Naruto Gaiden

Jeux de Rôle Rp sur l'univers Naruto
 
AccueilFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Entraînement] Danse avec la foudre

Aller en bas 
AuteurMessage
Kogare Nega
Chuunin de Kumo
Chuunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille de personnage
PV:
81/81  (81/81)
PC:
625/625  (625/625)

MessageSujet: [Entraînement] Danse avec la foudre   Jeu 19 Juin - 18:06

[Suite au crash, je reprends le topic au dernier post en attente de verdict]




Un fracas assourdissant emplit la salle alors que le plafond s’effondrait, en explosant en mille morceaux. L’aura d’éclairs qui entourait le chuunin le protégea des multiples éclats qui jaillirent sur lui, comme autant de projectiles acérés désireux de l’envoyer ad patres. La vitesse à laquelle il avait déclenché son raiton bougyo était impressionnante, comme si son subconscient avait pris la décision de malaxer son chakra électrique et de l’expulser par les bons tenketsus. A nouveau, il se posa la question sur son aptitude à prévenir certains évènements, et à mettre son corps en mouvement alors que son esprit ne pouvait pas encore avoir perçu l’intérêt ou même l’absolue nécessité de le faire. Instinct ou prescience, délicat de donner une réponse définitive, même si l’esprit cartésien poussait invariablement vers l’instinct. Quoique, même là, l’instinct, cela n’avait rien de rationnel, rien de démontrable. Juste une façon d’exprimer quelque chose qu’on ne comprenait pas entièrement, un mécanisme inconscient en somme. Et ce genre de choses ne se travaillait pas, c’était juste inscrit dans le code génétique, ou pas.

La question qui se posait désormais était de savoir s’il avait déjoué le piège ou si ce n’était là qu’un début. Il savait à peu près à quoi s’attendre maintenant, en tout cas, c’était ce qu’il croyait, et il était donc sur ses gardes, à chaque pas qu’il faisait, prenant garde aux conséquences potentielles du déclenchement d’un carreau piégé. Son chakra était tout prêt à faire son office, sauf qu’il n’en eut pas l’occasion, tout au moins pas jusque là. Il avança, carreau par carreau, jusqu’au bout de la salle, où se trouvait la fontaine et l’empreinte de la main. Il jeta un œil à chacun, et n’y tenant plus, il mit ses mains en coupole sous le jet de liquide et en ingurgita à trois reprises, à la façon d’un cheval dans une auge. Peu importait le style, seul comptait le fait de pouvoir enfin s’hydrater. Il poussa un grand soupir de soulagement, apparemment l’eau n’était pas empoisonnée, et il pourrait tenir un peu plus longtemps grâce à ça.

Il n’avait plus qu’à activer le sceau. Au fond, cette salle-là n’avait rien de si compliqué. Il posa sa main dans l’empreinte et déclencha son raiton no mai. Seul bémol, rien ne se passa, et il remarqua alors que contrairement aux autres symboles, celui-ci n’était gravé que de façon superficielle. Il n’était pas relié à l’empreinte, et il ne put faire autre chose que se passer la main dans les cheveux, et se gratter le crâne, dubitatif devant ce qu’il venait de découvrir. Il avait peur d’avoir échoué, d’être coincé ici à jamais. Aucune solution ne lui venait. Il pensa à une illusion, mais il savait bien qu’ici il ne pouvait compter que sur ses aptitudes électriques, le genjutsu n’avait pas sa place dans ce sanctuaire. Il avait raté quelque chose, même s’il ne savait pas réellement quoi, pas encore. Altitude…

Il leva les yeux pour admirer ce à quoi le plafond avait laissé place. Une gigantesque plate-forme. Et avant même de savoir ce qu’elle soutenait, il sut qu’il devait la faire tomber. Elle semblait énorme, mais les systèmes d’accroche étaient assez simples à identifier, et Nega eut tôt fait de repérer le point faible de la construction, l’endroit où il devrait concentrer sa puissance lors de l’impact. A cette distance, il n’avait pas trente six solutions. Les taos laissèrent place à un gigantesque dragon de foudre, filant droit sur sa cible.

"Raiton haryuu"

La première accroche détruite, la plate-forme se mit à pencher, et un petit clic retentit. Il aurait du s’en douter. Une véritable volée de shurikens s’abattit en provenance du plafond, tandis que des pics acérés sortaient du sol pour empêcher toute tentative d’esquive. Pris au piège, il devait se défendre d’une autre façon, et il choisit donc les éclairs. Puisque le lieu s’y prêtait…

"Raiton bougyo"

Les projectiles ricochèrent un à un contre la défense de foudre. Sans perdre une seconde, le chuunin se remit à l’ouvrage. Cette fois, il s’agissait de descendre l’autre support, et cela signifiait que la plate-forme chuterait sur une surface impressionnante, comme le plafond précédemment. Il faudrait probablement refaire la même opération périlleuse, et en lançant ce premier dragon, le Kogare savait déjà qu’il lui faudrait peut-être en lancer un second dans un laps de temps très court. Il malaxait une quantité impressionnante de chakra pour pouvoir faire face à cette double sollicitation.

"Raiton haryuu"

Comme prévu, la plate forme se mit à vaciller, et sous l’effet du poids, elle bascula définitivement, pour aller s’écraser à l’étage inférieur, en plein sur le chuunin. Les taos du premier à peine achevés, il avait commencé ceux du second dragon d’éclairs.

"Raiton haryuu"

Celui-ci percuta la plate-forme en pleine chute, y creusant un trou béant juste au dessus de lui. Des éclats, à nouveau. Et son corps se recouvrit de l’aura bleutée protectrice, à nouveau…

"Raiton bougyo"

Protégé par sa technique, il s’en sortit avec seulement quelques belles éraflures, et un bleu ici ou là, mais rien d’insurmontable. Faisant craquer les vertèbres de sa nuque après un choc pareil, il se remit au travail, cherchant parmi les décombres l’indice qui lui manquait. A force de fouiller, il trouva une petite caisse, avec une empreinte de main dessus. Il plaça sa paume et ses doigts et activa son raiton no mai. La serrure scellée réagit, et le coffret s’ouvrit. Il contenait un marteau et un burin. Nega les regarda longuement, puis regarda le kanji sur le mur à côté de la première empreinte.

Se saisissant des outils, il se mit en face du kanji incomplet, et en sculpteur et calligraphe accompli, il attaqua son œuvre. Tracer le kanji. Le graver au plus profond de la paroi, pour que le sceau s’active. Il n’avait pas de certitudes, rien ni personne ne lui avait expliqué ce qu’il était sensé faire, mais à nouveau son instinct avait parlé, laissant l’art prendre place. La nervosité l’avait quitté, subitement, comme si ce qu’il avait désormais à faire rentrait enfin dans son domaine de prédilection, comme s’il avait retrouvé sa voie, à jamais. Les coups de marteaux étaient précis, à la base du burin, l’angle calculé au dixième près. Des petits copeaux quittaient le mur au fur et à mesure, causant quelques étincelles au moment où le garçon frappait. Bientôt le kanji apparaissait, comme les autres, et le Kogare fignolait le travail, en effectuant de minuscules retouches, sur des défauts quasi invisibles à l’œil nu. Le perfectionniste qu’il était n’admettait pas que son œuvre puisse en présenter un, aussi mineur soit il. Ce ne fut qu’une fois pleinement satisfait qu’il posa sa main dans l’empreinte pour la seconde fois.

"Raiton no mai"



_________________
Kogare Nega, fils de la roche, exilé à Kumo
Missions => Rang D : 2; Rang C : 3; Rang B : 0; Rang A : 0; Rang S : 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kogare Nega
Chuunin de Kumo
Chuunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille de personnage
PV:
81/81  (81/81)
PC:
625/625  (625/625)

MessageSujet: Re: [Entraînement] Danse avec la foudre   Jeu 19 Juin - 18:06

Cette fois-ci, la tentative porta ses fruits. Il sentit les ondes électriques qu'il dégageait, elles se propageaient à travers la roche, dont il avait compris la structure en la taillant quelques instants auparavant. L'éclair artificiel qu'il produisait se dirigeait droit sur le kanji qu'il irrigua soudainement d'énergie, et à qui il donna une couleur indigo, que le Kogare apprécia. Il ferma les yeux un instant, satisfait d'avoir résolu cette nouvelle énigme, d'avoir surmonté cette nouvelle épreuve. La puissance n'était rien si l'on n'avait pas l'once d'intelligence nécessaire pour l'utiliser correctement, voilà en substance quelle était la leçon de cette salle-là. Nega se pencha sur cette pensée quelques instants. D'un côté, il était persuadé d'avoir toujours agi ainsi, d'avoir toujours cherché la réflexion avant l'action, d'avoir toujours privilégié la résolution d'un problème avec sa matière grise plutôt que ses muscles ou une dépense phénoménale de chakra. Mais il devait aussi reconnaître qu'à force de progresser et de se voir vaincre des obstacles toujours plus solides et redoutables, en utilisant ses capacités, en les poussant à leur maximum, il était facile de se laisser griser par la puissance, de se laisser bercer par une illusion d'invincibilité, et de sombrer dans une mégalomanie doublée d'une soif de pouvoir, qui lui serait à coup sûr fatale. Il fixa à nouveau le kanji, celui de l'altitude, et il se demanda aussi s'il n'y avait pas là un double sens également, caché. Comme si s'élever n'avait pas forcément la forme que l'on croit.

Un sourire léger s'afficha sur ses lèvres alors qu'il comprenait de nombreuses choses d'un coup, et il s'estompait tout aussi soudainement. Une sorte d'illumination éphémère, avant le retour à la dure réalité des choses. Il but une nouvelle gorgée d'eau à la source, profitant de sa présence avant de s'attaquer aux épreuves suivantes, qui seraient probablement tout aussi délicates que celles qu'il venait de découvrir. Plus que deux, enfin, avant la porte du fond. Qui sait ce que celle-là lui réservait encore. Il fit claquer les vertèbres de sa nuque tout en massant son trapèze gauche, qui avait souffert d'une chute d'éclat rocheux, malgré le bouclier électrique mis en place. Son corps était mis à rude épreuve, et il devait en prendre soin, pour ne pas le pousser plus loin que ses limites physiques. Il finit par sortir de la salle, tout en passant sa main dans ses cheveux, et il se gratta le crâne une fois dans le couloir, hésitant entre les deux dernières options qui s'offraient à lui. Première à droite ou troisième à gauche ? Quelques instants furent nécessaires avant d'opter pour la première à droite. Ce n'était que pur hasard, aucun des deux kanjis ne l'inspirait réellement, au contraire. Et il posa donc sa main sur l'empreinte avec une appréhension renouvelée.

La salle au symbole signifiant solitude s'ouvrit. Celle-ci ne lui faisait pas peur généralement, mais ici elle devait avoir un sens qui n'avait rien de bon. Il était évident qu'il était là seul, que personne ne l'accompagnait, et il ne voyait pas de quelle présence il pourrait être privée. Sauf, une fois entré, et la porte se referma immédiatement sur lui. Jusqu'ici, le lieu l'avait empêché d'utiliser son chakra pour toute autre chose qu'effectuer des techniques basées sur son affinité raiton. Mais ici, il était comme vidé, impuissant. Son chakra était scellé, et il ne pouvait pas en faire usage, même pour créer des éclairs. La sensation était terrible. Pour quelqu'un qui s'habituait à cette énergie présente dans son organisme en permanence, énergie sur laquelle il pouvait toujours compter, quelque soient les circonstances, se retrouver ainsi, en face d'un néant aussi profond que les abysses, était douloureux. Une séparation forcée, et mal vécue.

En avançant d'un pas, il frôla une ficelle, et déclencha un piège. Il s'agissait d'une pluie de sembon qui se déversa sur lui. Il aurait voulu faire appel à son shunshin, ou bien à son bougyo kaiten, mais il ne le pouvait pas. Il bondit sur le côté pour s'éloigner de la zone, mais il ne pouvait pas complètement en sortir avant l'impact. D'un geste vif, il décrocha le fuma shuriken qu'il avait récupéré dans la première salle, et d'une rotation habile, il le mit en opposition, à bout de bras, pour s'en servir comme d'un bouclier. Les fines aiguilles ricochèrent contre le métal. Sauvé, en tout cas provisoirement. Un autre problème se situerait tout au fond de la pièce, il n'avait aucune idée de la manière dont il devrait activer le kanji. Et effectivement, avec la porte fermée derrière lui, il ressentait une solitude pesante, quasi insoutenable. Une nouvelle foulée, tout en restant sur ses gardes. Il observait le sol à la recherche d'un éventuel autre fil transparent, mais bien sûr il n'en trouva pas. Cela aurait été trop facile. En revanche, il entendit la clochette tinter. Il connaissait le mécanisme, en ayant entendu parler par Fenris qui s'en servait dans ses pièges les plus élaborés. Il s'agissait d'une technique de déclenchement en provenance d'Oto. Le mouvement du corps provoquait des courants d'air, et en plaçant une clochette ultra sensible dans un lieu complètement isolé du reste de l'environnement, on pouvait détecter l'intrusion d'un homme. Ensuite, il suffisait de mettre en place une membrane qui réagissait au son provoqué, pour répercuter sur le piège et s'occuper de la personna non grata.

Cette fois-ci, ce fut une trappe qui s'ouvrit juste en dessous de lui. De grands pics en dessous l'attendait pour l'empaler à la fin de sa chute. Il se sentit abandonné, cherchant son kinobori, sur lequel il ne pouvait pas compter. Et à nouveau, ce fut le fuma shuriken qui le sauva. Il le tourna, alors qu'il commençait à tomber, de sorte de le faire toucher les deux parois, ce qui en fit une sorte de frein providentiel. Accroché à celui-ci, il dut forcer sur ses bras pour remonter, à la manière d'une traction. Il posa alors ses pieds sur la paroi, pour soulager l'arme de jet géante. Il aurait l'air malin, si celle-ci se remettait à chuter. Effectuant un véritable exercice de contorsionniste, il parvint à se glisser entre deux pointes du shuriken, et à repasser au dessus. S'appuyant dessus, il s'accrocha à la paroi, et désireux de ne pas laisser son sauveur au fond de son trou, il le décoinça avec le pied. Puis au prix d'un effort surhumain, il se remonta, et récupéra l'arme de justesse, alors qu'elle avait failli retomber, définitivement.

Un grand soupir de soulagement accueillit l'exploit du chuunin. Ainsi qu'une grande crainte pour la suite de ce périple à travers la cinquième salle. Il y aurait d'autres pièges, et la question de l'activation du kanji de la solitude n'était toujours pas réglée. Il s'assit au bord du précipice dans lequel il avait failli laisser la vie, et il regarda cette arme qui venait de le sortir d'un mauvais pas à deux reprises en un rien de temps. Nega se demanda si c'était réellement le hasard qui l'avait fait le ramasser dans cette première salle, si c'était vraiment le hasard s'il était rentré dans cette salle après avoir parcouru celle du shuriken. Peut-être oui, le hasard, une simple coïncidence, un coup de chance. Ou alors, c'était le destin, et tout cela était écrit. Mais il semblait si facile de tout faire basculer, avec un rien, un minuscule grain de sable. Il regardait son reflet dans l'acier du shuriken, et se voyait encore en vie,





_________________
Kogare Nega, fils de la roche, exilé à Kumo
Missions => Rang D : 2; Rang C : 3; Rang B : 0; Rang A : 0; Rang S : 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kogare Nega
Chuunin de Kumo
Chuunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille de personnage
PV:
81/81  (81/81)
PC:
625/625  (625/625)

MessageSujet: Re: [Entraînement] Danse avec la foudre   Jeu 19 Juin - 18:06

Nega l'avait échappé belle, et il n'était pas au bout de ses peines, mais le fait d'en être conscient rendait sa concentration plus aiguë. On disait souvent qu'un homme averti en valait deux. Cela se vérifiait parfaitement dans le cas du Kogare, qui se tenait sur ses gardes, sachant que l'impossibilité de faire appel à son chakra rendait ses réflexes habituels caduques, ce qui le transformait en un être hautement vulnérable. Il ne pouvait pas suivre son instinct comme il le voudrait, il lui fallait réfléchir, et la perte de temps occasionné pouvait lui coûter la vie. Si on ajoutait l'inconnue de l'activation du kanji de la solitude, il avait du pain sur la planche. A chaque pas, ses sens aiguisés cherchaient l'indication d'un danger imminent, d'une menace sur sa vie. Et l'une des difficultés était de ne pas en avoir à chaque pas. On avait tendance à se laisser aller petit à petit, à relâcher son attention, et c'était à ce moment, celui où on ne s'y attendait plus, que le traquenard apparaissait, se refermait soudainement et définitivement.

Nouvel appui sur le sol, le corps du chuunin basculait vers l'avant, et il posa le pied suivant, tout en déglutissant. Rien. Nouveau pas. Rien. Ils se succédèrent ainsi, jusqu'à la barrière invisible. Il la sentit en avançant le pied contre. Le verre transparent ne présentait pas le moindre défaut, et il était impossible de le déceler par la vue. Nega posa ainsi ses deux mains contre ce mur qu'il ne pouvait que deviner sans contact tactile. Et lentement, il se mit à le longer, d'abord vers le mur le plus proche, puis n'ayant pas trouvé la moindre brèche de ce côté là, il rebroussa chemin, et repartit vers la droite, se plaquant véritablement contre le verre pour détecter la moindre ouverture qui lui permettrait de franchir l'obstacle imprévu. Il finit par repérer ainsi une faille, un carré d'une cinquantaine de centimètres sur un petit mètre de haut, et pour corser un peu la difficulté, celle-ci ne se trouvait pas à même le sol. Il dut donc sauter, façon cabri, pour passer à travers l'orifice qui lui permit de pénétrer dans le labyrinthe immatériel qui allait l'occuper pendant les deux heures suivantes. Les passages se firent de plus en plus étroits, et de plus en plus habilement cachés. Plus d'une fois, il dut faire demi-tour, coincé dans une impasse, et reprendre du segment précédent. Le dédale de verre lui avait semblé une épreuve difficile, jusqu'au moment fatidique où il avait enfin rejoint l'empreinte et le kanji.

A son grand désarroi, il constata qu'il n'avait en rien terminé le parcours du combattant, que lui proposait la salle. L'empreinte n'était en effet pas réelle, et ce qu'il n'avait atteint n'était qu'un miroir. Le jeu des glaces était un jeu de dupe, une illusion plus puissante que les genjutsus d'Azaru-sama. Il se mit à tâtonner, après avoir poussé un soupir. Il n'avait qu'une envie, faire voler en éclat tout ce parcours d'un dragon électrique. Il se moquait bien des sept ans de malheur promis au blasphémateur qu'il serait en le faisant. La superstition n'était pas vraiment son domaine. Sa progression au travers de cette épreuve fut longue, pénible, harassante. Il en toucha tout de même le bout, avec un soulagement immense. Et à nouveau, il put voir l'empreinte au fond de la salle. Il se déplaça très lentement jusqu'à elle, un peu inquiet, et se demandant sérieusement quelle nouvelle surprise risquait de l'attendre là.

Finalement, il n'eut pas de nouvelles mésaventures. Il semblait bien qu'il soit arrivé au bout de la salle, à son objectif, le kanji à activer, grâce à l'empreinte, dans laquelle il devait faire circuler son chakra électrique. Il lui avait semblé qu'il était impossible de le faire dans cette salle, mais peut-être qu'ici, il pourrait y parvenir. Il plaça donc sa main, et tenta de déclencher un raiton no mai. Sans succès, en fait. Ses craintes étaient donc justifiées, ce qui n'avait rien de rassurant. Il essaya une seconde fois, pour être certain de sa conclusion, la contre-expertise était une nécessité pour son esprit cartésien. Il s'assit alors en tailleurs, juste devant le kanji, et il se laissa aller vers l'arrière, pour s'étendre et réfléchir. Il n'avait pas accès à son chakra, et il n'imaginait pas qu'il y ait un autre moyen d'activer le sceau en question. Il se releva et inspecta minutieusement autour de l'empreinte, cherchant un mécanisme quelconque qui l'autoriserait à reprendre possession de cette énergie interne qu'il sentait bloquée en lui, comme si ses tenketsus refusaient de lui obéir, sous l'effet d'une oppression extérieure.

Ce fut cette pensée qui le mit sur la voie. Il repensa à Dokami-sama, et aux exercices qu'il prônait. Le Meng Qe, cette manière de préparer son corps et ses tenketsus à l'utilisation intensive du chakra. Levant doucement son bras droit devant lui, il le bloqua à l'horizontale, et ramena son alter ego à la hauteur. Prenant une grande inspiration, il mit ses jambes en position, fléchissant sur les genoux, et il débuta les katas avec son sérieux habituel, cette façon de réaliser un exercice comme si c'était un exercice dont dépendrait le reste de sa vie. A l'aide des mouvements lents et amples, il étira ses méridiens, et échauffa ses tenketsus, cherchant à les remettre en fonctionnement, à retrouver l'usage de son chakra, à briser les verrous qui le maintenait captif.

Il posa alors sa main sur l'empreinte, et fermant les yeux, il s'attaqua à ce qui l'agressait intérieurement. A la manière d'un kaï, il effectua une introspection poussée, écartant les limites que l'environnement cherchait à lui imposer. Le caractère instable de son énergie foudroyante le guida, et il en amena une infime quantité dans sa main, au prix d'un effort terrible. Insuffisant toutefois pour activer le sceau. Mais il n'avait aucune intention de s'arrêter là, et il remit ça, avec la ferme intention d'en venir à bout.

"Raiton no mai"

L'apparition d'un sourire fugace sur le visage du chuunin accompagna l'illumination du kanji de la solitude d'un rose pâle tout à fait de circonstances. Après une nouvelle inspiration, Nega se retourna, observant le chemin qu'il devrait parcourir dans l'autre sens, et sans l'ombre d'une hésitation, il se lança.

"Raiton haryuu"

Il laisserait un champ de ruines derrière lui s'il le fallait...

_________________
Kogare Nega, fils de la roche, exilé à Kumo
Missions => Rang D : 2; Rang C : 3; Rang B : 0; Rang A : 0; Rang S : 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kogare Nega
Chuunin de Kumo
Chuunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille de personnage
PV:
81/81  (81/81)
PC:
625/625  (625/625)

MessageSujet: Re: [Entraînement] Danse avec la foudre   Jeu 19 Juin - 18:06

Les dragons d’éclair se succédèrent pour lui frayer un chemin. La salle était recouverte d’éclats de verre, comme autant de stigmates du ménage en profondeur qu’il était en train d’accomplir. L’écho des vitres brisées se répercutait sur toutes les parois encore debout, créant un vacarme assourdissant, au milieu duquel les foudres du Kogare frappaient sans relâche. Elles fracassaient tout ce qu’elles trouvaient sur leur passage, ne faisant aucune différence, et déversant des flots incessants d’énergie à travers la pièce. En marchant ainsi, droit devant lui, Nega activa un piège auquel il avait échappé à l’allée, une dalle piégée qui déclencha la mise à feu d’une trentaine de projectiles variés. Un raiton bougyo les accueillit lorsqu’ils approchèrent du garçon, et ils tombèrent au sol, en miettes. Le calme du jeune garçon était impressionnant. Il sortit de la salle, et sans même regarder la dernière porte qu’il devrait ouvrir pour activer un kanji, il se dirigea dans la salle précédente, pour rejoindre la fontaine, ou il mit ses mains en coupole. Une fois désaltéré convenablement, il ressortit, et se planta devant la sixième porte, la troisième à gauche. Du coin de l’œil, il pouvait apercevoir la porte du fond, son objectif, comme une sorte de saint graal à découvrir lors d’une fouille archéologique à haut risque.

Sa main se porta sur l’empreinte de la sixième porte. Le kanji gravé au dessus était lourd de sens. Il signifiait ultime. Comme si c’était là nécessairement la dernière des portes à franchir, comme si chacune des épreuves qu’il avait affrontées jusque là lui serait utile en ce lieu. Le raiton no mai activa le sceau, et la porte se mit à coulisser très lentement. Il pénétra à l’intérieur, concentré. Et il ne lui fallut pas longtemps pour constater qu’en effet, cette salle devait bien être la dernière franchie. Tout autour de la salle, à trois ou quatre mètres de hauteur, se trouvaient les cinq autres kanjis, illuminés. Ce à quoi ils servaient ici, il ne le savait pas encore, mais cela viendrait. Chaque chose en son temps. L’essentiel pour l’instant était de comprendre qu’ils avaient leur place dans ce puzzle, leur rôle à jouer, et ce, même si cela ne jouait pas réellement en sa faveur de prime abord.

Une barrière de foudre bloquait son passage et sur le mur juste avant, c’était le kanji de la persévérance qui était illuminé. Il observa attentivement le tout, constatant que pour progresser, il n’avait pas d’autres choix que de détruire la barrière. Il concentra son chakra raiton, cherchant à mêler un maximum d’énergie environnante à son propre chakra, il forma les taos et il frappa à l’aide d’un dragon.

"Raiton haryuu"

La barrière vibra mais ne céda pas. Persévérance. Les taos furent refaits immédiatement derrière, et un nouveau dragon apparut. Il fit vibrer à nouveau le plan vertical d’éclairs. Mais ce n’était pas suffisant. Puissance et répétition des assauts. En un mot, persévérance. Il reprit les opérations avec une application décuplée. Et les dragons se succédèrent à un rythme effréné. Il ne cesserait pas d’attaquer avant la chute de ce mur foudroyant.

"Raiton haryuu"

Il lui fallut une bonne quarantaine de raiton haryuu pour en venir à bout. Assurément un adversaire à la hauteur. La barrière s’effaça, et la couleur du kanji disparut. A cet instant précis, Nega déglutit, craignant d’avoir eu une idée trop évidente, et pas franchement positive. Il se rua à l’extérieur pour constater que le kanji s’était également éteint sur la porte du fond. Il s’assit en tailleurs, exaspéré, craignant de devoir tout recommencer. Tout cela à cause d’une mauvaise interprétation, il devait être nécessaire de la réaliser en premier, et dans le cas contraire, tout refaire de A à Z. Il s’était fait avoir comme un bleu, et c’était dur à avaler. Sa main dans les cheveux, il se grattait le crâne, cherchant une hypothétique solution, mais il n’existait ni issue de secours, ni retour en arrière. Il était face à un problème auquel il ne pourrait trouver de réponses, et aller rallumer le kanji d’ans l’autre salle serait vain, cela ne ferait que replacer la barrière, il le savait, inconsciemment. Aussi dut-il se rendre à l’évidence, il allait devoir tout désactiver, et s’y remettre ensuite. Il fit craquer les vertèbres de sa nuque, avant de se relever, l’air las et dépité. Quelques pas, et retour dans la salle ultime, il franchit l’emplacement de la première barrière, et il put admirer la seconde qui s’élevait devant lui. Celle du déferlement. Elle avait un comportement différent de la première, il faudrait probablement s’y prendre différemment pour la mettre hors service, et il avait déjà une idée sur la question.

Et puis, il y avait ce levier sur le côté à égale distance des deux barrières. Le jeune Kogare s’en approcha, un peu intrigué par sa présence, et par l’utilité qu’il pourrait avoir. Il hésita quelques secondes avant de l’abaisser, ce pouvait être un piège ou bien une nouvelle surprise. Etant donné le côté assez peu réjouissant des dernières en date, le doute était permis, peut-être même souhaitable. Mais, au fond de lui, il savait devoir l’actionner, et d’un coup, il tira sur ce levier. L’effet produit était étrange, une plaque coulissa pour venir cacher le kanji de la persévérance. Celui-ci était désormais invisible, et Nega savait qu’il lui restait quatre barrières à abattre. Pour la première fois, il se dit que s’il était entré ici avant d’avoir allumé les cinq kanjis, il n’aurait probablement pas pu affronter ces murs foudroyants, ni progresser à travers cette salle, qui était bien destinée à être le dernier obstacle avant la porte du fond. Et en effet, le fait d’activer un kanji permettait de faire descendre le mur de granit indestructible qui se trouvait juste derrière la barrière électrique correspondant au kanji en question. Sans triompher dans les cinq premières salles, il était impossible de rejoindre la fin de celle-ci. Si au premier abord, cela avait inquiété Nega, il devenait peu à peu évident qu’il avait tout de même fait les bons choix, jusque là.

Pour le déferlement, il connaissait la technique adéquate, et n’hésiterait pas à l’utiliser, en cherchant à lui donner sa pleine puissance. Dans un premier temps, il repéra l’endroit adéquat, pour frapper, car contrairement au dragon d’éclair, le chidori créait un impact beaucoup plus localisé. Et bien choisir la cible devenait donc primordial. Il repéra un point dans la trame d’éclair qu’il jugea le plus vulnérable du maillage. Il concentra du chakra raiton dans sa main, encore, toujours plus. Déferlement. La force destructrice à son paroxysme. L’électricité irradiait de sa main, entourée par une aura bleutée et dévastatrice. Nega prit une grande inspiration, et en poussant un cri, il transperça la barrière.

"Chidori"

La barrière s’évapora sous l’impact, ne laissant que quelques ondes crépitantes pour témoigner qu’il avait été là. Celles-ci s’évanouirent peu après. Et le kanji du déferlement s’éteint, tout comme son prédécesseur. Le Kogare n’en fut pas surpris, il savait à quoi s’attendre désormais, et sa première préoccupation fut de chercher le levier pour le recouvrir…



_________________
Kogare Nega, fils de la roche, exilé à Kumo
Missions => Rang D : 2; Rang C : 3; Rang B : 0; Rang A : 0; Rang S : 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kogare Nega
Chuunin de Kumo
Chuunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille de personnage
PV:
81/81  (81/81)
PC:
625/625  (625/625)

MessageSujet: Re: [Entraînement] Danse avec la foudre   Jeu 19 Juin - 18:07

La dalle avait une couleur différente des autres, et il n’eut aucun mal à la distinguer des autres. Il hésita bien un instant, pour peser le pour et le contre de sa résolution, s’assurer qu’il connaissait bien les tenants et les aboutissants de son choix, qu’il ne regretterait pas ce choix d’ici quelques minutes ou quelques heures. Puis, lentement, il avança son pied et marcha sur la dalle qui émit une petite mélodie, tandis que le kanji du déferlement disparaissait sous le tiroir coulissant. Nega se gratta le crâne quelques instants, et vint à la rencontre du troisième mur d’éclairs. Celui-ci était nettement plus instable que les précédents, il restait beaucoup moins dans sa ligne, et semblait capable d’agresser quiconque passerait à proximité. Le Kogare comprit rapidement que c’était le cas, et il ne put que trouver le lien évident avec le kanji. Impénétrable. A ce moment précis, il savait déjà ce qu’il aurait à faire pour traverser cette barrière d’éclairs. Il se concentra et fit craquer les vertèbres de sa nuque, il savait que la tentative serait risquée, et qu’il lui faudrait tout donner pour passer sans dommages. Il fit quelques rotations sur lui-même, pour s’échauffer. Maintenir son chakra sous pression serait absolument nécessaire, et dans le même temps, il devrait assurer une continuité parfaite de la rotation. S’il venait à ralentir, c’en serait fini de lui. Il grillerait, vu la puissance des éclairs qui passaient d’un côté à l’autre. Il était revenu en arrière pour disposer d’une petite piste, nécessaire à la prise d’élan. Il partit d’un coup, comme une balle, se sentant enfin prêt. A trois mètres de la barrière, il entama la rotation en formant le tao du cheval. Une toupie entourée d’éclairs se forma, avançant droit sur le mur grâce à l’impulsion donnée par la course.

"Bougyo kaiten"

Nega franchit ainsi ce troisième mur, à la manière d’un derviche tourneur. La foudre le protégeant de la foudre. A armes égales. La perturbation qu’il créa ainsi dans la barrière troubla encore plus sa surface, et celle-ci -ne pouvant plus assurer une stabilité minimum dans la circulation du courant électrique- connut ce qu’on appelle communément un court-circuit. Elle se désintégra. Le Kogare avait chopé un sacré tournis, en effectuant son kaiten sur plus de huit mètres en tout. Il ne savait plus trop où il était, et il jugea préférable de se reposer quelques instants avant de poursuivre. Non, le levier d’abord. Mais il ne l’atteint pas. Il trébucha, incapable de garder son équilibre plus longtemps. Et il resta étendu, sur le dos, pendant une vingtaine de minutes, dans le seul but de reprendre ses esprits. Les yeux clos, il s’était octroyé une mini-sieste réparatrice.

A son réveil, il se chargea du levier, qui ressemblait étrangement à celui de la première barrière, il l’abaissa sans la moindre hésitation. Après tout, au point où il en était, ça n’avait plus d’importance désormais. Un nouvel obstacle électrique se dressait devant lui, et avant même de l’examiner lui, il se concentra sur le kanji qui le précédait. Altitude. L’indice était de taille, il le savait d’expérience. Mais avant de lever la tête, il jeta tout de même un œil vers ce nouveau mur qu’il lui faudrait contourner ou détruire. Celui-ci était manifestement beaucoup plus résistant que les précédents, et même son attaque la plus puissante ne pourrait en venir à bout. Il ne servait à rien de se bercer d’illusions, la solution n’était pas là. Elle était bien plus profondément au plafond, et il regarda donc vers le ciel, cherchant une hypothétique solution à son problème. Au départ, il ne vit absolument rien qui puisse l’aiguiller. Et une petite moue boudeuse et déçue s’afficha sur son visage. Il y avait réellement cru, et la désillusion était donc de taille. Mais il n’était pas du genre à abandonner aussi facilement, et il se concentra un peu plus pour distinguer ce qu’il avait manqué. Comme de fait, il aperçut dans un angle impossible un condensateur, qui devait faire partie du système d’alimentation de la barrière. Il ne restait plus qu’à le mettre en surcharge, et le tour était joué. L’explosion risquait d’être de taille, aussi préféra-t-il s’éloigner, autant pour sa sécurité, que pour avoir un angle d’attaque correct. Les taos s’enchaînèrent, tandis que toute l’énergie électrique disponible dans l’air était pompée par son organisme, dans le seul et unique but de la mêler avec son propre chakra raiton. Et ainsi créer une masse d’énergie redoutable. Réussir du premier voup, voilà le défi qu’il se lançait, et qu’il avait la ferme intention de relever. Une profonde inspiration donna le ton, il était prêt à déverser les flots de puissance, et le dragon s’éleva dans les airs, filant droit sur le condensateur cible.

"Raiton haryuu"

Comme prévu, celui-ci surchargea sous l’effet du trop-plein de courant accumulé et cela causa une implosion plutôt impressionnante, faisant voler en éclat la moitié du circuit électrique, et causant un début d’incendie. La mise en route du système automatique d’extinction laissa le Kogare pantois. Il n’aurait jamais pensé que ce genre de choses existait, et encore moins qu’il aurait été installé ici. Décidément, il allait de surprise en surprise. Enfin, la quatrième barrière avait disparu, et une fois qu’il eut actionné un volant, en le tournant de trois grands tours, ce qui l’avait obligé à forcer comme un bœuf, le kanji éteint fut caché.

Il n’en restait plus qu’une, tout du moins était-ce là ce qu’il supposait, et ce à juste titre. La dernière, celle du kanji de la solitude. Pour la première fois, il n’avait pas la moindre idée de ce qui l’attendait et de la manière dont il devrait s’y prendre. Il regardait ce mur d’éclair, qui était probablement le champ de force le plus puissant des cinq, et il ne voyait pas la moindre faille. Pas plus qu’il ne comprenait cette fois, en quoi le kanji pouvait lui servir d’indice. Il était sacrément paumé, pour le coup. Il s’assit en tailleurs, pour méditer, et trouver une solution, ou au moins une idée, parce qu’à cet instant précis, il était complètement sec. Solitude. Il avait du progresser dans cette salle sans son chakra, faire tout le trajet sans l’utiliser, puis le desceller uniquement à la toute fin. Mais tout cela n’était d’aucune utilité, son chakra raiton n’était pas scellé ici, il en avait le plein usage et n’avait donc pas le moindre intérêt à commencer une séance de Meng Qe pour étirer ses tenketsus, si l’on excepte l’aspect hautement relaxant de l’exercice. Non décidément, rien ne venait. Le vide total. A part une idée un peu dingue. Et autant suivre une idée un peu dingue pouvait se faire dans certaines circonstances, quand on n’avait rien à perdre, que de toutes façons, ça ne pouvait pas faire de mal. Mais là, si elle s’avérait erronée, cela signifierait la mort, aussi cela nécessitait quand même d’y réfléchir à deux fois avant de se lancer tête baissée. Il n’avait pas fait tout ça pour crever au fond de ce sanctuaire, au bout de la sixième et dernière salle, à deux doigts du but.

Ne trouvant rien d’autre, il finit par se résoudre à tenter le diable. Inhibant volontairement son chakra, il avança à pas lent jusqu’au mur, et entreprit de le traverser sans rien faire. La décharge électrique le frappa de plein fouet, mais celle-ci ne lui fit pas mal, au contraire, elle l’emplissait d’énergie, il absorbait l’électricité. Il resta ainsi au milieu de la barrière à accumuler la foudre qui circulait, jusqu’à avoir tout emmagasiné en lui. Le mur s’évanouit alors, et le garçon fit de même…




_________________
Kogare Nega, fils de la roche, exilé à Kumo
Missions => Rang D : 2; Rang C : 3; Rang B : 0; Rang A : 0; Rang S : 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kogare Nega
Chuunin de Kumo
Chuunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille de personnage
PV:
81/81  (81/81)
PC:
625/625  (625/625)

MessageSujet: Re: [Entraînement] Danse avec la foudre   Jeu 19 Juin - 18:07

Il ne pourrait jamais dire combien de temps il était resté étendu au sol, inconscient, ni ce qui s’était passé alors. La seule chose qui le frappa en rouvrant les yeux, fut le levier qui se trouvait à quelques mètres devant. Il se releva avec difficulté, en passant par le stade quatre pattes. Sa tête tournait, il était en proie à des troubles d’équilibre assez perturbants. Lorsqu’il se sentit enfin stable sur ses deux pieds, il entreprit de poursuivre son chemin. Il franchit les quelques mètres qui le séparaient de la manette, et l’abaissa, éteignant du même coup la lumière colorée qui faisait ressortir le cinquième kanji. Un bref coup d’œil vers le fond de la pièce lui confirma qu’il avait raison sur toute la ligne. Une empreinte s’y trouvait, permettant d’activer le kanji ultime. Il posa sa main, et fit circuler le chakra électrique à l’intérieur de plus en plus puissamment, il le fit vibrer contre la paroi, et le sceau se libéra. Une couleur changeante, et pulsante habita alors le symbole, un hybride entre les cinq couleurs précédentes, comme si ce kanji à lui seul représentait les cinq autres vertus. Un grand fracas se fit entendre à l’extérieur, et Nega après s’être gratté le crâne quelques instants, décida d’aller voir ce qu’il se passait. Après tout, il n’avait plus rien à faire dans cette salle. En sortant, il eut comme un pincement au cœur, en constatant que la porte du fond s’était élevée de deux mètres, laissant une ouverture béante pour entrer. Nega déglutit. Même s’il cherchait ce résultat depuis plusieurs heures, même s’il s’agissait là de sa seule manière de sortir et de survivre, il n’en demeurait pas moins qu’il ressentait une crainte marquée quant à ce qui pouvait se trouver derrière. Il fit un pas par là, avant de rebrousser chemin, et de retourner dans une des salles d’épreuves, celle où se trouvait une fontaine. Quelques gorgées d’eau pure ne pourraient pas faire de mal, bien au contraire.

Une fois réhydraté, il prit la résolution de continuer, et d’aller jusqu’au bout. Il ne tremblait plus, la peur panique venait de l’abandonner, laissant la place à une détermination sourde. Les foulées se firent plus longues, plus sûres, pour revenir jusqu’à cette porte du fond, obstacle qu’il avait finalement réussi à contourner, ou plutôt à franchir. Le jeune Kogare ferma les yeux un instant, avant de franchir le seuil. Il ne voyait rien de l’extérieur, la pièce était bien trop obscure. Et en y pénétrant, cela ne fit pas grande différence. Jusqu’au moment où son hôte daigna se montrer. Les ondes bleues crépitantes agirent comme un flash lumineux au milieu de la pièce, s’agitant un moment, avant de prendre forme, et concentrant l’attention du jeune chuunin. Il se demanda ce qui pouvait bien se passer, se préparant au pire. Il était prêt à lancer sa défense d’éclair, au moindre signe suspect. Mais le fantôme électrique qui se forma ainsi, avec sa silhouette humanoïde, ne semblait pas devoir l’agresser, tout au moins pas pour l’instant. Sa voix retentit, avec un côté métallique, irréel, artificiel.

"Bonjour à toi, visiteur. Tu es parvenu jusqu’à ce lieu, ce qui doit signifier que tu as franchi les diverses épreuves de sélection. Cela fait si longtemps que je suis éteint. Le dernier qui est venu ici, quand était-ce ? Je ne sais plus, mais si je devais faire un pari, je dirais probablement un siècle, ou plus."

Le spectre ondulant fit pivoter sa tête, comme s’il cherchait à étirer ses vertèbres. Paradoxal pour un être qui n’avait plus de squelette, mais les réflexes ont la vie dure, même dans l’infinité d’un éther parallèle. Il bougea, flottant à quelques centimètres du sol, tournant autour de Nega, à la manière d’un observateur attentif, avant de reprendre sa tirade.

"Trois créatures subsistent dans le sanctuaire, jeune adepte de la foudre. Nous sommes chargés d’accueillir ceux qui prétendent au titre de champion de la foudre, et nous les testons pour nous assurer qu’ils en sont dignes. Ceux qui ne réussissent pas ne sortent pas vivants de ce lieu sacré. Chacun de nous possède des connaissances ancestrales, et nous affronter pourra te permettre de bénéficier de celles-ci, si nous jugeons que tu le mérites. Il faudra nous le prouver."

Les méandres du sanctuaire de la foudre avaient donc encore de nombreux secrets cachés, à priori. Et il appartenait à celui qui avait franchi les épreuves de sélection de les dévoiler. Nega observait le spectre d’un œil interrogateur, cherchant à deviner ce qu’il entendait par prouver son mérite. Il avait bien une petite idée, mais celle-ci n’avait rien d’enchanteur.

"Tu vas devoir m’affronter, jeune adepte. Seul un champion de la foudre pourrait survivre à un combat face à moi, sur mes terres… "

Gagné. Enfin, en un sens, seulement. Quelque chose disait au Kogare que ce duel n’aurait rien d’une partie de plaisir. L’autre était fantomatique, et à ce titre, il ne serait pas aisé de le toucher. Il pouvait déjà oublier les manières conventionnelles. Quant à se contenter de se défendre, il était peu probable que cela suffise à prouver un quelconque mérite, même si l’autre n’avait parlé que de survivre et pas de gagner. Sur ces terres, c’était peut-être là que se situait le nœud du problème. Son adversaire connaissait tout de cette pièce dans laquelle il errait depuis une éternité. Le surprendre ici même serait d’une difficulté particulièrement élevée.

La silhouette vibrante s’était immobilisée, elle semblait le fixer, alors même qu’elle ne possédait pas d’yeux, la voix artificielle se fit à nouveau entendre, proposant le début de l’affrontement.

"Tu peux encore renoncer, et errer dans ces couloirs jusqu’à ce que la faucheuse vienne te prendre. Sinon, il est temps de débuter."

Le Kogare hocha la tête, acceptant le défi, et à son grand désarroi, il constata que la non consistance de son adversaire n’était pas son seul atout déloyal. Le spectre disparut sous ses yeux, se transformant en une multitude d’éclairs crépitants qui partirent dans toutes les directions, avant de s’évanouir dans l’électricité statique ambiante. Et Nega se retrouvait seul, dans l’obscurité. A la merci d’un adversaire invisible, et invulnérable. On pouvait décemment difficilement imaginer pire situation que celle dans laquelle s’était fourrée le jeune chuunin originaire du pays de la roche.

Il tournait sur lui-même cherchant un indice de la présence de son ennemi. Il était prêt à se défendre, mais inquiet de ne pas réussir à anticiper suffisamment l’assaut, et incertain quant à la façon dont il devrait tenter de riposter…



_________________
Kogare Nega, fils de la roche, exilé à Kumo
Missions => Rang D : 2; Rang C : 3; Rang B : 0; Rang A : 0; Rang S : 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kogare Nega
Chuunin de Kumo
Chuunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 229
Date d'inscription : 02/12/2007

Feuille de personnage
PV:
81/81  (81/81)
PC:
625/625  (625/625)

MessageSujet: Re: [Entraînement] Danse avec la foudre   Dim 22 Juin - 9:43

Le silence devenait pesant, plus même troublé par les crépitements des ondes électromagnétiques, qui s’étaient dissipées dans les airs d’une façon tout à fait traître. Les choix qui s’offraient à Nega étaient bien peu nombreux, on ne pouvait attaquer un adversaire qu’on ne pouvait ni voir, ni toucher. Et il s’agissait avant tout de survivre. Le Kogare fit le vide dans son esprit, cherchant une solution qui semblait ne pas même exister. Il se savait limité à l’utilisation de la foudre, dans ce sanctuaire qui était sien, et cela devait le guider. Les possibilités de se protéger étaient réduites de fait, mais il n’avait plus à tergiverser. Sa voix retentit, douce et faible.

"Raiton bougyo"

Une aura d’éclair l’entoura. Les ondes bleues vibrantes et protectrices emplissaient l’air autour du chuunin, tandis que celui-ci regardait à droite puis à gauche, à la recherche de cet ennemi indécelable. Les doutes s’emparaient peu à peu de son esprit, à mesure que les minutes passaient. Ce spectre était réellement là, selon son esprit, mais comment écarter l’hypothèse que ce ne soit qu’une hallucination, due à la faim, à l’hypoglycémie, ou au sentiment oppressant de confinement, une sorte de réaction au stress des épreuves, le contrecoup de cette certitude sourde qui lui annonçait sa mort au fond d’une caverne sacrée et périlleuse. Nega déglutit, perdu dans le tréfonds de son âme, plus encore que dans cette pièce désormais vide. Il s’accrochait à l’idée du fantôme, aux paroles qui lui revenaient en mémoire, à l’hallucination visuelle et auditive qu’il avait peut-être eu. Il souhaitait que ce soit réel, pour se rassurer sur sa santé mentale, mais d’un autre côté, le fait de n’avoir que délirer serait un soulagement, face à une épreuve qui, visiblement, le dépassait. Il passa sa main dans ses cheveux, se grattant le crâne, à la recherche d’une explication rationnelle, à la recherche d’une réponse.

Mais rien n’évoluait. Pas de voix. Pas de mouvement. Juste les ondes qu’il avait lui-même créées et qui éclairaient faiblement cette pièce. Les autres, celles du spectre, s’étaient réparties dans l’air, transformées en électricité statique, enfin si tant est qu’elles aient existées un jour. Le jeune garçon se demandait s’il n’avait pas cédé à la folie, il envisagea un instant de revenir en arrière, mais il savait ce qui l’attendait s’il le faisait. Ce serait comme abandonner, il errerait dans le dédale du sanctuaire, jusqu’à la venue de cette grande faucheuse, si redoutable. Il avait envie d’appeler le fantôme, de le provoquer, pour qu’il réapparaisse, qu’il se montre enfin, et qu’il lui prouve qu’il était encore sain d’esprit. Mais d’un autre côté, cela faisait probablement partie de son plan, le rendre fou, lui faire perdre pied. Un affrontement classique ne mène pas à de telles absurdités. L’autre hypothèse était la démence qui s’emparait du shinobi de la roche, de l’exilé qui n’avait pas encore eu le courage d’aller trouver ce père qu’il était venu chercher ici. Il doutait, et il regrettait de ne pas avoir osé partir réellement à sa recherche. Il s’était contenté de se rendre non loin de là où il pensait que celui-ci vivait, mais il n’avait pas posé la moindre question, il ne s’était pas renseigné à son sujet, il n’avait pas fouillé le passé pour trouver des informations sur son passé, et celui de son géniteur. Il n’avait pas évoqué le nom de ce clan auquel il appartenait à moitié, pour sonder la mémoire des Kuméens qu’il avait eu l’occasion de croiser. Il aurait pu percer une partie des secrets de son hérédité, mais la peur l’avait paralysé, et à force de rester passif, en attendant que la réponse à ses innombrables questions vienne à lui d’elle-même, il se retrouvait au fond d’une caverne, et il était dit qu’il mourrait ici, après avoir perdu la raison.

Ce genre de pensées réveillait des sentiments différents chez les êtres humains, suivant leur psyché, leurs motivations profondes, leur façon de réagir face à l’adversité. Certains sombreraient dans la folie à une vitesse vertigineuse, d’autres résisteraient, poussés par la volonté d’achever ce qu’ils n’avaient pas encore eu le temps de réaliser. L’instinct de survie, les réflexes naturels de l’être humain, ce qui fait qu’il est un animal, à la fois conscient, et terriblement primaire. Son besoin d’assouvir ses désirs prime le plus souvent sur tout le reste, jusqu’au moment où il se met lui-même en danger, c’est là que les mécanismes primitifs et animaux entrent dans la danse, pour le sortir des mauvais pas dans lesquels il a tendance à aller se fourrer. Ce qui fait la force de l’homme, et traduit dans le même temps l’absence totale de contrôle sur ce qu’il est, ce qu’il fait. Il croit tout savoir, tout diriger, et construire, mais il n’est pas même capable de se connaître, et de se maîtriser lui-même. Cruel paradoxe auquel il est soumis depuis la nuit des temps.

Mais Nega était un peu atypique comme garçon, au lieu de se laisser aller à l’un ou l’autre des extrêmes, il laissait son côté analytique prendre le contrôle. Il était fréquent chez lui de laisser son instinct prendre le dessus, notamment lors des combats, c’était son meilleur allié dans de telles circonstances, celui qui gardait son calme, et faisait disparaître les angoisses existentielles qui le hantaient, pendant le laps de temps nécessaire. Là, les circonstances étaient différentes, et ce n’était qu’à la lumière de la réflexion qu’il viendrait à bout du dilemme qui l’habitait. Il associait les idées, cherchant dans ses souvenirs ce qui aurait pu pousser vers une telle image. Une hallucination ressemblait en de nombreux points à un rêve, elle reprenait des éléments du réel, et les mélangeait jusqu’à répondre à un besoin mental. Le cerveau créait les images, et les sons, tout comme les sensations, rendant l’irréel palpable. Et dans les circonstances actuelles, Nega ne pouvait écarter l’hypothèse qu’il s’agisse là d’un mirage qu’il se serait lui-même infligé. Pourtant quelque chose le chiffonnait, un élément qui n’avait pas sa place, une sortie qui ne pouvait en être une…

Il déclama la question, tout doucement, à voix basse, comme s’il ne voulait pas déranger les autres esprits qui vivaient en ces lieux.

"Devrai-je attendre encore longtemps ?"

Au fond de lui, il espérait sincèrement obtenir une réponse. Il avait réussi à se convaincre que le spectre était réel, il avait réussi à se le démontrer, mais si jamais il n’avait pas de réponse, cela signifierait probablement qu’il s’était leurré un peu plus, à moins que le fantôme ne joue un peu plus avec lui. Et même s’il avait une réponse, comment savoir si ce n’était pas à nouveau son encéphale qui jouait à répondre à ses propres questions, pour se donner une contenance…





_________________
Kogare Nega, fils de la roche, exilé à Kumo
Missions => Rang D : 2; Rang C : 3; Rang B : 0; Rang A : 0; Rang S : 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Entraînement] Danse avec la foudre   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Entraînement] Danse avec la foudre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vêtements d'entraînement
» [film] Danse avec lui
» Je danse avec toi
» Danse avec les marmottes
» Michael BLAKE - Danse avec les loups

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Gaiden :: Les trois villages principaux :: Kumo No Kuni :: Les Plaines de la Foudre :: Là où la Terre frôle les Éclairs-
Sauter vers: