Naruto Gaiden

Jeux de Rôle Rp sur l'univers Naruto
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Entraînement] Le Grand Bois Humide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tensui kiryoku
Jounin de kiri
Jounin de kiri
avatar

Nombre de messages : 484
Date d'inscription : 04/01/2007

Feuille de personnage
PV:
123/135  (123/135)
PC:
108/119  (108/119)

MessageSujet: [Entraînement] Le Grand Bois Humide   Mer 27 Fév - 12:20


Des bois humides, résidant non loin du centre de kiri. Au sud, de là où reviens le vent froid de l'hiver, cette forêt est sujet à de grandes fraicheurs. Les arbres imbibé d'eau, recouvert de mousse, est un micro climat automnal. Les feuilles rousses, tombantes, renaissantes, ce bois féerique a le talent d'en fabuler plus d'un. La visibilité y est faible mais encore convenable.



L'ours débarquait au pas de course. Son image apparut instantanément dans les bois humides. Il n'avait pas de temps à perdre, il sortait d'un débriefing d'une mission menée à bien. N'ayant pas bougé pendant plus de deux heures, il avait les membres qui le démangeaient. Pourtant, s'il se cherchait un coin sombre, tranquille, c'était pour un entraînement spécial. Les griffes de kiri allaient se matérialiser ici, et devenir pour la première fois dangereuses ici. S'assurant que personne n'était à l'écoute, ni en espionnage, il commençait à se concentrer.

Se positionnant en posture du lotus, les mains à plat sur ses genoux, la tête haute, la respiration profonde, l’ours méditait. Se déconnectant au monde extérieur, il respirait profondément. Tensui sentait l’oxygène lui rentrer abondamment dans le nez. Toutes ces petites particules s’agitèrent dans son nez pour s’engouffrer dans la gorge, puis les bronches. Sentant le véritable courant qui se créait dans ses poumons, il sentait ces derniers se gonfler puissamment. Son torse se gonfla, son ventre rentra. Levant un peu plus la tête, l’animal pouvoir voir l’oxygène se loger dans les quatre coins de ses poumons. Ceux-ci prirent pour chemin le sang de l’animal. Les poumons gonflés d’air impur, il le recracha. Ainsi était fait le cycle de la respiration. L’animal entra alors encore plus loin dans son corps d’ours.

Il voyait clairement son oxygène s’engouffrer dans les puissantes veines artérielles qui menait à son cœur. D’ici, il sentait les vibrations de ce muscle endurcit et aguerrit. Un cœur de pierre, dur comme la pierre qui est derrière une robuste armure, un cœur tendre et de chair. Ainsi, l’ours est mortel, voila, l’ours est humain. L’oxygène eut la chance de rentrer dans son corps. Mais il n’y resta pas bien longtemps. Car déjà, il fut envoyé un peu partout dans la carcasse de l’animal. L’inspiration venait à porter ses fruits. Ses muscles, ses organes, semblaient se réjouir de tels dont du cœur. Ils les sentaient se régénérer, s’épaissir, vivre. Très bientôt, l’animal n’eut plus aucun contact avec le monde intérieur. Il méditait, calmement.

L’ours s’attarda à son nombre, source d’énergie. Ici, le chackra corporelle était créé. Il sentait cette production lui réchauffer le corps. Mais alors qu’il envoya ses deux yeux, ainsi que toute son intention, à ce centre de puissance, il ressentait la chaleur de ses chackra. Ils le brûlaient. S’agitant dans de minuscules méridiens, ils lui traversaient le corps encore et encore. Si gigantesque corps qu’il avait, il n’avait pourtant pas autant de chackra. L’entraînement, le véritable, débutait ici. L’animal devait accentuer ses effluves énergétiques. En gros, il devait faire tourner les machines au maximum. Concentrant toute son attention dans son nombril, il se mit à produire autant d’énergie qu’il le pouvait. Très rapidement, des perles de sueurs se mirent à apparaître sur son front. Statiques, immobiles, elles étaient témoins des efforts intenses de l’animal. Une véritable chaleur qui lui brûlait les tripes apparut. Les méridiens de l’animal étaient malmenés par une pression trop intense.

L’animal soufflait, l’exercice devenait à partit d’ici, très difficile. Ses difficultés de chackra ont toujours était flagrantes. Comme un muscle, la production de chackra doit s’exercer. Usant de toutes ses capacités, il arrivait à son apothéose. Mais ce ne fut pas suffisant. L’animal donnait encore plus, toujours plus. Son visage, à présent, était trempé d’une sueur collante. Il haletait, autour de lui les feuilles rousses voletaient. Son nombril le brûlait, sa concentration était maximale. Il ne pouvait d’avantage, mais il s’obstinait et forçait encore. Il se sentit partir. La notion de l’horizon se modifia, sa tête lui tournait. Et même les yeux fermés, il voyait quelques étoiles apparaître. C’était mauvais, il forçait de trop. Ouvrant les yeux, relâchent que très légèrement la pression. Il concentra alors, toute sa masse énergétique dans ses mains. Celles-ci devinrent brûlantes. Le second chapitre de l’exercice allait pouvoir débuter..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tensui kiryoku
Jounin de kiri
Jounin de kiri
avatar

Nombre de messages : 484
Date d'inscription : 04/01/2007

Feuille de personnage
PV:
123/135  (123/135)
PC:
108/119  (108/119)

MessageSujet: Re: [Entraînement] Le Grand Bois Humide   Jeu 28 Fév - 17:50

Mettant ses mains en évidence, le second volet de l’entraînement allait pouvoir débuter. Le but était simple, la façon complexe. L’ours devait matérialiser des griffes aiguisées au bout de ses doigts. Griffes de chackra synthétisant des griffes d’ours, longues et meurtrières. Observant ses mains, il se donna quelques secondes de reprise. Les étoiles peu à peu s’éloignaient, la ligne de l’horizon redevint plus naturelle, l’ermite retrouva ses esprits.

C’est alors qu’il débuta l’exercice : la création des griffes. L’ours rassembla toute son attention au bout de ses doigts. La création des petits scalpels allait certainement bientôt se réaliser. Mobilisant un maximum de chackra à l’une des extrémités de son corps, il voyait sur ses mains la fine couche de chackra s’onduler. Progressant lentement, elle se rendait au bout des doigts. Plissant les yeux, l’ours luttait à utiliser ses énergies ainsi. Il se souvint alors, les années passés, ses entraînements de chackra. Lorsqu’il était gamin, qu’il était soumis à la discrimination des plus durs. Sombrant peu à peu dans le passé, plusieurs scène lui apparurent soudainement. Peu être, intervenaient-elles pour soutenir Tensui dans sa concentration et à le faire mener le pas vers la réussite..

Tensui Kiryoku, quatorze ans, se retrouvait prêt d’un arbre massif et gigantesque. Comment oublier le vieil arbre vert de konoha ? Dominant, massif, l’endroit merveilleux où s’entraînait Tensui. Le jeunot saignait de la tête, une chute lors de l’entraînement lui avait ouvert le crâne. Une douleur atroce s’empara alors de sa tête. Un marteau frappait inlassablement sur le cerveau malmené de l’enfant. Comme si une lame l’avait pourfendu, la plaie faisait résonner dans son crâne, un goût de souffrance. Mais la volonté était toujours là, elle. Et l’enfant se relevait déjà pour continuer à s’entraîner. Les larmes coulaient le long de son visage, la tête lui tournait, sa vue devenait incertaine. A moitié sonné, il sentait encore ce liquide chaud dégoulinant dans son cou. L’entraînement serait des plus durs, mais il devait continuer. C’est alors qu’une main chaude et presque paternelle se posa sur son maud. De petites mains, comme celle d’un enfant, vint discrètement recouvrir la blessure. « "Shousen Jutsu !!!" » la jeune personne se présentait au futur Ermite. Chaleureux, aimable, il était le chunnin le plus jeune de tout le village. Talentueux jeune homme, il était bien plus puissance que Tensui, mais aussi bien plus jeune. Un génie en part entière. Echangeant quelques mots avec son supérieur, ils en vinrent finalement à un entraînement commun. Le Taïjutsu, voie du corps. L’unique discipline connu par le jeune Kiryoku. L’unique ! Ses chackra étant difficilement produit, son utilisation reste plus que laborieux. Le Genjutsu, le Ninjutsu lui était naturellement impossible. C’est pourquoi, le jeune Keiko voulut l’exercer et s’améliorer notamment au corps à corps. Acceptant, le jeune étudiant ne tardait pas à trouver une posture de combat offensive. Il s’élança alors, à la grande surprise du supérieur, à l’assaut. Etonné d’une tel fougue et d’une tel volonté, le jeune garçon décela en lui de véritables talents. Alors que Tensui lançait de multiples assauts rapides, coordonnés, digne déjà d’un combattant, le chunnin s’efforçait d’esquiver inlassablement. La bataille fit rage, et la lutte ne se terminait plus. Tensui pu toucher son adversaire mais il fit une erreur et se retrouva terrassé. "Ten....Tensui-Kun ! Tu es un génie....c'est impressionnant." Un génie ? Ce jeune garçon fut l’unique à oser l’appeler ainsi. Les yeux de Tensui se dilater, encore et encore. Un Génie ? Ses bras devinrent talent, quelqu’un le reconnaissait enfin. Un Génie ? Qu’est-ce qui lui avait donné le droit d’être appelé ainsi ? Sa volonté !

L’ours se réveilla, et il remarquait alors enfin ce qu’il avait fait presque inconsciemment. Les griffes étaient presque matérialisées. Elles étaient petites, bientôt tranchantes. Mais elles n’étaient encore que trop faibles et l’animal devait rajouter un minuscule détail. Il devait redonner ce qui lui permit d’être appelé ‘génie’. Serrant les dents, crispant son visage, les mains en évidence, l’animal envoya toute sa force mentale au bout de ses doigts. Dans des éclairs d’énergie, ses chackra se rassemblèrent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Entraînement] Le Grand Bois Humide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel est le meilleur entraînement des rocky ??
» Vêtements d'entraînement
» Sylvester Stallone arrête l'entraînement
» [SOFT] FOOTCOACH 0.5 : Listing d'exercices d'entraînement de football [Gratuit]
» S'entraîner chez soi :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Gaiden :: Hors trois Villages :: Hors des trois Villages cachés principaux :: Kiri no Kuni :: Marais-
Sauter vers: