuunin d'Iwa
avatar

Nombre de messages : 323
Age : 80
Localisation : Au palais impérial du chocolat
Date d'inscription : 31/03/2007

Feuille de personnage
PV:
96/96  (96/96)
PC:
116/116  (116/116)

MessageSujet: Re: L'appel des chutes et de l'ombre   Mar 26 Fév - 19:12

[HRP: j'ai décidé d'innover un peu: nouveau narrateur! (je ferais pas ça éternellement... y'a des fois où Hirachu sera pas toujours là pour commenter ce que je fais^^)]

[Précédemment]


Chapitre 2: Echardes de puissance



Kuma avait eu une nuit courte, ayant privilégié son voyage à son someil. L'aurore lui avait piqué les yeux une bonne heure auparavant, et à présent, il faisait une petite pause au bord d'un étang à l'eau cristalline. Lui et moi nous hydrations paisiblement, bercés par le doux bruit des oiseaux.
Après avoir bien rempli sa panse et sa gourde, Kuma songeait à repartir vers le Nord-Est. Ayant compri que notre répit était finit, c'est de moi-même que je me remit alors dans le Havre-Sac.
L'ancien chuunin allait au pas. Il n'avait pas envie de courir dés le matin, et il avait aussi prévu une occupation pendant son voyage. Quelques jours auparavant, il s'était juré de faire quelques éxercices de fusion instantanée du chakra, c'est à dire directement dans la zone du corps où il était nécessaire. Slalomant entre les arbres, Kuma gardait tant bien que mal le tao de la chèvre entre les mains.

La procédure était toujours aussi sportive que la dernière fois, mais elle devenait de plus en plus instinctive. Kuma initiait la fusion du chakra à des cellules qui ne l'avaient encore jamais fait: c'était normal qu'il ait un peu de mal au début. Les cellules capables d'une telle fusion chez lui s'étendaient jusqu'au bout de l'avant bras, pour le moment. Il s'y prenait par impulsion: tous les deux ou trois pas qu'il faisait, il essayait de fusionner toujours un peu plus en profondeur vers le bras droit. Cet effort le ralentissait considérablement dans son voyage, mais ça n'était pas plus mal pour moi: je commençais sérieusement à avoir la nausée, à force de me faire agiter dans tous les sens dans ce Havre-Sac.

Les heures pasaient. La course diurne du soleil atteignait son appogée quand Kuma réussissait la fusion instantanée dans la totalitée de son bras droit. Autant dire qu'il mourrait de faim. Lui et moi nous arrètâmes au bord d'une cascade: plus nous allaions vers le nord, et plus celles-ci devenaient hautes. Le climat, quant à lui, était devenu largement moins sec qu'à Iwa.



En même temps qu'il réchauffait une paire de brochettes de dangos avec son Ondanka Te (qui avec le temps devenait de plus en plus autmomatique), il refléchissait. A présent, il avait toutes les cartes en main pour réussir sa technique héréditaire; alors pourquoi n'y était-il pas arrivé lors de son dernier essai?


*Maintenant que je contrôle la fusion instantanée dans le bras droit, il faut trouver le moyen d'utiliser correctement ce chakra. Pourtant, j'ai essayé plusieurs fois de faire fondre mon énergie dans mes muscles dés sa synthèse, mais rien n'y fait. Quelque chose bloque encore. Et à côté de ça, j'ai cette étrange sensation d'être si près du but, exactement comme à Nataï quand le Barman nous avait refoulé alors que c'était lui le coupable...*

Fourrant un dango dans sa bouche et un autre dans la mienne, il approfondit. Son père lui avait souvent parlé de l'importance de l'instinct lors de leurs combats au dojo; peut-être n'était-ce pas qu'en taijutsu que c'était important. Donc s'il sentait être proche du but, c'était qu'il l'était. La performance était prête: restait à la faire sortir malgré elle.


*Si mon bras ne veut pas grandir, je vais l'y forcer.
Après tout, Yagami peut bien attendre un peu. Un petit enraînement ne me fera pas de mal.*


Après une mini-orgie de dangos et de Yakitoris réchauffés par ses soins, il alla se poser devant un arbre au tronc solide, et se tint droit.

tigre


Me fiant à mon nez, je regardais dans la direction de mon maitre. A chaque fois qu'il utilisait l'ondanka te, c'était devenu synonyme de nourriture pour moi. Mais cette fois-là, Kuma n'avait pas utilisé son Katon à des fins culinaires, mais pour atténuer le sens du toucher de sa main droite. Les bobos qu'elle allait recevoir n'allaient pas être facile à endurer. Il allait se servir de ce que son père avait un jour appelé devant lui le style Shûto, c'est à dire en envoyant des coups avec le tranchant de la main.
Il se plaça de manière à ce que l'alignement de ses pieds forment une tangeante au tronc de l'arbre, et se concentra de la même manière qu'il l'avait fait toute la matinée.


*Bubu, Baika... je t'ordonne de sortir!*

-Hah! 'Prof'

En même qu'il avait abattu le tranchant de sa main droite sur le flanc gauche du tronc, une impulsion de chakra instantanée avait fait irruption dans l'ensemble de son bras. Lorsque le choc avec l'écorce du feuillu avait retenti dans son bras, le chakra avait vibré, mais rien ne s'était produit. Cachant sa joie, Kuma se remit en position: le désir de réussite était sa drogue.

Hah! 'Proc'.

Une fois encore, le chakra s'était réveillé sur l'ensemble de son bras à peu près en même temps que l'impact. Tout agissait correctement, mais pas encore de manière parfaitement coordonnée.

Hah! 'Prock'

Une nouvelle frappe, un nouvelle impulsion. Cette dernière était arrivée un peu plus tôt.

Hah! 'Phrock!

Hah! 'Phrockh'

Haaah! 'Phrrockh'

Au fur et a mesure des coups, tout semblait se synchroniser de manière automatique. Le chakra s'adaptait de lui-même peu à peu à la résonnance du coup, qui semblait bel et bien stimuler le lancement de la technique.

Haah! 'Phrrrrrokh'

Humph! 'Prk'

HUUAAAAAH! 'PHHHHROck'

Hu... 'CHHruck'

mmmhhhuUUUUU! 'CHrachkchkrachk'

Les attaques gagnaient en puissance, mais aussi en picotement. Après ce dixième coup, Kuma du renforcer le Katon, faisant un demi-tigre avec sa main gauche. Après dix petites secondes de repos, il reprit.

HAAH! 'Pchoorrrorjroke'

HAAAAH! 'Pcchrrolqkche'

Bien qu'il crut distinguer les mots "porc laqué" dans le précédent craquement, son attention fut principalement portée sur le fait qu'en l'espace d'un dixième de seconde, son bras s'était contracté d'une manière anormale. Priant pour que ce ne fut pas l'oeuvre de son imagination et de sa fatigue, se remit en position, plus déterminé que jamais, malgré les échardes qui se multipliaient.

Après deux coups supplémentaires, l'effet de gonflement mineur s'était reproduit. Sans s'arrêter, Kuma envoya encore quelques coups d'affilés, faisant gicler de nombreux éclats écorces. Plus ça allait, et plus le gonflement se faisait intense. Emporté dans son euphorie, Kuma continua de frapper comme un dingue. C'était exactement la même expérience que son premier combat au dojo familial: la douleur devenait de plus en plus omniprésente, et il avait la bizarre impression que ça le rendait plus fort.

Au bout d'une trentaine de coup, la métamorphose ne tenait plus sur une fraction de seconde, mais sur deux voire trois secondes d'affilée, et l'allongement du bras se faisait de toute part, comme si une pression interne la poussait à faire ainsi. C'était un ballon qui se gonflait et se dégonflait périodiquement.
Kuma tenta alors le bouquet final.


GGGRRRHAAAAAAAAAAAAHH! ''''PWCHHRRROUUHOOOLLKCH''''

Son cri me glaça le sang. Le coup qu'il avait envoyé avait pénétré le tronc de l'arbre en profondeur, mais le bras avait doublé de volume. Kuma, mettant en application toute la méthode qu'il avait mise au point depuis le menhir géant, approvisionna son bras en chakra instantané le plus longtemps possible. Ca lui faisait horriblement mal: la résistance de l'arbre sur ses coups n'était rien comparé aux douleurs internes que provoquait une fusion de chakra aussi inhabituelle et aussi intense. Mais le plaisir d'avoir une force quasiment doublée compensait, et les larmes qui rampaient sur les joues de l'énorme étaient au moins à moitié de bonheur.

Il ne put conserver son bras sous cette forme plus d'une dizaine de secondes. A la fin de ce laps de temps, il s'écroula par terre, arrêtant toute fusion, mettant également fin au Ondanka Te. Reprenant son souffle allongé dans les feuilles à moitié-décomposées, il avait l'air d'agoniser. Je vint alors lui lècher le visage pour lui remonter le moral et lui transférer du courage. Il n'avait pas encore retrouvé la force nécessaire pour se relever; la dernière fois que son rythme cardiaque avait été aussi rapide, c'était six mois auparavant, et il était tombé dans les pommes.


*Pommes... manger...*

Si j'avais été humain, j'aurais sûrement ris aux éclats en voyant mon maître qui venait de se ruiner la main pendant cinq minutes, en train de ramper comme une limace pour arriver jusqu'à son sac à dos. L'ancien chuunin fourra sa main dedans, et ressortit une pâtisserie aux haricots rouges dont il était particulièrement friand (c'était l'aliment du sac où le sucre était le plus concentré). Il la réservait pour les grosses fatigues; il l'avala d'un coup.
Ca allait tout de suite mieux. Il put de remettre debout deux minutes plus tard, et se hâta de repartir. Pour l'instant, il allait très lentement pour récupérer le souffle qui lui manquait encore, mais il comptait bien ratrapper tôt ou tard le temps qu'il avait perdu.



Aux environs de trois heures de l'après-midi, alors que Kuma avait marché dans les bois en évitant le plus possible les coins où l'on pouvait aisément remaqer sa silhouette, il tomba sur la route. Un chemin qui se dirigeait vers une colline au nord, et qui longeait une rivière, au bout de laquelle on pouvait deviner une immense cascade. Le canal était assez imposant, Kuma crut comprendre qu'il s'agissait du trait bleu sur la carte qu'il avait enmenée avec lui. Et vu la position de sa colline, cela signifiait qu'il était environ à une cinquantaine de kilomètres au Sud-Sud-Oust du village secret des chutes. S'il voulait arriver là où Yagami avait été vu la dernière vu a dernière fois, la direction qu'il devait prendre était exactement celle de la route.


*Tant pis. J'arrête de me cacher. Au pire, si je suis sur le point de croiser quelqu'un, un petit Henge, et tout ira mieux.*

Il rangea son bandeau de Shinobi dans son sac à dos, et s'engagea sur le chemin caillouteux qui s'offrait à lui, en s'appuyant sur son Hambô, qui était ma troisième jame. Nous étions repartis.

_________________

Flood-bannière qui date un peu...

Akimichi Kuma, Chuunin affamé en fuite
~
Missions:
A:0 l B:0 l C:1 l D:2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Akimichi Ichigo

avatar

Nombre de messages : 70
Date d'inscription : 08/05/2007

Feuille de personnage
PV:
215/285  (215/285)
PC:
110/180  (110/180)

MessageSujet: Re: L'appel des chutes et de l'ombre   Mer 27 Fév - 11:57

*Mode fantôme - On*

+1 Intelligence ; +2 Ninjutsu ; Bubun Baïka niveau 1. Toutefois... pas de maîtrise d'armes pour l'instant, on verra ça plus tard ^^" Gomen...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akimichi Kuma
Chuunin d'Iwa
Chuunin d'Iwa
avatar

Nombre de messages : 323
Age : 80
Localisation : Au palais impérial du chocolat
Date d'inscription : 31/03/2007

Feuille de personnage
PV:
96/96  (96/96)
PC:
116/116  (116/116)

MessageSujet: Re: L'appel des chutes et de l'ombre   Jeu 28 Fév - 15:31

Chapitre 3: Cheveux de sang


Trois jours que nous voyagions, et autant de jours que nous n'avions pas tâté de présence humaine. Nous étions remontés vers le nord dans l'espoir de retrouver Yagami, ou au moins une trace ou un indice quelconque qu'il aurait pu laisser. Mais rien du tout. Le chemin que Kuma avait arpenté avait finit par se dédoubler: une partie menait vers le village de Taki, et une autre repartait vers l'Est du pays. Nous prîmes ce deuxième chemin. Cela aurait sûrement été plus simple si seulement l'ancien chuunin avait su la raison pour laquelle Yagami était à Taki... ou avait été, car il était probablement repartit chez lui depuis le temps.
Ainsi, le shinobi qui me transportait continuait sa route, tel un nomade fuyant une chose et cherchant une autre, sachant que ni l'une ni l'autre n'était suceptibe de débarquer d'un moment à l'autre.
Des humains, il n'y en avait pas des masses dans ces forêts humides. Mais pour ce qui était de la faune, c'était autre chose: entre les cerfs, les sangliers géants et les énormes poissons qui remontaient les cascades, Kuma avait préféré apprendre à chasser plutôt que de consommer bêtement ses provisions. Ainsi, les deux précédents repas s'étaient faits autour d'un feu de bois.

C'était à présent le matin du quatrième jour de voyage. J'accompagnait mon maître à une petite rivière pour le voir atrapper des saumons à mains nues (et éventuellement l'y aider), pendant qu'un de ses clones incandecents était partit chercher du bois pour le feu du déjeuner.

Si l'on en croyait la carte, Kuma pêchait à un ou deux kilomètres en aval d'une grande chute, appelée "Cascade du crépuscule pourpre". Et ça n'avait peut-être rien à voir, mais les roches qui bordaient le canal où nous trempions les pieds avaient tous une étrange teinte mauve... Dans tous les cas, c'était le moment ou jamais pour attraper des poissons: ceux-ci remontaient le courant, et ils étaient ainsi très vulnérable face à la redoutable paire de chasseur que nous faisions. Le suimen n'était pas nécessaire: même moi, j'avais pied.




'Splash!'

Kuma venait de précipiter ses deux énormes mains dans l'eau, ayant vu une grosse masse grise se faufiler à sa droite. Mais le poisson ayant l'avantage du terrain ne s'était pas laissé avoir, et avait évité au dernier moment. Malheureusement, le shinobi n'avait pas perdu espoir: il s'était jeté à la poursuite du poisson, essayant à multiples reprises de le saisir. Mais il arriva ce qu'il devait arriver: Kuma trébucha, et s'étala dans la rivière dans un SPLASH monumental. L'énorme était le bec dans l'eau, et ses habits étaient trempés. Il releva la tête.

"Immonde dévaine." marmona-t-il avec dégoût.

En réalité, ce n'était pas de la dévaine, mais un simple manque d'habitude. La suite le montra bien: après avoir crut échapper à la course poursuite de Kuma, le poisson était passé juste devant moi. Gudée par mon instinct de chien, ma gueule ne fit qu'un mouvement. La seconde d'après, l'animal agonisait à l'air libre, entre mes crocs. Mon maître souriait, à présent.


"Merci, Hirachu! T'es un dieu."

Je n'étais pas assez expérimenté pour comprendre ce qu'il me disait, mais j'avais bien saisit le ton de sa voix; de toute évidence, il m'aurait assassiné si j'avais relâché le poisson pour qu'il apprenne à l'attraper à son tour, comme j'avais prévu de le faire. Par conséquent, je rejoignis le côté Est de la rivière pour y poser ma proie.

Pendant ce temps, Kuma se relevait.


*Je ne me sens pas assez stable, c'est pas comme ça que je vais atrapper mon déjeuner. Après tout, le suimen est bien fait pour ça, non? Je peux essayer de m'en servir ici.
Mais... avec ce courant... tant pis, ça sera une bonne occasion de réapprendre à s'en servir.*


Kuma avait mit longtemps avant de maîtriser la marche de l'eau quand il était à Iwa, Bunshichi lui en avait fait bavé pendant ses cours de suimen. Retrouver la quantité nécessaire de chakra à déposer sur la semelle de manière à flotter fut un jeu d'enfant; ce qui fut plus dur, en revanche, c'était de garder son flux de manière à ce qu'il fut parfaitement uniforme, sans quoi la technique ne pouvait marcher. Chèvre entre les mains, Kuma fermait les yeux et se concentrait pour retrouver cette uniformité, pendant que l'eau courante lui chatouillait les pieds. Cela lui prit ni plus ni moins d'une minute.
A présent qu'il avait retrouvé le mode d'emploi, il lui fallait affronter une nouvelle difficulté: le courant. Les remous que Bunshichi avait crée lors de son entraînement n'étaient que passagers, or là ils ne s'arrêtaient pas. Pour remédier à ce problème, Kuma partit d'une idée: il allait envoyer des vagues de chakra dans le sens contraire du courant, de manière à rester sur place.

Alors que cette technique avait l'air de marcher au début, Kuma se rendit vite compte que c'était plus que foireux: il avait réalisé deux essais, et à chaque fois les vagues de chakra n'étaient pas assez fortes: ses pieds furent emportés par le courant, et il fut à nouveau trempé. Cherchant à mieux doser l'intensité des vaguelettes, Kuma s'y essaya encore. Mais quand les ondes n'étaient pas trop faibles, elles étaient trop fortes! Et ça n'était pas bon pour l'équilibre non plus. L'énorme déserteur vécut ainsi une demi-douzaine d'échecs.

Cela n'était pas normal: s'habitude, avec l'entraînement, il finissait toujours par s'habituer de lui-même aux difficultés; l'ennui, c'était que les difficultés étaient particulièrement instables, pour le coup . La rivière n'était pas une piscine à débordement, et la surface de l'eau n'était pas lisse, de même que sa vitesse n'était pas uniforme. C'était perdu d'avance.


*Mais alors je viens de me faire suer pour rien!*

Mais alors qu'il était sur le point de se suicider, il vit paser une feuille. Celle-ci se laissait porter par le courant, sans éxercer la moindre résistance. Et elle flottait.

*........................................Et pourquoi pas?*

Une nouvelle idée. Ca n'était peut-être pas la bonne, mais elle valait le coup d'être éssayée. Cette fois-ci, il allait s'abstenir de toute vague de chakra sur sa semelle: il allait simplement effectuer un suimen normal, comme sur une surface acqueuse plane. Refaisant un ultmie tao de la chèvre, il réactiva son flux, s'appuya sur le fond de la rivère avec les mains, et posa les pieds sur la surface dansante de l'eau. Le chakra était actif... Il poussa alors sur ses bras, et prit appuis uniquement sur ses dux pieds.
Et le voilà partit! Il était accroupit, et voguait avec le courant, exactement à la même vitesse que lui. Il avait décidé de suivre le même parcours que la feuille. Ainsi, quand la vitesse du courant varierait, il lui serait beaucoup plus facile d'anticiper et de moduler son flux en conséquence, comme il voyait la pente sur laquelle il voguait sans effort... enfin presque sans efforts, car il fallait tout de même renouveler le chakra.

Pendant sa petite balade, il apperçut un banc de poissons qui remontaient le courant, c'est à dire qui allaient dans une direction opposée à la sienne. C'était le moment où jamais! Kuma arma ses bras, et au moment où les poissons lui passaient à côté, les envoya droit sur une des ombres grises. Etant beaucoup plus à l'aise, il n'eut pas de mal à en saisir un, mais la peau glissante de celui-ci lui échappa un instant. Usant de sa deuxième main, il empoigna l'animal par la queue, et le saisit plus fermement alors que son suimen prenait fin et qu'il s'étalait une nouvelle fois dans la rivière.

Quand il sortit la tête de l'eau, il avait son trophée en main! Enfin il était digne de déjeuner du poisson! Pour une victoire, c'en était une.
Appercevant un quadrupède qui le fixait sur la rive ouest, il tourna la tête et hurla:


"T'as vu, Hirachu? J'ai réussi moi aussi! Je suis un ours, un vrai......
Hein?"


Il fut alors incroyablement surprit quand il se rendit compte que l'animal qui l'observait n'était pas moi. C'était un renard. Et d'après ce qu'il pouvait se souvenir, son regard était exactement le même que celui qu'il avait observé, le premier soir de sa fuite. On aurait dit qu'il l'espionnait...

*C'est quoi ce délire?*

"Tu veux mon poisson, c'est ça?"

A ces paroles, l'animal roux se retourna, et prit ses pattes à son cou, repartant en sens inverse.

*Je lui ai fait peur, je crois.*

Mais il se demanda ensuite si c'était vraiment lui qui l'avait effrayé. Le regard de l'animal s'était tourné vers quelque chose, puis il avait fait volte-face sans plus attendre. Le shinobi tourna alors la tête vers l'autre côté de la rive, afin de voir de quoi il s'agissait.

Sur une pierre plus mauve que les autres se tenait une silhouette. Ses cheuveux étaient rouges sang. Les yeux de Kuma s'illuminèrent un court instant.


*Impossible...*

Oui, Yagami était repartit du pays des cascades. Seulement voilà: le temps que Kuma s'y rende, il était revenu.

_________________

Flood-bannière qui date un peu...

Akimichi Kuma, Chuunin affamé en fuite
~
Missions:
A:0 l B:0 l C:1 l D:2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Yagami Nara
Déserteur de Konoha
Déserteur de Konoha
avatar

Nombre de messages : 198
Age : 27
Localisation : Là où se trouve la lumière... pour mieux saisir votre ombre.
Date d'inscription : 16/02/2007

Feuille de personnage
PV:
54/54  (54/54)
PC:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: L'appel des chutes et de l'ombre   Jeu 28 Fév - 16:24

Yagami avait couru... longtemps... Taki n'était pas la porte à côté, et il espérait conclure sa mission rapidement, au fond de son être, il y avait toujours la peur insidieuse d'être découvert. C'est ainsi que muni de son seul plan, il avait remonté une rivière, puis une autre, espérant brouiller l'odorat des chiens pisteurs si réputés à Konoha...

Marchant droit dans les rivières, il était trempé, mais il avait acquis une certaine méthode pour remonter le courant en frappant la rivière d'impulsions de chakra. Taki était proche, deux rivières, un chemin, et il y était. Enfin... c'est ce qu'il pensait du moins.


*Que...*

Il s'était arrêté en pleine course. Sans s'en rendre compte, il était arrivé à côté d'un pécheur, accompagné d'un petit chien dont la longueur n'excédait pas la largeur... S'il n'y avait eu que ça... L'homme serait mort, et tout serait fini. Mais là, ce n'était pas n'importe qui, on devinait un bandeau sur son front.

*Un shinobi...*

Puis, une somme de détails assaillit Yagami. Cet embonpoint, ces cheveux...

Kuma...

Le garçon ne semblait pas l'avoir entendu. Yagami eût soudain la crainte d'être pris dans un Genjutsu, et, avec un regard de dément, il enchaîna les Kaï muets dans l'espoir de dissiper l'illusion qui s'était jeté sur ses yeux. Son regard s'embua : plus que son meilleur ami, c'était son passé qui se dressait devant lui, un passé qui lui tournait le dos, encore inconscient de ce qui allait se passer... Alors que le garçon avançait encore un peu, posant son pied sur un grand rocher qui surplombait quelque peu la rivière, un large sourire aux lèvres, retrouvant son visage d'enfant, il remarqua un autre détail.

Un renard le regardait, d'un air nonchalant. Il plongea son regard dans le sien et Yagami crût mourir. C'était lui... lui qui l'avait tué, lui qui avait fait pleuvoir sur lui des flammes pire que celles de l'enfer. Maintenant totalement paniqué, il allait dire à son ami de partir, lui demander de fuir à ses côtés, d'échapper à cet Iwaien, à ce tueur, cet assassin quand Kuma se retourna vers lui. Image furtive d'Ayame, très vite remplacée par le symbole qui barrait le front de l'Akimichi. Shinobi de la roche... C'était donc ça... Il l'avait envoyé, lui, pour le tuer... En cet instant, Yagami était partagé entre deux sentiments très forts.

Il saisit un kunaï, l'approcha de sa gorge, et entailla légèrement cette dernière.


*Même ça, je n'y arrive pas...*

Il tomba à genoux, des larmes se formaient au coin de ses yeux. Puis, il prit conscience de sa situation. Il regarda celui qui allait essayer de le tuer, et, dans un élan de peur, il commença à courir. Retrouver son foyer, son nouveau foyer... Son passé voulait le tuer, alors il vaincrait le passé, il l'abandonnerait, et il se meurtrirait dans le présent. Meurtri, mais pas mort... Tout sauf mort... Tout sauf Ayame...

Le Nara slalomait à travers les arbres, conscient qu'il était suivi par Kuma. Toutefois, il n'était pas conscient que son entaille à la gorge laissait tomber du sang, traçant pour les prochains une piste parfaite. Un mélange de sang et de larmes d'effroi venaient frapper la piste, mais il n'entendait rien, plus rien.

Vivre.

Vivre.

Vivre.

Vivre pour elle.

Vivre pour eux.

Vivre...

Puis, soudain, c'était la fin. Plus de sentier, plus d'arbres, plus de rivière. Une immense falaise qui bloquait la route du ninja qui savait pertinemment qu'un Kinobori ne serait pas assez rapide...

Yagami fit volte-face, un kunaï à la main, et dévisagea l'obèse qui arrivait vers lui.


Approches, Kuma, du clan Akimichi. S'il me faut te tuer, toi, pour vivre, je le ferai. Mais avant, expliques-moi ? Pourquoi Iwa, pourquoi ces assassins, pourquoi choisir la guerre toi que j'ai connu partisan de la paix ? Pourquoi... pourquoi sans moi.

Toute la frustration du garçon remontait maintenant, et cette dernière phrase avait été prononcé pour lui-même plus que pour son ancien ami. Il était prêt à accepter les choix, mais il ne pouvait approuver celui-ci. Pas après ce qu'il avait vécu. Pas après avoir connu une kunoïchi dont le nindo était de protéger les siens... Et pourtant, tout aurait été différent s'ils étaient partis ou restés ensemble. Leur innocence aurait vaincu les déserteurs, Iwa, Suna, Kiri, même Konoha, tout pour ne plus connaître la guerre et mettre au point un monde meilleur. Il prenait maintenant conscience de ses rêves, et de leur beauté, et de tout ce qui en faisait des rêves, et surtout... de la nécessité de vivre pour les réaliser.

D'un revers de la main, le nuke-nin balaya ses larmes, mélange de peur, de tristesse et de frustration, pour se saisir d'un second kunaï. Son regard était des plus décidés. Si son adversaire bougeait à gauche, alors il frapperait par un rebond de la jambe droite... Il élaborait déjà des stratégies, et tout en lui respirait la maturité.


Maturité brisé lorsqu'avec colère il lança :

Réponds !

[HRP : Comme ça fait du bien de RP... C'est le seul truc que j'ai à dire...]

_________________
Yagami Nara
Shike-nin à l'ombre traître...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maboroshi.forumotion.com/index.htm
Akimichi Kuma
Chuunin d'Iwa
Chuunin d'Iwa
avatar

Nombre de messages : 323
Age : 80
Localisation : Au palais impérial du chocolat
Date d'inscription : 31/03/2007

Feuille de personnage
PV:
96/96  (96/96)
PC:
116/116  (116/116)

MessageSujet: Re: L'appel des chutes et de l'ombre   Mar 4 Mar - 19:35

[C'est clair, ça détend...]

Ca n'était donc pas une illusion. Yagami était bel et bien devant les yeux de Kuma. Le regard aussi dur que cette falaise devant laquelle ils se trouvaient tous les deux, la teinture aussi écarlate que le nectar odorant qui ruisselait le long de sa gorge, et pourtant, si semblable à la dernière fois que les deux jeunes homme s'étaient vus. L'ombre parlait à l'énorme; les mots n'étaient pas tendres comme une crêpe...

Depuis le début, la joie des retrouvailles avait l'air unilatéralle, à en juger la manière dont Yagami avait failli mettre fin à ses jours à l'aide de son kunai. Heureusement, il n'eut pas assez de courage pour développer son idée, mais l'encoche qu'il laissa dans son cou figea Kuma, qui avait presque terminé de choisir les mots qu'il allait prononçer, alors que ses pieds trempaient encore dans la rivière. Pétrifié, il n'eut même pas le courage de hurler pour stopper le geste de Yagami; l'idée de le voir gâcher tout l'objectif de son voyage d'un simple mouvement de bras lui avait instantanément cryogénisé ses neurones et fossilisé ses émotions. D'autre part, cette encoche au cou n'avait pas empêché le nuke-nin de prendre la poudre d'escampette dans les bois. L'énorme chuunin ne refléchit même pas avant de le suivre. La chance lui avait sourit, c'était impensable de la lâcher aussi facilement. Il prit juste le temps d'avaler une pilule énergétique pour booster sa vitesse, et de me crier de surveiller ses affaires, sans bouger de là où j'étais. Mais tout canidé que j'étais, je n'avais pas compri un traître mot de ce qu'il m'avait déclaré; et compte tenu des faits, j'était à peu près convaincu qu'il me voulait à ses côtés. Je me mit donc à sa poursuite.
Kuma n'avait jamais été un très bon pisteur. Aussi, dés que les gouttes de sang s'étaient faites plus petites, il faillit se perdre à deux reprises. Il manqua de se lancer à nouveau dans une direction au hazard lorsqu'il me vit arriver à la rescousse.
D'abord un peu énervé par ma désobéissence, il avait commencé par me crier dessus, mais il ne tarda pas à s'arrêter quand il réalisa la performance potentielle de mon nez de chien. Me collant à la truffe une feuille sur laquelle ruisselait une goutte de sang, il prononça l'un des seuls mots que j'étais capable de comprendre. "Cherche".
Alors je cherchai. Et je ne mis pas longtemps à retrouver ce fumet d'émotions tourmentées mêlé à l'odeur reconnaissable entre mille de l'hémoglobine. Mais quand nous arrivâmes à ce pan rocheux, mon pressentiment s'agrava. De cette ombre aux cheuveux rouges s'échappait maintenant une aura de mort. Kuma resta figé devant lui, mais moi, je ne mis qu'une seconde pour faire demi-tour et commencer à rebrousser mon chemin. Je tenais à la vie.

Essoufflé par la course-poursuite, l'obèse fut achevé par les questions que lui posa Yagami. Cela n'était pas du tout les retrouvailles auxquelles il s'attendait: jamais il n'aurait imaginé un Yagami si méfiant, si fuyant, si lâche. Pour lui, la scène aurait été plus chargée en émotions positives. Les bons souvenirs des moments passés, des trips les plus idiots et des rêves innocents jusqu'alors brouillés et diffus dans sa mémoire auraient été instantanément refondus et remis à leur êtat d'origine, tandis que l'espoir d'un nouveau futur radieux, sympathique et plein de croissants et de chocolat se serait dessiné sur leur visage. Ses premiers mots auraient étés "Désolé de pas t'avoir dit adieu...". Et à présent, il devait trouver les phrases pour lui expliquer qu'il ne voulait pas le tuer. La contraste était plus que déstabilisante, si bien qu'aucun son ne put sortir de sa bouche, qui pourtant s'ouvrait et se refermait trois fois par seconde en moyenne.
Mais alors...


"-Réponds!

-LA FERME!"

C'était la première fois que sa voix ressurgissait aux oreilles du maître des ombres. Et ce ton, lui, n'avait pas été utilisé depuis longtemps, au moins depuis sa dernière dispute avec Kitari. La rage de voir ce Yagami si différent du sien avancer ces propos aberrants, la décéption des retrouvailles gâchées, la volonté de comprendre la raison pour laquelle le renard avait dévisagé son vieil ami avec tant de flammes dans les yeux avant de disparaître à son tour, et l'effet enhivrant de sa pillule énergitique... tout cela avait macéré depuis trop longtemps. Trop pour qu'il puisse conserver son calme davantage.

"Tu crois que je te veux du mal, c'est ça? Tu crois peut-être que j'ai passé trois jours entiers à te chercher dans le seul but de ramener ta tête et de toucher cette stupide prime qui figure à côté de ton portrait dans le bingo-book? Non mais oh! Tu me prends pour qui, exactement???
Keuf! Alors c'est ça, déserter? On croit que même ses amis d'enfance sont capable de se retourner contre soi alors qu'on a juré tous les deux d'avaler un miliers de senbon si l'on venait à trahir l'autre, devant la stèle des morts au combat? Si c'est à ça que je risque de ressembler, j'aime autant rentrer à Iwa...
Oh, je vois..."


En prononçant le nom d'Iwa, il s'était souvenu qu'il avait oublié de ranger son bandeau de shinobi dans sa saccoche ce matin. Il défit le neoud à l'arrière de sa tête, et le tendit vers Yagami, en lui montrant la face métallique.

"C'est à cause de ça? Tu penses que ce symbole m'a rendu assez débile pour me donner envie de te zigouiller? C'est parce que nos camps sont ennemis?"

Il se saisit alors d'un double-Kunai dans sa saccoche. Et pendant qu'il barrait d'un geste vif le dessin gravé dans l'alumimnium qui avait décoré son front pendant près de deux ans, les mots surgirent dans un murmure.

"Stupide guerre puérile."

Puis il jeta avec violence le bandeau macculé d'un trait noir sur le sol. L'onde de choc produite par l'impact fit frémir quelques feuilles à peines mortes, et fuir les quelques oiseaux qui avaient eu assez de courage pour suivre la scène.

"C'est mieux, comme ça?"

Après avoir rangé son double-kunai, Kuma commença à avancer vers Yagami en parlant, le défiant de se servir de son arme contre lui; mais il osait espérer que ses précédentes paroles ainsi que les prochaines suffiraient à l'en dissuader. Son premier pas écrasa son bandeau, réduisant ainsi à néant toutes ses possibilités d'avenir social dans un cadre légal.

"Quand la zankatsuki a tué mon père il y a quatre jours, j'avais deux options. Attendre que ses assassins viennent me prendre à mon tour en choisissant Iwa comme garde du corps, ou partir à ta recherche. Même si la première alternative aurait été la plus sûre, une petite voix en moi continue de ma crier que j'ai fais le bon choix. Seulement voilà: juste après mon départ, quelqu'un m'a suivi. Ce n'était ni un Oi-nin ni la zankatsuki, ou je ne serais pas là en train de te parler. Non, c'était quelqu'un d'autre, qui agissait pour son propre compte. J'ignore comment il a su que tu étais mon objectif, mais vu comme il t'a regardé tout à l'heure, je suis à peu près sûr que c'était toi qu'il voulait. Je sais pas qui est cette ordure, mais à tous les coups, elle s'est servie de moi pour mettre la main sur toi.

Tu veux savoir pourquoi je suis parti sans dire adieu? Parce que mon père m'y a forcé. Si tu veux aller t'expliquer avec lui, fais donc! Je suis certain que Tokimaru et ses petits amis se feront un plaisir de t'accorder quelques minutes avec son cadavre! Mais en tout cas, si tu crois que j'ai choisi ces "assassins" et que j'ai fui de moi-même, tu es dans le faux.
Je n'ai pas changé; je n'ai juste pas eu le choix. Je ne l'ai pas eu... oui, jusqu'à ce qu'il meurt. En guise de cadeau d'adieu, un de ses clones est venu me dire que j'avais le droit de choisir mon camp. J'ai choisit le tien. Ceux que tu traites d'assassins, je leur tourne le dos, je suis déjà loin. Mais détrompe-toi, ils ne sont pas tous comme tu le dis, et ce n'est pas parce qu'ils sont maintenant mes adversaires que j'accepterai le combat avec eux. Mon combat, c'est la paix; et ça, je peux t'assurer que ça ne changera pas.
Jamais."


Il s'arrêta de marcher. Un peu plus d'un mètre séparait à présent les deux chuunins déchus. Les yeux de Kuma étaient loin de leur orbites.. Enfin, à moitié essoufflé par sa propre tirade, il prit une ultime inspiration et déclara dans un ton étouffé et assoiffé de réponses:

"Alors, «Yagami, du clan Nara», maintenant que j'ai répondu à ta question et qu'on est tous les deux sûrs que personne ne tuera personne, tu vas me dire qui est ce foutu goupil."

_________________

Flood-bannière qui date un peu...

Akimichi Kuma, Chuunin affamé en fuite
~
Missions:
A:0 l B:0 l C:1 l D:2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Asami Samishii
Désertrice urgence
Désertrice urgence
avatar

Nombre de messages : 97
Age : 28
Localisation : Quelque part dans les limbes
Date d'inscription : 09/11/2007

Feuille de personnage
PV:
24/24  (24/24)
PC:
94/94  (94/94)

MessageSujet: Re: L'appel des chutes et de l'ombre   Dim 9 Mar - 17:56

[HRP: désolée, je reviens de vacances, j'espère que mon post gène pas, sinon je le bouge.]

Un voyage assez long, en compagnie de Yagami, le shinobi était un joyeux compagnon de voyage quand il voulait, et puis vu leur objectif de mission, peu lui importait la restriction de temps. Il semblait qu'il en était de même pour le chuunin, qui n'était pas plus motivé qu'elle pour aller chercher quelques bouteilles de sake, afin d'arroser les joyeux lurons de Shike.

Lorsqu'une présence se fit sentir, et que Yagami semblait reconnaître le shinobi, elle ne sur pas quoi faire, instinctivement, elle avait mit la main dans sa sacoche et en avait tiré un kunai, qu'elle tenait dans son poing, sait-on jamais. Beaucoup de choses lui trottaient dans la tête, et des idées de plus en plus étranges lui venaient à l'esprit au fur et à mesure que les deux shinobis parlaient, échangeaient des paroles plus ou moins blessante, plus ou moins franche.

Asami était restée en retrait durant tout l'échange, elle ne savait pas quoi faire, ni quoi dire, il y avait des choses qui la dépassaient, et ce de très loin. Ce shinobi du nom de Kuma...Sa vision des déserteurs ... Elle était tellement différente de celle que la plupart des "leurs" avaient d'eux-même. Mais il avait l'air sincère, elle laissait à Yagami le soin de résoudre tout cela, elle ne baissa pourtant pas sa garde.

S'avançant lentement elle s'adossa contre l'arbre le plus proche, en un saut, se planta sur la branche qu'elle jugeait la plus confortable, lorsque ces deux là auront fini, elle sera quoi faire, mais quelque chose lui disait que ça n'allait pas finir comme ces deux là l'espéraient...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akimichi Kuma
Chuunin d'Iwa
Chuunin d'Iwa
avatar

Nombre de messages : 323
Age : 80
Localisation : Au palais impérial du chocolat
Date d'inscription : 31/03/2007

Feuille de personnage
PV:
96/96  (96/96)
PC:
116/116  (116/116)

MessageSujet: Grimace terne   Dim 23 Mar - 11:26

La facade rocheuse était comme une grimace. Kuma avait eu plus de mal à garder son calme qu'à retenir ses larmes pendant sa tirade, et bien qu'il eut remarqué la présence de la jeune adolescente aux couleurs ternes dans l'ombre d'un tronc d'arbre, seule celle de Yagami importait à présent. L'arrière plan de la falaise qui avait barré la route au Nara n'avait fait que l'éxaspérer davantage, car elle ternissait encore plus l'ambiance, de sa couleur grise. Il en était de même pour Asami, qui parassait à l'énorme come l'incarnation du rêve de retrouvailles brisé, de la médiocrité, de l'aspect brouillon de ce qu'il était en train de vivre. Tout était gris. Gris comme cette fille, comme la pierre de ce pan rocheux, comme la pierre du village dans lequel il avait passé les deux dernières années. Gris, enfin, comme le ciel qui commençait à pleurer.


Non loin de là, j'étais encore en train de courir dans les bois, commençant enfin à respecter la demande que mon maître m'avait faite juste avant de partir: celle de veiller sur ses affaires. Fuyant ce Yagami comme la mort, je rebroussai chemin en me fiant à mon nez. L'odeur de l'eau de la rivière se faisait proche, ainsi que celle des roches mauves si particulièrent qui la bordaient. Mais ce n'était pas tout: il y avait aussi deux odeurs qui n'étaient pas présentes lors de notre départ à Kuma et moi. L'une de ces deux odeurs m'était étrangère, l'autre familière.
Quand je sortis du bois, arrivant à la rivière, je pus appercevoir le clône de feu de mon maître qui était de retour, et il avait ammené avec lui une autre forme de vie, une autre forme de clone. Ni chair ni feu, mais de la terre. Ses cheuveux étaient pourpres, et ses bras chargés de bois.

Comme prévu, les répliques de Kikiwa et de Kuma arrivèrent à la rivière en moins d'un quart d'heure. Kyl était resté silencieux par prudence, et Kuma par économie de chakra. Mais une fois qu'ils furent sur place, ils purent réaliser que le vrai Kuma avait disparu, laissant son sac à dos posée contre un menhir mauve. Perplexe, le clone de feu restait immobile, attendant qu'une éventuelle explication tombe du ciel. Hélas, ça ne fut pas une explication, mais moi qui apparut devant lui. J'aboyais pour bien lui faire comprendre que quelque chose n'allait pas.
Le Kuma incandescent tourna la tête vers Kyl. Le peu de chakra qu'il lui restait allait lui servir à prononcer ces quelques mots.

"J'ai pas très bien compri ce qu'il m'a aboyé à la tronche, mais c'est du sérieux. M'est avis que tu devrais le suivre.
Oh, et puis laisse donc le bois ici."


Ses rougeurs s'amplifièrent, et les étincelles qui le composaient partirent en douceur, emportées par un coup de vent et à moitié éteintes par la pluie.
Le clone de Kikiwa était à présent seul avec moi. J'ignorais ce qu'il allait me damander, mais je n'avais pas envie de retourner à ce pan rocheux. La pensée de cet être aux cheuveux rouges menaçant mon maître m'avait traumatisé. Je regardai ce drôle d'individu avec interrogation.


Au même moment, une série de souvenirs s'installèrent dans Kuma, toujours face à Yagami. Mais le fait d'apprendre que Kyl était dans le coin ne fut pas assez pour le faire sourire.


[Yagami, waitin' for ya.]

_________________

Flood-bannière qui date un peu...

Akimichi Kuma, Chuunin affamé en fuite
~
Missions:
A:0 l B:0 l C:1 l D:2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soundcloud.com/grey-try
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'appel des chutes et de l'ombre   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'appel des chutes et de l'ombre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cassandra Palmer t.2 - L'Appel de l'Ombre
» [Bjornstad, Ketil] L'appel de la rivière
» Appel à illustration de couverture 2010
» REQUETE] Cherche soft qui fait un bip lors d'un appel ou sms manqué
» [AIDE] Je n'arrive pas à décrocher un appel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Gaiden :: Hors trois Villages :: Hors des trois Villages cachés principaux :: Taki no Kuni ( Village de la cascade )-
Sauter vers: